Dans notre mode de vie moderne, travailler assise derrière un bureau devient de plus en plus fréquent. Sans parler du temps passé devant un écran en dehors de son lieu de travail (télévision, Netflix, surf sur les réseaux sociaux...). Le résultat d'une nouvelle étude sur le sujet est sans appel : on passe trop de temps assis. Or, il est prouvé qu'un tel manque d'activité physique peut avoir un impact négatif considérable sur la santé, notamment les risques de diabète et de maladies cardiovasculaires.

Réduction du temps de sédentarité

Mais peut-on améliorer les choses, ne-fût-ce qu'en réduisant notre temps passé assis ? C'est ce qu'ont essayé de découvrir des chercheurs d'une université finlandaise, qui ont mené leurs recherches sur une période d'un an. Les résultats ont été publiés dans la revue PLOS One. Le Dr. Arto Pesola et son équipe ont mené l'expérience sur un groupe de 133 personnes, employés de bureau et ayant des enfants en bas âge. En moyenne, ces personnes étaient sédentaires, quotidiennement, 5,6 heures au travail et 3,8 heures pendant leur temps libre.

Le groupe a été divisé en deux : 71 participants dans le groupe "d'intervention", et 62 dans le groupe "témoin". Les sujets du groupe d'intervention ont assisté à des entretiens, individuellement et en groupe, sur les dangers de la sédentarité. Place ensuite à la partie proactive, où chacun devait proposer des solutions personnelles pour réduire leur temps passé assis. Le tout, toujours supervisé et analysé par un spécialiste. Résultat : le groupe d'intervention a réussi à réduire de 21 minutes par jour les périodes de sédentarité. Particulièrement pendant le temps de loisir, en faisant davantage d'activités avec les enfants ou en privilégiant la marche à la voiture. Côté travail, il n'est pas toujours évident de limiter le temps passé sur sa chaise de bureau.

Des bénéfices pour la santé

Il est donc possible de réduire son temps passé assis, à condition d'en prendre conscience. Mais ce n'est pas la seule information délivrée par l'étude finlandaise. Les scientifiques ont également pris soin d'analyser différents marqueurs biologiques. Concernant le diabète par exemple : l'étude montre que le taux de sucre dans le sang des personnes qui étaient moins sédentaires avait légèrement diminué. Un facteur lié au cholestérol, et donc au risque de maladies cardiovasculaires, avait également montré une amélioration au cours de l'année étudiée. De plus, les participants du groupe d'intervention ont stabilisé leur masse musculaire dans les jambes, alors que le groupe témoin en a perdu 0,5%.

"Cette étude montre qu'il est possible de réduire le temps sédentaire des personnes qui ont une vie bien remplie. (...) C'est important, car le temps sédentaire a tendance à augmenter avec l'âge", confirme le Dr. Pesola. Réduire le temps passé assis de seulement 21 minutes "peut être bénéfique pour la santé à long terme", conclut-il.

Dans notre mode de vie moderne, travailler assise derrière un bureau devient de plus en plus fréquent. Sans parler du temps passé devant un écran en dehors de son lieu de travail (télévision, Netflix, surf sur les réseaux sociaux...). Le résultat d'une nouvelle étude sur le sujet est sans appel : on passe trop de temps assis. Or, il est prouvé qu'un tel manque d'activité physique peut avoir un impact négatif considérable sur la santé, notamment les risques de diabète et de maladies cardiovasculaires. Mais peut-on améliorer les choses, ne-fût-ce qu'en réduisant notre temps passé assis ? C'est ce qu'ont essayé de découvrir des chercheurs d'une université finlandaise, qui ont mené leurs recherches sur une période d'un an. Les résultats ont été publiés dans la revue PLOS One. Le Dr. Arto Pesola et son équipe ont mené l'expérience sur un groupe de 133 personnes, employés de bureau et ayant des enfants en bas âge. En moyenne, ces personnes étaient sédentaires, quotidiennement, 5,6 heures au travail et 3,8 heures pendant leur temps libre. Le groupe a été divisé en deux : 71 participants dans le groupe "d'intervention", et 62 dans le groupe "témoin". Les sujets du groupe d'intervention ont assisté à des entretiens, individuellement et en groupe, sur les dangers de la sédentarité. Place ensuite à la partie proactive, où chacun devait proposer des solutions personnelles pour réduire leur temps passé assis. Le tout, toujours supervisé et analysé par un spécialiste. Résultat : le groupe d'intervention a réussi à réduire de 21 minutes par jour les périodes de sédentarité. Particulièrement pendant le temps de loisir, en faisant davantage d'activités avec les enfants ou en privilégiant la marche à la voiture. Côté travail, il n'est pas toujours évident de limiter le temps passé sur sa chaise de bureau. Il est donc possible de réduire son temps passé assis, à condition d'en prendre conscience. Mais ce n'est pas la seule information délivrée par l'étude finlandaise. Les scientifiques ont également pris soin d'analyser différents marqueurs biologiques. Concernant le diabète par exemple : l'étude montre que le taux de sucre dans le sang des personnes qui étaient moins sédentaires avait légèrement diminué. Un facteur lié au cholestérol, et donc au risque de maladies cardiovasculaires, avait également montré une amélioration au cours de l'année étudiée. De plus, les participants du groupe d'intervention ont stabilisé leur masse musculaire dans les jambes, alors que le groupe témoin en a perdu 0,5%. "Cette étude montre qu'il est possible de réduire le temps sédentaire des personnes qui ont une vie bien remplie. (...) C'est important, car le temps sédentaire a tendance à augmenter avec l'âge", confirme le Dr. Pesola. Réduire le temps passé assis de seulement 21 minutes "peut être bénéfique pour la santé à long terme", conclut-il.