Dans l'enfance, les voix des filles et des garçons se ressemblent. Ce n'est qu'à la puberté que la différence devient évidente : la testostérone, hormone sexuelle "mâle", fait croître le larynx - avec les deux plis vocaux, qui interagissent avec la poitrine et l'air entrant et sortant des poumons pour produire des sons. Comme après la puberté les plis vocaux des garçons sont deux fois plus longs qu'à l'enfance, les "cordes" vibrent à la moitié de la fréquence, et la voix sonne environ une octave plus bas.

Et les filles? Comme elles produisent relativement peu de testostérone, la croissance de leurs plis vocaux est plus faible que chez les garçons. Néanmoins, leur voix descend d'environ une tierce, ce qui correspond à une augmentation de la longueur des "cordes" de quatre à cinq millimètres. Le mécanisme est donc à peu près le même que dans le cas de la mue de la voix masculine, l'effet est simplement moins clair.

D'autres changements vocaux après la puberté

Même après la puberté, la voix peut encore changer. Au cours du cycle de vie, la voix s'affaiblit et n'est plus aussi forte. Le tissu musculaire et l'épithélium entourant les plis vocaux perdent de volume et d'élasticité avec l'âge.

D'ailleurs, la taille du larynx peut être modifiée par la testostérone même après la puberté. Si la quantité d'hormones dans le corps augmente, la voix descend constamment. Et cela vaut aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Les athlètes féminines de compétition qui, en raison de leur voix anormalement grave, ont été condamnées pour dopage à la testostérone en savent quelque chose.

Greta Pralle

Source: Geo