Lorsque Servaas Bingé, en tant que médecin de l'équipe cycliste du Lotto Soudal, a trouvé un nouveau défi dans le monde du sport de haut niveau, il s'est vite rendu compte que sa formation classique présentait des lacunes. "Dans ma pratique quotidienne, les gens arrivent avec un problème qu'ils veulent que je résolve. Les athlètes de haut niveau me posent une autre question : "Comment puis-je être au top de ma forme ?" Ils savent que ce qu'ils font n'est pas toujours bénéfique, mais ils ont besoin d'une santé de fer pour pouvoir réaliser des performances."

Le docteur Bingé a commencé à y penser de plus en plus. Que se passerait-il si le patient d'un médecin généraliste posait la même question ?

"Bien sûr, c'est au médecin de soigner son patient", souligne-t-il. Le système de soins de santé en Belgique fonctionne extrêmement bien. Croyez-moi, s'il y a un endroit où je veux tomber malade, c'est bien la Belgique. Je ne suis certainement pas en faveur de l'abolition de la formation classique en médecine, mais en même temps, nous devons faire attention à l'autre côté du spectre. Cela signifie que nous devons nous attaquer à l'étape précédant les symptômes. Pourquoi une artère coronaire se bouche-t-elle ? Pourquoi une personne fait-elle une crise cardiaque ? Telle est la question clé."

Dans son livre 'De Lijst' ("La Liste"), qui sera bientôt publié aux Pays-Bas et en France, le médecin appelle à une attitude plus consciente face à la vie, à l'auto-examen et à la prise en main de notre santé en mettant l'accent sur la prévention des problèmes plutôt que de se focaliser sur leurs symptômes.

Votre vision sur l'attitude à prendre en matière de santé ("Healthitude") est suivie. Les experts en santé plaident de plus en plus en faveur d'une meilleure utilisation de la médecine préventive. Mais le Belge est-il prêt à modifier son comportement et son alimentation en échange d'années de vie en meilleure santé?

Bingé : Les mentalités ont évolué depuis un certain temps, plus vite que celles de la plupart des médecins. C'est comme la "Théorie de la diffusion de l'innovation" de Rogers : une nouvelle technologie ou une nouvelle idée n'atteint initialement qu'une poignée de geeks jusqu'à ce que ce groupe se développe de plus en plus et que presque tout le monde y adhère. Cette théorie s'applique également au mode de vie et à la prévention. Nous avons déjà un groupe raisonnable d'adhérents précoces (early adopters), qui est de plus en plus grand. Néanmoins, il reste encore du pain sur la planche pour la majorité des patients. Je suis donc heureux d'appliquer la stratégie d'intervention minimale. A quoi ressemble la vie du patient en ce moment, et que puis-je y changer de façon subtile ? Je leur conseille, par exemple, d'arrêter de faire de leur repas du soir en repas principal et d'opter pour une alimentation légère et à base de végétaux. De plus en plus d'interventions suivent jusqu'à ce que le résultat souhaité soit atteint.

Dans quelle mesure la vision d'une approche préventive a-t-elle déjà imprégné les formations médicales classiques ?

Bingé : Il y une amélioration, mais nous en sommes encore loin. Les médecins généralistes appliquent encore trop souvent le principe curatif. Prenez le diabète : la plupart des médecins généralistes prescrivent des médicaments pour abaisser la glycémie, mais cela ne résout pas le problème. On camoufle juste les symptômes. La question que nous devrions nous poser est : "Pourquoi la glycémie a-t-elle augmenté ?" Si quelqu'un a eu de nombreux pics de glycémie toute sa vie, le pancréas sera épuisé à un moment donné et un régime faible en glucides peut soulager cette personne. J'aime donner l'exemple de cet homme diagnostiqué diabétique et qui est venu me voir en 2014. Je lui ai donné deux options : soit une pilule, encore une autre pilule, puis une injection et dans dix ans peut-être une plaie qui ne guérit pas ? Ou, changer son mode de vie ? Le résultat était qu'après cinq ans, l'homme n'était plus diabétique et ne prenait plus aucun médicament. Si j'avais suivi le chemin classique, il aurait été empêtré avec deux ou trois drogues.

Existe-t-il d'autres affections courantes auxquelles on peut s'attaquer en modifiant son mode de vie, mais où les médecins généralistes ont encore trop souvent tendance à prescrire des médicaments ?

Bingé : Avec les médicaments qui abaissent le cholestérol, vous pouvez contrôler les taux de cholestérol dans vos résultats sanguins, mais le risque de maladies cardiovasculaires ne diminue pas. Il en va de même pour les médicaments contre l'hypertension artérielle. Si vous laissez quelqu'un perdre cinq pour cent de son poids corporel, sa tension artérielle diminuera également de 10 à 20 mmHg. En fait, vous pouvez avoir cette discussion sur beaucoup de médicaments. Bien sûr, en tant que médecin, je prescris des médicaments. Cependant, je les utilise beaucoup plus consciemment qu'auparavant, parce que nous avons tant de choses entre nos mains. Je comprends pourquoi nous ne faisons pas plus d'efforts. Je suis médecin généraliste moi-même.

