Les syndicats du secteur de la santé s'y opposent pour l'instant, mais ils préconisent de redoubler d'efforts pour convaincre le personnel de santé de se faire vacciner.

"Jusqu'à présent, notre position a toujours été de ne pas rendre la vaccination obligatoire pour le personnel soignant", déclare Jan-Piet Bauwens, secrétaire fédéral du syndicat socialiste BBTK. "Le taux de vaccination doit absolument augmenter. Nous devons convaincre les gens de l'utilité, de l'importance et de la nécessité de la vaccination."

M. Bauwens fait également valoir que le personnel de santé qui a eu la possibilité de se faire vacciner en février et en mars devrait être rappelé, comme on le fait pour les personnes qui refusent de se faire vacciner. "Avec une telle obligation, nous dissuaderions les gens à travailler dans le secteur des soins de santé, alors que nous devons les attirer."

Le syndicat chrétien ACV Puls n'est pas non plus favorable à la vaccination obligatoire. "Nous devons attirer l'attention des professionnels de la santé sur les avantages de la vaccination pour les personnes elles-mêmes et leur entourage", déclare Mark Selleslach, coordinateur général. "De cette façon, nous pouvons encore convaincre beaucoup de gens."

La vaccination du personnel de santé sera discutée au sein du Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail, indique M. Selleslach. "Le gouvernement est également représenté au sein de cet organe consultatif, ce qui nous permet d'obtenir un avis favorable. Opter pour la voie punitive comme en France (où le personnel de santé qui ne sera pas vacciné avant le 15 septembre ne sera plus payé, ndlr) va trop loin. Nous sommes déjà à court de personnel et nous ne voulons pas effrayer les gens."

Les syndicats du secteur de la santé s'y opposent pour l'instant, mais ils préconisent de redoubler d'efforts pour convaincre le personnel de santé de se faire vacciner."Jusqu'à présent, notre position a toujours été de ne pas rendre la vaccination obligatoire pour le personnel soignant", déclare Jan-Piet Bauwens, secrétaire fédéral du syndicat socialiste BBTK. "Le taux de vaccination doit absolument augmenter. Nous devons convaincre les gens de l'utilité, de l'importance et de la nécessité de la vaccination." M. Bauwens fait également valoir que le personnel de santé qui a eu la possibilité de se faire vacciner en février et en mars devrait être rappelé, comme on le fait pour les personnes qui refusent de se faire vacciner. "Avec une telle obligation, nous dissuaderions les gens à travailler dans le secteur des soins de santé, alors que nous devons les attirer." Le syndicat chrétien ACV Puls n'est pas non plus favorable à la vaccination obligatoire. "Nous devons attirer l'attention des professionnels de la santé sur les avantages de la vaccination pour les personnes elles-mêmes et leur entourage", déclare Mark Selleslach, coordinateur général. "De cette façon, nous pouvons encore convaincre beaucoup de gens." La vaccination du personnel de santé sera discutée au sein du Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail, indique M. Selleslach. "Le gouvernement est également représenté au sein de cet organe consultatif, ce qui nous permet d'obtenir un avis favorable. Opter pour la voie punitive comme en France (où le personnel de santé qui ne sera pas vacciné avant le 15 septembre ne sera plus payé, ndlr) va trop loin. Nous sommes déjà à court de personnel et nous ne voulons pas effrayer les gens."