Il y a "des preuves très rassurantes qu'il n'y a pas d'augmentation du phénomène de caillot sanguin ici au Royaume-Uni, où la plupart des doses en Europe ont été administrées jusqu'à présent" a déclaré lundi à la BBC le professeur Andrew Pollard, directeur du Oxford Vaccine Group qui a développé le vaccin avec AstraZeneca.

Il a souligné l'importance de poursuivre la vaccination contre le coronavirus, maladie qui présente un "énorme risque" pour la santé.

Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca a indiqué qu'un "examen attentif de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni" avec son vaccin "n'a apporté aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d'âge, de genre, de lot ou de pays particulier".

"Environ 17 millions de personnes dans l'Union européenne et au Royaume-Uni ont maintenant reçu notre vaccin, et le nombre de cas de caillots sanguins signalés dans ce groupe est inférieur aux centaines de cas auxquels on pourrait s'attendre dans la population générale", a comparé le Dr Ann Taylor, médecin chef, dans ce communiqué.

Le gouvernement néerlandais a décidé dimanche de suspendre l'utilisation de ce vaccin par précaution, jusqu'au 28 mars inclus, après que des "effets secondaires possibles" ont été rapportés au Danemark et en Norvège avec le vaccin AstraZeneca, sans lien avéré à ce stade, selon le ministère de la Santé.

Plus tôt dans la journée, l'Irlande avait pris la même décision après le signalement en Norvège de quatre nouveaux cas graves de caillots sanguins chez des adultes vaccinés.

Les pays qui ont suspendu le vaccin AstraZeneca

Près d'une dizaine de pays ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, après le signalement d'effets secondaires "possibles" mais sans lien avéré à ce stade.

- Suspension après des caillots sanguins -

Le Danemark a été le premier pays jeudi à suspendre le vaccin d'AstraZeneca "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins" chez des personnes vaccinées.

Il a rapidement été suivi par l'Islande.

La Norvège a également suspendu les injections de ce vaccin jeudi, aussi par précaution. Plusieurs cas de caillots sanguins chez des adultes vaccinés y ont été rapportés, mais là encore sans qu'aucun lien ne soit encore prouvé.

En outre, les autorités sanitaires norvégiennes se sont inquiétées samedi de cas d'hémorragies cutanées chez des personnes relativement jeunes ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca.

Si aucun lien n'est encore établi, "ceci est grave et peut être le signe d'une diminution du nombre de plaquettes," a alerté l'Institut norvégien de santé publique.

La Bulgarie a annoncé vendredi la suspension "par précaution" des injections du vaccin d'AstraZeneca au lendemain des décisions prises par les trois pays nordiques, tandis qu'une enquête est en cours après le décès d'une femme vaccinée.

Toutefois, selon le ministre de la Santé, "aucun lien n'a été établi" à ce stade avec la vaccination survenue la veille de cette femme, qui souffrait de surpoids et avait subi plusieurs pontages coronariens.

Dimanche, ce sont l'Irlande et les Pays-Bas qui ont également suspendu l'utilisation du vaccin, toujours par précaution, après les cas de caillots sanguins rapportés au Danemark et en Norvège.

Campagne de vaccination retardée

La Thaïlande et la République démocratique du Congo (RDC) ont retardé le démarrage de leurs campagnes de vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca, qui étaient prévues respectivement vendredi et ce lundi.

- Suspensions de lots -

L'Autriche a annoncé dès le 8 avril suspendre l'utilisation d'un lot de vaccins AstraZeneca (ABV5300) après qu'une infirmière de 49 ans est décédée de "graves problèmes de coagulation sanguine", quelques jours après avoir été vaccinée.

Quatre autres pays européens - l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg - ont également suspendu l'utilisation des vaccins de ce lot d'un million de doses, qui a été envoyé dans 17 pays européens.

L'Italie a interdit jeudi par précaution l'utilisation d'un autre lot, ABV2856, en raison de craintes liées à la formation de caillots de sang. La Roumanie a également suspendu ce lot.

La région italienne du Piémont (nord-ouest de l'Italie) a suspendu dimanche le vaccin AstraZeneca après la mort d'un enseignant, puis a repris les injections, en excluant toutefois par précaution le lot ABV5811.

Il y a "des preuves très rassurantes qu'il n'y a pas d'augmentation du phénomène de caillot sanguin ici au Royaume-Uni, où la plupart des doses en Europe ont été administrées jusqu'à présent" a déclaré lundi à la BBC le professeur Andrew Pollard, directeur du Oxford Vaccine Group qui a développé le vaccin avec AstraZeneca.Il a souligné l'importance de poursuivre la vaccination contre le coronavirus, maladie qui présente un "énorme risque" pour la santé.Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca a indiqué qu'un "examen attentif de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni" avec son vaccin "n'a apporté aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d'âge, de genre, de lot ou de pays particulier"."Environ 17 millions de personnes dans l'Union européenne et au Royaume-Uni ont maintenant reçu notre vaccin, et le nombre de cas de caillots sanguins signalés dans ce groupe est inférieur aux centaines de cas auxquels on pourrait s'attendre dans la population générale", a comparé le Dr Ann Taylor, médecin chef, dans ce communiqué.Le gouvernement néerlandais a décidé dimanche de suspendre l'utilisation de ce vaccin par précaution, jusqu'au 28 mars inclus, après que des "effets secondaires possibles" ont été rapportés au Danemark et en Norvège avec le vaccin AstraZeneca, sans lien avéré à ce stade, selon le ministère de la Santé.Plus tôt dans la journée, l'Irlande avait pris la même décision après le signalement en Norvège de quatre nouveaux cas graves de caillots sanguins chez des adultes vaccinés.