Dr Servaas Bingé © dr

Expliquez-nous...

Bingé : Les médecins généralistes n'ont pas le temps pour cela. Nous sommes dans un système où nous sommes récompensés en tant que médecins pour abattre le plus grand volume possible de travail. Il nous est donc beaucoup plus facile de renvoyer les patients à la maison avec une pilule que de leur donner des conseils sur leur mode de vie. Une réorganisation du système de soins de santé est nécessaire. Les médecins coûtent très cher à la société. Alors, pourquoi ne pas introduire la profession de coach en santé générale ? Il s'agit de profils moins chers sur le plan économique, qui peuvent se permettre de libérer une heure de leur temps pour mettre les choses au point avec le patient. Le rôle du médecin peut alors être confié au coordonnateur de santé lorsqu'il s'agit de prendre des décisions curatives. Parce que ça sera toujours nécessaire.

Il ne faut pas se leurrer: les aliments sains sont plus chers.

Le pouvoir des sociétés pharmaceutiques et les prix bon marché de la restauration rapide ne sont-ils pas les grandes pierres d'achoppement de la médecine lifestyle ?

Bingé : Il ne faut pas se leurrer: les aliments sains sont plus chers. Et un mode de vie plus sain exige une meilleure organisation. D'autres facteurs jouent également un rôle, comme l'influence du marketing. Dans ma pratique, j'ai vu une jeune mère me dire qu'elle ne donnait à ses enfants que des bonbons aux fruits parce qu'elle pensait que c'était plus sain. Tant les médecins que le gouvernement ont une grande responsabilité à cet égard.

Cette année, vous avez fondé emma.health, une plateforme numérique qui évalue le risque de maladie qu'encourt une personne. Comment ça marche exactement ?

Bingé : Emma.health est un outil de profilage médical des risques qui fournit également des conseils sur le mode de vie. Dans la première version, via un entretien en ligne, nous analysons le risque des cinq principales maladies chroniques : les maladies cardiovasculaires, les maladies pulmonaires, le diabète, le cancer et l'obésité. Dans la deuxième version qui sera lancée courant 2020, en plus de ce questionnaire, nous mesurerons efficacement les biomarqueurs. La plateforme est basée sur la médecine P4 pour Prédictive, Préventive, Personnalisée et Participative. Concrètement, il s'agit de faire des prédictions sur la base de Big Data, de faire de la prévention à travers le mode de vie, de traiter personnellement sur la base de l'ADN et des tests de microbiome, et de créer ensemble les outils permettant à la science d'évoluer davantage et de parvenir ainsi à un système de santé préventif qui s'enrichit de nouvelles choses".

Un tel dépistage génétique pour tous est, pour l'instant, inabordable pour notre système de soins de santé.

Bingé : En 2003, lorsque le génome humain a été cartographié pour la première fois, il a coûté plusieurs millions de dollars. Aujourd'hui, les prix baissent. Nous ne sommes plus si loin de profils d'ADN à la fois abordables et qualitatifs, mais la vigilance s'impose. Il y a pas mal de cow-boys sur le marché médical. Il n'est pas non plus vrai de dire que nous serons capables de tout prédire. Néanmoins, nous devons croire que l'avenir est prometteur. Si nous ne commençons pas par cela, le dépistage génétique ne pourra jamais démarrer.

La pyramide alimentaire existe depuis plus de 50 ans et nous ne sommes pas vraiment en meilleure santé.

Le gouvernement fait aussi beaucoup de recherche sur la population. Mais le dépistage comporte aussi des risques et la probabilité de contracter certaines maladies est très faible. Ces tests préventifs sont-ils rentables ?

Bingé : Le dépistage doit sans aucun doute occuper une place importante dans une politique de santé sociale. Toutefois, nous devons être conscients que le dépistage est déjà une deuxième étape. Nous examinons si une personne est atteinte ou non de la maladie, mais nous ne l'empêchons pas de la contracter. À mon avis, la prévention dans la tête des gens se limite encore trop au dépistage et à la détection précoce. Cependant, la prévention comporte trois volets : la prévention, le dépistage et l'intervention précoce, le premier étant le plus simple : ne pas fumer, ne pas boire trop d'alcool, bien dormir, manger sainement et faire suffisamment d'exercice physique.

C'est en effet un message simple que nous connaissons tous maintenant. Alors pourquoi ne vivons-nous pas en fonction de cela ? Est-ce que notre environnement le permet toujours ?

Bingé : Ce n'est pas facile pour nous, en effet. L'information est également si répandue qu'à long terme, personne n'y voit plus clair. Malgré tout, la plupart des gens savent très bien ce qui est sain pour eux et ce qui ne l'est pas, mais ils ne sont pas suffisamment conscients des conséquences à long terme. Nous devons donc continuer à surmonter les obstacles et à fournir aux gens des outils pour expliquer le lien entre la santé et le mode de vie.

Le dépistage doit occuper une place importante dans une politique de santé sociale.

