Un coup d'oeil à la page qui reprend les produits rappelés pour cause de présence d'oxyde d'éthylène (ETO) de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) montre, qu'aujourd'hui encore, les rappels ont lieu chaque semaine en raison de la présence de matières premières contaminées, telles que la gomme de caroube (E410) et les épices, dans les produits finis. Même le RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed), un système d'alerte qui signale les problèmes relatifs aux produits agroalimentaires dans l'Union européenne, signale encore presque chaque jour un produit contaminé quelque part en Europe.

En tant que consommateurs, consulter régulièrement ces pages n'est donc pas un luxe. L'oxyde d'éthylène est un désinfectant gazeux dont l'utilisation dans l'alimentation est interdite en Europe depuis les années 1980. Les produits rappelés par l'AFSCA ne peuvent pas être consommés et doivent être retournés au magasin. La série de rappel a commencé en septembre 2020 lorsque l'AFSCA a informé la Commission européenne d'une contamination de graines de sésame par de l'ETO provenant d'Inde. Ce gaz pesticide est utilisé dans ce pays pour lutter, entre autres, contre les salmonelles. Aujourd'hui, le problème est principalement lié à la présence d'une trop grande quantité de résidus d'ETO dans la farine de caroube, un épaississant largement utilisé dans les produits glacés, mais aussi dans les sauces, les fromages, les produits carnés et les sucreries. Ces dernières semaines, par exemple, cela a concerné les glaces de différentes marques, les gâteaux glacés et les frites. L'une des raisons pour lesquelles les rappels se poursuivent est qu'il faut du temps pour remonter des lots non conformes jusqu'au produit final. Des matières premières telles que l'E410 et les graines de sésame sont ajoutées en petites quantités à toute une série de produits.

Le pire serait passé

"Nous pouvons vraiment dire que le pire est derrière nous", assure Hélène Bonte, porte-parole de l'AFSCA. "Ce que nous voyons maintenant, ce sont les séquelles des derniers mois, où plusieurs produits ont été rappelés chaque jour. Tout comme dans la crise du covid, on peut parler de plusieurs vagues dans la crise de l'ETO. La première vague concernait les graines de sésame utilisées dans les biscuits, les bagels et autres produits de boulangerie. Après la vague du sésame, une autre petite vague s'est développée avec des produits à base d'épices et de mélanges d'épices. Cet été, une troisième vague importante a éclaté avec la gomme de caroube, que l'on trouve dans de nombreux produits glacés. Les rappels sporadiques que nous observons aujourd'hui nous sont signalés par le système européen RASFF, dans lequel les États membres s'informent mutuellement lorsqu'ils découvrent un problème dans un produit qui se trouve également sur les étagères d'autres États membres. C'est un système qui fonctionne très bien".

La crise de l'ETO a été quelque peu éclipsée par la pandémie l'année dernière, mais en coulisses, les mesures européennes ont fait l'objet de discussions animées. Certains États membres, dont la Belgique, ont remis en question les rappels d'aliments au cours des derniers mois, car il y aurait un risque très faible pour la santé des consommateurs. Il est en effet tout à fait possible que les produits dans les magasins ne contiennent plus de traces de pesticide après le traitement des matières premières contaminées. Néanmoins, toutes les matières premières (transformées) qui dépassaient la limite maximale applicable aux résidus (LMR) d'oxyde d'éthylène devaient être retirées des rayons à la demande de l'Europe, quelle que soit la teneur réelle en ETO du produit final. L'industrie alimentaire a fait valoir qu'une telle approche de tolérance zéro est contraire aux efforts déployés pour une plus grande durabilité. Cela entraîne beaucoup de gaspillage alimentaire et des coûts élevés".

Une approche plus subtile

Suite à une réunion en octobre 2021 entre les États membres et la Commission, l'approche s'est faite plus subtile. Les produits composites - produits contenant des matières premières contaminées - ne doivent plus être rappelés aux consommateurs s'ils ne dépassent pas la limite maximale de résidus, mais ils doivent être retirés des rayons parce qu'ils ne sont pas conformes. Si une analyse des risques montre qu'il peut tout de même y avoir un risque pour la santé des consommateurs, le produit doit être retiré des rayons et rappelé auprès des consommateurs.

Lorsque nous trouvons de l'ETO dans une matière première, nous effectuons des calculs approfondis pour déterminer la teneur en ETO du produit final", explique M. Bonte. Pour ce faire, nous examinons différents facteurs tels que la quantité de matière première utilisée dans le produit final, le pourcentage de mélange, etc. Si le calcul indique une teneur en ETO dans le produit final supérieure à la LMR, un rappel est effectué. Si ce n'est pas le cas, cela ne signifie pas automatiquement que nous ne rappelons pas le produit, mais nous effectuons une analyse supplémentaire en laboratoire en échantillonnant un lot du produit final et en vérifiant si le produit ne contient pas d'ETO comme le montre le calcul. De cette manière, nous mettons en place une sécurité supplémentaire.

