Sur cette île du Japon surnommée "l'île des immortels" située à plus de 1500 km à vol d'oiseau au sud-ouest de Tokyo règne une pénurie de médecins et pourtant de nombreux seniors sont en bonne santé et dépassent allégrement les cent ans. La BBC a voulu connaître leurs secrets de longévité.

Le docteur Makoto Suzuki a collecté des données médicales, nutritionnelles et sociales sur environ 1000 centenaires de l'île depuis 40 ans. Il déclare avoir trouvé quatre facteurs qui, combinés, expliquent leur longévité : un régime, une activité physique, le développement personnel et un système d'entraide mutuelle. Les habitants de cette ville interviewés attribuent ainsi leur longue et bonne condition à la tradition japonaise du Moai, soit des groupes de soutien et d'entraide entre personnes qui permettent de contrer la solitude. Un autre facteur déterminant est aussi l'énergie donnée par les plus jeunes aux plus âgés lors de ces activités de groupe et vice versa.

Entretenir de nombreux contacts sociaux au quotidien, discuter, rire, manger ensemble, faire de longues balades, de l'exercice en groupe contribuent à garder ces seniors vifs de corps et d'esprit. Une cohésion sociale plus difficile à mettre en place dans des grandes villes comme Tokyo.

Le docteur Suzuki ajoute que la santé spirituelle est aussi importante et notamment en perpétuant la tradition japonaise du Ikigai, une sorte de mission personnelle. "Quand vous perdez votre Ikigai, vous dépérissez. Le perpétrer est le secret de la longévité ", explique une habitante de l'île interrogée par la BBC. Pour l'un, l'ikigai consistera à être proches de ses petits et arrière-petits-enfants. Un autre a privilégié le toucher et le sourire, pour une longue vie en toute autonomie.

Sur cette île du Japon surnommée "l'île des immortels" située à plus de 1500 km à vol d'oiseau au sud-ouest de Tokyo règne une pénurie de médecins et pourtant de nombreux seniors sont en bonne santé et dépassent allégrement les cent ans. La BBC a voulu connaître leurs secrets de longévité. Le docteur Makoto Suzuki a collecté des données médicales, nutritionnelles et sociales sur environ 1000 centenaires de l'île depuis 40 ans. Il déclare avoir trouvé quatre facteurs qui, combinés, expliquent leur longévité : un régime, une activité physique, le développement personnel et un système d'entraide mutuelle. Les habitants de cette ville interviewés attribuent ainsi leur longue et bonne condition à la tradition japonaise du Moai, soit des groupes de soutien et d'entraide entre personnes qui permettent de contrer la solitude. Un autre facteur déterminant est aussi l'énergie donnée par les plus jeunes aux plus âgés lors de ces activités de groupe et vice versa. Entretenir de nombreux contacts sociaux au quotidien, discuter, rire, manger ensemble, faire de longues balades, de l'exercice en groupe contribuent à garder ces seniors vifs de corps et d'esprit. Une cohésion sociale plus difficile à mettre en place dans des grandes villes comme Tokyo. Le docteur Suzuki ajoute que la santé spirituelle est aussi importante et notamment en perpétuant la tradition japonaise du Ikigai, une sorte de mission personnelle. "Quand vous perdez votre Ikigai, vous dépérissez. Le perpétrer est le secret de la longévité ", explique une habitante de l'île interrogée par la BBC. Pour l'un, l'ikigai consistera à être proches de ses petits et arrière-petits-enfants. Un autre a privilégié le toucher et le sourire, pour une longue vie en toute autonomie.