Selon Guy Baele, l'une des quatre infections concerne un homme de 57 ans originaire de Seraing, en province de Liège. Le quinquagénaire n'a pas voyagé mais une parenté génétique a été observée avec un autre cas détecté à Marseille. Plusieurs pièces manquent encore au puzzle et les détails doivent être examinés pour y voir plus clair, a ajouté le chercheur.

Les trois autres cas ont été constatés aux alentours de Bruxelles. Une des personnes contaminées a été en contact avec quelqu'un qui s'était rendu au Brésil en décembre.

L'échantillon de Seraing a été découvert par hasard par l'Université de Liège, où des échantillons étaient prélevés aléatoirement. Il pourrait donc y avoir davantage d'infections par le variant brésilien P.1 en Belgique.

"On dispose de peu de données concernant ce variant mais on le range dans la même catégorie que le sud-africain", potentiellement plus contagieux et moins sensible aux anticorps. "On craint que les vaccins puissent être moins efficaces contre ces variants mais cela reste encore à déterminer."

Une mutation de la variante britannique émerge aux Pays-Bas

Le variant britannique du coronavirus a commencé à muter à nouveau. Ce changement "inquiétant" a été constaté aux Pays-Bas. Une personne a été testée dans la province d'Utrecht, indique mardi l'Institut royal de santé publique (RIVM).

La mutation pourrait rendre les vaccins existants moins efficaces contre le virus. Le même constat a été observé auparavant avec les variants sud-africain et brésilien.

Selon Guy Baele, l'une des quatre infections concerne un homme de 57 ans originaire de Seraing, en province de Liège. Le quinquagénaire n'a pas voyagé mais une parenté génétique a été observée avec un autre cas détecté à Marseille. Plusieurs pièces manquent encore au puzzle et les détails doivent être examinés pour y voir plus clair, a ajouté le chercheur. Les trois autres cas ont été constatés aux alentours de Bruxelles. Une des personnes contaminées a été en contact avec quelqu'un qui s'était rendu au Brésil en décembre. L'échantillon de Seraing a été découvert par hasard par l'Université de Liège, où des échantillons étaient prélevés aléatoirement. Il pourrait donc y avoir davantage d'infections par le variant brésilien P.1 en Belgique. "On dispose de peu de données concernant ce variant mais on le range dans la même catégorie que le sud-africain", potentiellement plus contagieux et moins sensible aux anticorps. "On craint que les vaccins puissent être moins efficaces contre ces variants mais cela reste encore à déterminer."