Les personnes plus grandes ont plus de cellules que les autres. Selon de nouvelles recherches, cette différence expliquerait qu'elles aient un plus grand risque d'attraper le cancer, car, statistiquement, il y a davantage de cellules dans le corps dans lesquelles des mutations, potentiellement dangereuses pour la santé, peuvent se produire.
...

Les personnes plus grandes ont plus de cellules que les autres. Selon de nouvelles recherches, cette différence expliquerait qu'elles aient un plus grand risque d'attraper le cancer, car, statistiquement, il y a davantage de cellules dans le corps dans lesquelles des mutations, potentiellement dangereuses pour la santé, peuvent se produire. De précédentes études avaient déjà établi un lien entre une taille élevée et un risque accru de développer une forme quelconque de cancer. Un risque pouvant aller jusqu'à 10% supplémentaires pour une tranche de 10cm de hauteur en plus chez les humains. Et nous ne sommes pas les seuls mammifères concernés. Un lien similaire a également été identifié chez les chiens, les races de grande taille présentant un risque plus élevé de contracter de telles maladies. Au fil des études, les scientifiques ont tenté d'apporter des explications à ce phénomène : rôle des hormones de croissance sur la taille et le cancer, facteurs environnementaux, alimentation, maladie infantile... "L'une des principales hypothèses était qu'il se passait quelque chose au début de la vie qui rendait vos cellules plus sensibles au cancer et, en quelque sorte, vous faisait grandir", explique Leonard Nunney (University of California Riverside), professeur de biologie et meneur de la nouvelle étude. Mais l'explication pourrait être, plus simplement, une question de taille, rapporte The Guardian : plus de cellules, et donc plus de risques que certaines soient malades. Leonard Nunney, dont les travaux ont été publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, fonde sa recherche sur le modèle fondamental du développement du cancer, selon lequel les individus accumulent des mutations dans leurs cellules tout au long de leur vie. Si un ensemble particulier de mutations a lieu, certains types de cancer peuvent se développer. La théorie suggère donc qu'avoir davantage de cellules, ou plus de divisions par cellule, en augmenterait le risque. Comparant son hypothèse à de précédentes études sur le sujet, ses prédictions semblent concorder avec les observations faites dans la vie réelle. En tout, un risque accru lié à la taille a été observé pour 18 de 23 cancers considérés par l'étude. Avec une cause particulière ? "Que cela vienne d'une meilleure alimentation ou du fait que vos parents soient grands n'a pas d'importance... c'est purement un certain nombre de cellules, quelle que soit la manière dont cela se produit", explique-t-il. Il admet néanmoins que les différences de taille ne sont qu'une explication partielle au fait que les hommes, généralement plus grands, aient plus de risques que les femmes de développer un cancer. Les conclusions de Leonard Nunney ont été saluées par ses pairs, bien que ses calculs reposent sur des hypothèses, notamment que le risque de cancer augmente proportionnellement à la taille, qu'il y aurait lieu de nuancer. Mais son argumentation est jugée convaincante.Il ne faut cependant pas être alarmiste pour autant : "un certain nombre d'études au fil des ans ont montré que les personnes de grande taille semblent avoir un risque légèrement plus élevé de cancer. Mais le risque est faible et il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour réduire le risque de développer un cancer, comme ne pas fumer et maintenir un poids de forme", précise Georgina Hill, du centre britannique de recherche contre le cancer (Cancer Research UK).