Ces derniers jours, vous avez peut-être revu The Omen, Friday the 13th, A nightmare on Elm Street et The Fly avec plaisir et vous vous demandez si cette pulsion irrésistible pour le répugnant est normale? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Même les spectateurs qui se couvrent les yeux pour se protéger ne résistent pas à l'envie de regarder à travers leurs doigts.
...

Ces derniers jours, vous avez peut-être revu The Omen, Friday the 13th, A nightmare on Elm Street et The Fly avec plaisir et vous vous demandez si cette pulsion irrésistible pour le répugnant est normale? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Même les spectateurs qui se couvrent les yeux pour se protéger ne résistent pas à l'envie de regarder à travers leurs doigts.Pourtant, cela semble quelque peu contradictoire : un être vivant qui cherche volontairement des dangers graves et menaçants dans un monde volatile où nous risquons de plus en plus de perdre nos repères? Nos ancêtres nous déclareraient fous.Beaucoup, cependant, apprécient le sentiment d'une situation effrayante et sont même prêts à payer le prix fort. Les enfants recherchent ces moments dès leur plus jeune âge en jouant à des jeux comme cache-cache, qui est au fond une simulation d'une interaction avec une proie prédatrice, et où le parent grogne parfois littéralement comme une bête sauvage. Les animaux connaissent aussi le phénomène. Il suffit de regarder jouer des chatons.La raison pour laquelle nous nous infligeons cela peut donc être expliquée de manière parfaitement scientifique.Tout d'abord, la réaction de lutte ou de fuite qu'entraîne la peur n'est pas désagréable. Le système nerveux sympathique agit : notre coeur se met en surmenage, la respiration s'accélère et la tension artérielle augmente. Les substances adrénaline, endorphine et dopamine se libèrent. Ce sont les mêmes hormones et neurotransmetteurs qui provoquent des émotions positives telles que le bonheur et l'excitation. De plus, la tension qui s'accumule dans le corps doit également être libérée et nous le faisons en riant ou en criant spontanément. Il est donc logique que l'agitation que nous ressentons pendant un moment d'horreur puisse également être vécue positivement. Bien que l'effet ne soit pas le même pour tout le monde puisque la dopamine a un effet moins prononcé sur certaines personnes que d'autres.Une fois le moment de frémissement terminé, le système nerveux parasympathique s'active. Le rythme cardiaque, la respiration et la tension artérielle reviennent à leur valeur normale, ce qui permet de se détendre. Halloween, le parfait exutoire au stress quotidien dans nos vies !La réaction de combat ou de fuite a aussi des avantages physiques. En raison du rythme cardiaque accéléré, le corps brûle plus de calories. Le film d'horreur qui, selon les scientifiques, brûle le plus de calories est The Shining avec 184 calories, ce qui équivaut à peu près à une marche de 40 minutes. Jaws et The Exorcist sont en deuxième et troisième position avec respectivement 161 et 158 calories. Mais soyons clairs, il ne faut pas pour autant échanger sa séance de fitness contre une soirée avec Jack Nicholson.Cela peut paraître étrange, mais les situations d'horreur sont aussi l'occasion idéale de renforcer sa confiance en soi. Quand on a réussi à terminer un film d'horreur ou un tour dans une maison hantée, on est envahi par un sentiment de fierté. On a relevé un défi. Là aussi, l'effet n'est pas le même pour tout le monde. Certaines personnes, par exemple, ne veulent plus jamais mettre le pied dans une maison hantée parce qu'elles ont eu un traumatisme dans leur enfance. Parce que c'est aussi un effet secondaire des substances déclenchées par le combat ou la réaction de fuite : elles assurent que les souvenirs forts sont ancrés dans la mémoire.Une troisième explication à notre inclination au sinistre est la distraction qu'elle entraîne, ce qui en soi peut être une expérience positive. Quand quelque chose de lugubre se produit, nous sommes extrêmement concentrés et nos préoccupations habituelles passent au second plan. Cela nous amène au "ici et maintenant" et crée une merveilleuse pause mentale. Quelque chose que nous recherchions frénétiquement depuis quelques années, comme en témoigne la mode de la pleine conscience qui envahit l'Occident depuis quelques années.Un dernier atout des situations d'horreur est l'expérience partagée avec d'autres. Les maisons