Malgré l'affinement des mesures, la Commission européenne continue d'appliquer la tolérance zéro. Tous les aliments dangereux doivent disparaître. Le principe de durabilité et la prévention du gaspillage alimentaire sont alors secondaires par rapport à la sécurité alimentaire, selon la Commission. L'Agence européenne des produits chimiques (EHCA) est très claire au sujet de l'oxyde d'éthylène : il est cancérigène. Bien que la consommation de produits contenant des traces d'oxyde d'éthylène ne soit pas directement dangereuse pour la santé, elle l'est si l'on en ingère de grandes quantités sur une longue période.

Pas de quatrième vague

C'est pourquoi l'Europe a pris diverses mesures pour que les lots contaminés par l'oxyde d'éthylène ne puissent plus atteindre le marché européen et que les produits contaminés soient interceptés avant d'arriver dans les rayons. Bonte précise : " Depuis octobre 2020, les graines de sésame importées d'Inde doivent être accompagnées d'un certificat officiel et d'un rapport d'analyse garantissant la conformité des graines de sésame aux normes européennes ". En outre, 50 % des envois sont également échantillonnés et analysés ici en Europe. Par conséquent, de nombreuses entreprises qui travaillent avec des matières premières provenant de pays où l'utilisation de l'oxyde d'éthylène est autorisée ont également inclus ces analyses dans leur autocontrôle. Un troisième niveau de contrôle est que, depuis janvier 2021, l'AFSCA a inclus l'ETO dans son programme de contrôle. "Alors que dans le passé nous contrôlions sporadiquement l'ETO, un nombre fixe d'analyses est maintenant prévu pour les graines de sésame, la gomme de caroube, les épices et les herbes. Celles-ci sont effectuées sur différents types de produits dans tous les maillons de la chaîne alimentaire".

En outre, de nouvelles règles entreront en vigueur en janvier 2022, en vertu desquelles les États membres effectueront des contrôles à l'importation sur davantage de produits provenant d'un plus grand nombre de pays d'origine. Concrètement, les conditions d'exportation des pays tiers vers l'UE deviendront plus strictes et seront liées à la certification par les autorités locales. Car comme pour le Covid, une quatrième vague n'est pas non plus souhaitable dans la crise de l'ETO.

