En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer, lié à l'OMS, avait collé l'étiquette de "cancérogène avéré" sur les sautés de veau, côtes d'agneau et autres pavés de boeuf. Les salami...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer, lié à l'OMS, avait collé l'étiquette de "cancérogène avéré" sur les sautés de veau, côtes d'agneau et autres pavés de boeuf. Les salamis, pâtés et jambons en tous genres, consommés en grande quantité, avaient aussi été accusés de provoquer le développement de cancers, principalement colorectaux. C'est désormais limpide: la revue scientifique Cancer Discovery a publié une étude qui identifie le lien entre une importante consommation de viande rouge et son impact sur l'ADN de cellules du côlon. Des chercheurs américains ont analysé l'ADN de 900 patients atteints de cancer colorectal, sélectionnés parmi 28 000 personnes. En se fondant sur leurs habitudes alimentaires, ils ont pu attester l'existence d'une signature génétique liée à la consommation de ce type d'aliments, absente chez les consommateurs de volailles ou de poissons. En Belgique, le cancer colorectal fait partie des trois cancers les plus fréquents.