Ce comportement irresponsable pourrait aussi affecter la qualité du sperme... et ce potentiellement pour plusieurs générations. C'est ce qu'il ressort de recherches réalisées sur des souris avec les fameux phtalates.

Des chercheurs ont identifié dans la semence de souris de la 2e génération (qui n'avaient pas elles-mêmes été exposées aux phtalates) des anomalies comparables à celles que présentaient les rongeurs de 1re génération exposés à la substance in utero par le biais de leur mère. Les dommages semblent donc se transmettre aux générations suivantes. Et même si une souris n'est évidemment pas un être humain, on observe tout de même que la fertilité masculine est en recul partout dans le monde. Nous ne pouvons donc plus continuer à fermer les yeux.

Ce comportement irresponsable pourrait aussi affecter la qualité du sperme... et ce potentiellement pour plusieurs générations. C'est ce qu'il ressort de recherches réalisées sur des souris avec les fameux phtalates.Des chercheurs ont identifié dans la semence de souris de la 2e génération (qui n'avaient pas elles-mêmes été exposées aux phtalates) des anomalies comparables à celles que présentaient les rongeurs de 1re génération exposés à la substance in utero par le biais de leur mère. Les dommages semblent donc se transmettre aux générations suivantes. Et même si une souris n'est évidemment pas un être humain, on observe tout de même que la fertilité masculine est en recul partout dans le monde. Nous ne pouvons donc plus continuer à fermer les yeux.