Un coup d'oeil à la page qui reprend les produits rappelés pour cause de présence d'oxyde d'éthylène (ETO) de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) montre, qu'aujourd'hui encore, les rappels ont lieu chaque semaine en raison de la présence de matières premières contaminées, telles que la gomme de caroube (E410) et les épices, dans les produits finis. Même le RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed), un système d'alerte qui signale les problèmes relatifs aux produits agroalimentaires dans l'Union européenne, signale encore presque chaque jour un produit contaminé quelque part en Europe. En tant que consommateurs, consulter régulièrement ces pages n'est donc pas un luxe. L'oxyde d'éthylène est un désinfectant gazeux dont l'utilisation dans l'alimentation est interdite en Europe depuis les années 1980. Les produits rappelés par l'AFSCA ne peuvent pas être consommés et doivent être retournés au magasin. La série de rappel a commencé en septembre 2020 lorsque l'AFSCA a informé la Commission européenne d'une contamination de graines de sésame par de l'ETO provenant d'Inde. Ce gaz pesticide est utilisé dans ce pays pour lutter, entre autres, contre les salmonelles. Aujourd'hui, le problème est principalement lié à la présence d'une trop grande quantité de résidus d'ETO dans la farine de caroube, un épaississant largement utilisé dans les produits glacés, mais aussi dans les sauces, les fromages, les produits carnés et les sucreries. Ces dernières semaines, par exemple, cela a concerné les glaces de différentes marques, les gâteaux glacés et les frites. L'une des raisons pour lesquelles les rappels se poursuivent est qu'il faut du temps pour remonter des lots non conformes jusqu'au produit final. Des matières premières telles que l'E410 et les graines de sésame sont ajoutées en petites quantités à toute une série de produits."Nous pouvons vraiment dire que le pire est derrière nous", assure Hélène Bonte, porte-parole de l'AFSCA. "Ce que nous voyons maintenant, ce sont les séquelles des derniers mois, où plusieurs produits ont été rappelés chaque jour. Tout comme dans la crise du covid, on peut parler de plusieurs vagues dans la crise de l'ETO. La première vague concernait les graines de sésame utilisées dans les biscuits, les bagels et autres produits de boulangerie. Après la vague du sésame, une autre petite vague s'est développée avec des produits à base d'épices et de mélanges d'épices. Cet été, une troisième vague importante a éclaté avec la gomme de caroube, que l'on trouve dans de nombreux produits glacés. Les rappels sporadiques que nous observons aujourd'hui nous sont signalés par le système européen RASFF, dans lequel les États membres s'informent mutuellement lorsqu'ils découvrent un problème dans un produit qui se trouve également sur les étagères d'autres États membres. C'est un système qui fonctionne très bien".La crise de l'ETO a été quelque peu éclipsée par la pandémie l'année dernière, mais en coulisses, les mesures européennes ont fait l'objet de discussions animées. Certains États membres, dont la Belgique, ont remis en question les rappels d'aliments au cours des derniers mois, car il y aurait un risque très faible pour la santé des consommateurs. Il est en effet tout à fait possible que les produits dans les magasins ne contiennent plus de traces de pesticide après le traitement des matières premières contaminées. Néanmoins, toutes les matières premières (transformées) qui dépassaient la limite maximale applicable aux résidus (LMR) d'oxyde d'éthylène devaient être retirées des rayons à la demande de l'Europe, quelle que soit la teneur réelle en ETO du produit final. L'industrie alimentaire a fait valoir qu'une telle approche de tolérance zéro est contraire aux efforts déployés pour une plus grande durabilité. Cela entraîne beaucoup de gaspillage alimentaire et des coûts élevés".Suite à une réunion en octobre 2021 entre les États membres et la Commission, l'approche s'est faite plus subtile. Les produits composites - produits contenant des matières premières contaminées - ne doivent plus être rappelés aux consommateurs s'ils ne dépassent pas la limite maximale de résidus, mais ils doivent être retirés des rayons parce qu'ils ne sont pas conformes. Si une analyse des risques montre qu'il peut tout de même y avoir un risque pour la santé des consommateurs, le produit doit être retiré des rayons et rappelé auprès des consommateurs.Lorsque nous trouvons de l'ETO dans une matière première, nous effectuons des calculs approfondis pour déterminer la teneur en ETO du produit final", explique M. Bonte. Pour ce faire, nous examinons différents facteurs tels que la quantité de matière première utilisée dans le produit final, le pourcentage de mélange, etc. Si le calcul indique une teneur en ETO dans le produit final supérieure à la LMR, un rappel est effectué. Si ce n'est pas le cas, cela ne signifie pas automatiquement que nous ne rappelons pas le produit, mais nous effectuons une analyse supplémentaire en laboratoire en échantillonnant un lot du produit final et en vérifiant si le produit ne contient pas d'ETO comme le montre le calcul. De cette manière, nous mettons en place une sécurité supplémentaire.Malgré l'affinement des mesures, la Commission européenne continue d'appliquer la tolérance zéro. Tous les aliments dangereux doivent disparaître. Le principe de durabilité et la prévention du gaspillage alimentaire sont alors secondaires par rapport à la sécurité alimentaire, selon la Commission. L'Agence européenne des produits chimiques (EHCA) est très claire au sujet de l'oxyde d'éthylène : il est cancérigène. Bien que la consommation de produits contenant des traces d'oxyde d'éthylène ne soit pas directement dangereuse pour la santé, elle l'est si l'on en ingère de grandes quantités sur une longue période.C'est pourquoi l'Europe a pris diverses mesures pour que les lots contaminés par l'oxyde d'éthylène ne puissent plus atteindre le marché européen et que les produits contaminés soient interceptés avant d'arriver dans les rayons. Bonte précise : " Depuis octobre 2020, les graines de sésame importées d'Inde doivent être accompagnées d'un certificat officiel et d'un rapport d'analyse garantissant la conformité des graines de sésame aux normes européennes ". En outre, 50 % des envois sont également échantillonnés et analysés ici en Europe. Par conséquent, de nombreuses entreprises qui travaillent avec des matières premières provenant de pays où l'utilisation de l'oxyde d'éthylène est autorisée ont également inclus ces analyses dans leur autocontrôle. Un troisième niveau de contrôle est que, depuis janvier 2021, l'AFSCA a inclus l'ETO dans son programme de contrôle. "Alors que dans le passé nous contrôlions sporadiquement l'ETO, un nombre fixe d'analyses est maintenant prévu pour les graines de sésame, la gomme de caroube, les épices et les herbes. Celles-ci sont effectuées sur différents types de produits dans tous les maillons de la chaîne alimentaire".En outre, de nouvelles règles entreront en vigueur en janvier 2022, en vertu desquelles les États membres effectueront des contrôles à l'importation sur davantage de produits provenant d'un plus grand nombre de pays d'origine. Concrètement, les conditions d'exportation des pays tiers vers l'UE deviendront plus strictes et seront liées à la certification par les autorités locales. Car comme pour le Covid, une quatrième vague n'est pas non plus souhaitable dans la crise de l'ETO.