hantées, les films d'horreur et les montagnes russes sont généralement des expériences vécues en famille ou entre amis. Cela permet de resserrer les liens et de créer une base pour des souvenirs durables. Rien que cela peut avoir un effet réjouissant.Mais où est la frontière entre le frisson d'angoisse et le véritable sentiment de peur ? Le contexte est un facteur important dans la façon dont nous vivons la peur. Lorsque notre "cerveau pensant" donne à notre "cerveau émotionnel" l'information nécessaire que nous sommes dans un endroit sûr, que la peur est limitée et délibérément recherchée, nous pouvons rapidement nous adapter pour qu'une sensation d'excitation devienne possible. En d'autres termes, on contrôle la situation parce qu'on crée un cadre protecteur. Si on marche dans une ruelle sombre la nuit et que l'on est pourchassé par un homme bizarre, les pensées et le cerveau émotionnel seront d'accord qu'il n'y a qu'une chose à faire: fuir le plus vite possible. C'est pourquoi le phénomène des clowns d'horreur qui a frappé les États-Unis et l'Europe il y a quelques années n'a pas eu non plus l'effet souhaité. C'était à la limite du plaisir et de la menace, car on ignorait leur motivation. Pourquoi certains n'aiment pas frissonner Les raisons susmentionnées ne s'appliquent qu'à ceux qui aiment ça. Si vous tombez des nues, et que vous ne comprenez pas comment quelqu'un peut prendre plaisir à avoir peur, vous appartenez à la catégorie des gens qui détestent profondément cette période de l'année. Cela aussi s'explique logiquement. Quand quelqu'un vit la situation comme " trop réelle ", un sentiment de peur extrême prend le dessus et le sentiment de contrôle disparaît. Il y a un déséquilibre entre l'excitation de la peur dans le cerveau émotionnel et le sentiment de contrôle dans le cerveau pensant. C'est pourquoi il vaut mieux ne pas entraîner de trop jeunes enfants dans la maison hantée, car ils ne font pas toujours la différence entre réalité et fiction. Les fans d'horreur ont aussi un tel déséquilibre : ils apprécient les films de Freddy Krueger par exemple, mais deviennent fous en voyant L'Exorciste.L'inverse est également possible : si l'expérience n'est pas suffisamment déclenchée dans le sens du cerveau émotionnel ou si la situation est trop irréelle pour le cerveau pensant, l'effet est également perdu. Un expert en anatomie qui observe les erreurs d'un film de zombies en faisant appel à son cerveau cognitif ne sera pas en mesure de profiter de l'expérience.Bien que frissonner soit assez inoffensif, la peur ne l'est pas du tout. Une quantité anormale d'anxiété peut causer beaucoup de souffrances et limiter considérablement le mode de vie d'une personne. Près d'une personne sur quatre souffre d'une forme quelconque de trouble d'angoisse au cours de sa vie et près de 8% souffrent du syndrome de stress post-traumatique. La bonne nouvelle, c'est que de telles conditions peuvent être traitées dans un laps de temps relativement court sous forme de psychothérapie et de médicaments.Pourquoi frissonner est bon pour la santé Selon la sociologue américaine Margee Kerr, dans certains cas, l'horreur peut avoir un effet thérapeutique sur les adultes. Elle conseille d'oser jouer avec cette peur, et de voir comment notre corps réagit, car c'est un sentiment très personnel. "Expérimenter une peur 'agréable, mais sûre' qui active notre système nerveux sympathique peut nous donner un sentiment de maîtrise, que nous avons en main", dit Kerr. "En étant dans l'ici et le maintenant, on entre en contact avec son corps et on a moins d'attention pour votre environnement. En fin de compte, on se sent satisfait d'avoir survécu au défi."C'est pourquoi l'horreur existe depuis toujours. Non seulement parce que l'obscurité et le dégoûtant fascinent, mais aussi parce que les histoires d'horreur nous aident à affronter certaines peurs. Elles nous permettent d'élaborer des "stratégies d'adaptation" qui peuvent s'avérer utiles. Nous apprenons à avoir vraiment peur et à gérer cette émotion négative. Si on donne trop d'espace à la peur, vous serez pris par cette peur et vous ne serez plus capable de suivre votre propre voie dans la vie.C'est ce que les frères Grimm ont très bien compris avec leurs contes de fées remplis de personnages effrayants. Mieux vaut donc laisser faire le méchant loup du Petit Chaperon rouge. Mais ce soir, mettez tout de même vos enfants au lit avant de regarder Blair Witch.