En effet, seul un Belge sur trois a déjà fait vérifier sa vue alors "qu'au moins la moitié de toutes les pertes de vision pourraient être évitées si elles étaient détectées et traitées à temps", d'après l'association. Lors de la semaine de la vision, qui débute samedi pour prendre fin le 12 octobre, de nombreux opticiens proposeront gratuitement des contrôles sans engagement.

"C'est une nécessité, car notre mode de vie rend le risque de déficience visuelle particulièrement élevée", explique Thierry Segaert, secrétaire général de l'APOOB. En effet, les plaintes - souvent liées à la lumière bleue des écrans - sont de plus en plus fréquentes, relève l'association. "Voir flou ou avoir des yeux douloureux, brûlants, sensibles ou rouges, c'était le cas dans près de la moitié des examens préalables effectués l'an dernier" et seulement 30% des personnes qui ont effectué un contrôle avaient une vue parfaite.

L'évolution de notre mode de vie implique aussi une hausse sensible de la nécessité de porter des lunettes ou des lentilles de contact, car nous regardons de plus en plus à courte distance. "Notre vie moderne stimule la myopie. De plus, la myopie fait que le globe oculaire à tendance à s'allonger", explique Thierry Segaert. "Votre vision est la première à être affectée et, à long terme, elle peut également nuire à la santé des yeux."

D'où l'importance de se faire contrôler, poursuit l'association, puisque "au mois la moitié de toutes les pertes de vision peuvent être évitées si elles sont détectées et traitées suffisamment tôt".

La liste des opticiens participants est disponible sur le site de l'événement: https://www.semainedelavision.be.