La CNV, technique de manipulation ?

La CNV est-elle une forme de manipulation, voire de chantage affectif ? C'est ce que certains laissent entendre. " Tout dépend des intentions de la personne, reconnaît Anne van Stappen, formatrice en CNV. Si je cherche à obtenir quelque chose de quelqu'un, avec une fausse bienveillance, c'est de la manipulation. Si je dis à mon enfant : "Toi qui cours vite, va me chercher du pain !", c'est une forme de manipulation. En revanche, si nous tentons d'établir une qualité de connexion, d'humain à humain, en essayant simplement de comprendre l'autre et de nous faire comprendre, ce n'est pas de la manipulation. "
...

La CNV est-elle une forme de manipulation, voire de chantage affectif ? C'est ce que certains laissent entendre. " Tout dépend des intentions de la personne, reconnaît Anne van Stappen, formatrice en CNV. Si je cherche à obtenir quelque chose de quelqu'un, avec une fausse bienveillance, c'est de la manipulation. Si je dis à mon enfant : "Toi qui cours vite, va me chercher du pain !", c'est une forme de manipulation. En revanche, si nous tentons d'établir une qualité de connexion, d'humain à humain, en essayant simplement de comprendre l'autre et de nous faire comprendre, ce n'est pas de la manipulation. " La communication non violente induirait un manque de limites dans l'éducation familiale, selon d'autres critiques. " J'entends parfois que la CNV, c'est laisser tout faire, relève Anne Bruneau, formatrice. Ce n'est pas le cas. Elle invite plutôt à la responsabilité et à l'autodiscipline. Elle donne du sens aux règles et aux demandes. Elle éduque à la citoyenneté responsable. Elle permet aussi de cocréer des solutions, notamment au sein d'un conseil de famille. La CNV harmonise les relations familiales et favorise une éducation respectueuse des enfants. L'habitude de l'écoute bienveillante mutuelle facilite le maintien du lien quand les difficultés se présentent, en particulier à l'adolescence. " " S'immerger dans la CNV peut se comparer à l'apprentissage d'une nouvelle langue, prévient Anne van Stappen, formatrice certifiée en CNV : cela requiert de la pratique, de la détermination et de l'imprégnation patiente. " Au début, le langage utilisé en CNV paraît limité, artificiel, stéréotypé. Ce qui vaut à ceux qui s'y essaient ce genre de commentaires ironiques de leurs proches : " Tu parles comme un psy ! ", " Tu psychologises tout ! ", " Tu n'as plus qu'un mot à la bouche : tes besoins ! ". De fait, le recours mécanique et répété aux " phrases béquilles " utilisées en CNV peut agacer : " Quand tu dis ça... ", " quand j'entends que... ", " je me sens... ", " parce que j'ai besoin de... ", " serais tu d'accord pour... ". " En réalité, ce langage est un guide de clarification intérieure, pas une bible de l'expression de soi, signale Anne van Stappen. Il convient d'adopter progressivement des mots plus passe-partout, adaptés au contexte et aux personnes : "Cela me fait...", "c'est génial quand...", "j'aime mieux quand...". Au lieu de dire à mon enfant "Si je te comprends bien, tu te sens mieux quand je te laisse tranquille !", je peux lui lancer : "En fait, cela te branche mieux quand je te lâche les baskets"! "