L'un de ces outils est votre livre "De Lijst", dans lequel vous donnez aux aliments sains la place qu'ils méritent d'une manière pratique. En quoi consiste ce régime ?

Bingé : ''De Lijst'' est ce que le monde scientifique appelle un régime détox. Tout aliment qui provoque la toxicité, perturbe le microbiome ou crée certaines intolérances et hypersensibilités est laissé de côté pendant dix jours et remplacé par un ensemble limité d'aliments sains. C'est le régime détox le plus complet que vous puissiez imaginer. Ensuite, le but est de réintroduire les anciens aliments étape par étape. De cette façon, je veux montrer aux gens de façon accessible quel est le lien entre leurs symptômes et la nutrition. Il s'agit d'un plan court, pratique qui a une fin et est donc motivant.

L'expert en nutrition Patrick Mullie dit qu'une détox de dix jours est " absurde " d'un point de vue scientifique. Si vous voulez manger sainement, il est préférable de suivre la pyramide alimentaire inversée

Bingé : La pyramide alimentaire existe depuis plus de 50 ans et nous ne sommes pas vraiment en meilleure santé. Je pars toujours d'une base scientifique, mais j'utilise aussi mon bon sens. Je sais d'expérience que beaucoup de gens se débarrassent effectivement de leurs maux grâce à une détox. La nutrition et la science sont en effet des alliances difficiles parce qu'il faut tenir compte de nombreux facteurs. Avant de pouvoir prouver noir sur blanc que quelque chose est vrai, il faut surmonter de nombreuses difficultés épidémiologiques. J'admets que dix jours, c'est trop court si vous voulez faire une détox complète dans les règles de l'art. La durée idéale est de six semaines. Mais en une dizaine de jours, on sent déjà la différence.

Vous appelez la nourriture "la plus grande arme de destruction massive au monde". Vous n'allez pas un peu trop loin ?

Bingé : J'en suis de plus en plus convaincu. La nutrition est quelque chose que nous consommons quotidiennement et dont nous devons prendre conscience qu'elle peut nous détruire. Quelqu'un qui a eu un mode de vie malsain pendant des années et qui se plaint de nombreux maux ressentira indéniablement la différence après une période où il a mangé une alimentation vraiment saine. Tout le monde le reconnaîtra. Si vous mangez un sandwich jambon-fromage mayo à midi, vous aurez une hypoglycémie deux heures après, ce qui vous ralentit et vous amène à prendre un café accompagné d'une collation. Si vous optez pour un déjeuner végétal, vous vous sentirez beaucoup plus en forme et vous aurez les idées plus claires.

Ce n'est que lorsque les gens comprendront vraiment qu'ils auront la force de laisser leur portion de frites sur la table.

Le nouveau nutriscore peut-il aider à sensibiliser les gens à prendre plus conscience de leur alimentation ?

Bingé : C'est une bonne initiative, mais cela peut parfois sembler un peu confus. Si nous voulons aider les gens, nous devons leur faciliter la tâche. Parfois, j'ai l'impression que le gouvernement et les médias font le contraire. C'est pourquoi il y a tant de malentendus au sujet de la nutrition. Le café est sain un jour, néfaste le lendemain. Ce n'est que lorsque les gens comprendront vraiment qu'ils trouveront la force de laisser leur portion de frites sur la table.

Cette médecine basée sur le mode de vie ne crée-t-elle pas un sentiment de culpabilité ? Et si quelqu'un tombe malade et se reproche de ne pas avoir vécu en assez bonne santé ?

Bingé : La culpabilité n'est pas quelque chose que quelqu'un peut vous imposer. Mais il est vrai que la prévention s'accompagne de questions éthiques. Il n'y a pas que la question de la culpabilité. Voulez-vous savoir, par exemple, que vous développerez le diabète dans cinq ans ? Ou que vous avez un risque élevé de développer la maladie d'Alzheimer ? Ce sont des questions que nous devons tous examiner ensemble et avec bon sens. Mais nous ne devons pas nous cacher derrière ces questions éthiques pour éviter le dépistage et la prévention aujourd'hui. La médecine préventive est un fait, et alors nous, en tant que médecins, nous ferions mieux de prendre nos responsabilités.

Que faites-vous vous-même pour rester en bonne santé ? Appliquez-vous toujours votre propre philosophie ?

Bingé : A cause de mon travail très prenant, j'ai mal vécu et mangé pendant des années, même si je savais parfaitement ce que je devais faire. À un certain moment, j'ai eu moi-même le déclic et j'ai mis en pratique mes connaissances théoriques. Dans le domaine de la nutrition, j'applique maintenant le principe du 80/20. Cela signifie que 80 pour cent de mes choix alimentaires sont sains. Par exemple, je n'apporte pas de bonbons ou de biscuits à la maison, de sorte que je ne peux pas les manger non plus. Dans 20 % des cas, je vais au restaurant ou je mange un morceau de gâteau. J'en profite d'autant plus.

De Lijst, Servaas Bingé. ISBN 9789463930581. Borgerhoff & Lamberigts. 19,99 euro.

(Traduction: Caroline Lallemand)