Le classement est établi par Medbelle, une start-up spécialisée dans l'e-santé, basée à Londres et à Berlin (lire ci-dessous). Pour réaliser son palmarès des villes offrant les meilleurs dispositifs médicaux, l'entreprise a récolté les données portant sur "l'écosystème hospitalier" de la région. Dit autrement, l'étude ne se focalise pas uniquement sur les établissements médicaux, mais analyse tout le paysage des soins de santé d'une agglomération. Dès lors, pour qu'une ville occupe un rang élevé, c'est la qualité de toutes les institutions médicales de sa région qui doit être excellente.
...

Le classement est établi par Medbelle, une start-up spécialisée dans l'e-santé, basée à Londres et à Berlin (lire ci-dessous). Pour réaliser son palmarès des villes offrant les meilleurs dispositifs médicaux, l'entreprise a récolté les données portant sur "l'écosystème hospitalier" de la région. Dit autrement, l'étude ne se focalise pas uniquement sur les établissements médicaux, mais analyse tout le paysage des soins de santé d'une agglomération. Dès lors, pour qu'une ville occupe un rang élevé, c'est la qualité de toutes les institutions médicales de sa région qui doit être excellente. Ainsi les villes sont classées d'après trois critères : les infrastructures, la qualité des soins et l'accessibilité aux services médicaux. Pour chacun de ces critères, l'organisme a passé au crible une série d'indicateurs, dont le nombre de lits par habitant, le déficit d'infirmiers et de chirurgiens, le nombre d'événements indésirables évitables (une complication, un accident hospitalier...), la qualité de l'enseignement médical, le degré de satisfaction des patients, l'accès et le coût des soins, l'efficacité du traitement du cancer et les dépenses de santé. Les villes ont également été évaluées selon le coût des médicaments et la prévalence de spécialistes en santé mentale (1). Chaque paramètre est ensuite noté sur 100. Les meilleures villes sont alors celles qui affichent les scores les plus hauts. Toutes ces données permettent par conséquent un classement final. En tête du palmarès (voir ci-dessous) se trouve Tokyo. Suivent Boston et Londres. Sur le podium, parmi les dix premières villes, l'Europe est largement représentée, puisqu'on trouve cinq villes européennes. Bruxelles, elle, pointe à la 41e place, avec un score de 86,04 sur 100.En fonction des indicateurs retenus, on peut évidemment établir des sous-classements. Ainsi meilleure cote pour Bruxelles : l'indice d'accès aux soins. Elle se classe 21e, devançant les leaders du classement, tels que Boston, Londres, Séoul, Munich ou Berlin. Elle passe à la 54e place pour ses infrastructures, et est notée 53e pour la qualité de l'enseignement médical ou encore 52e pour la qualité des soins prodigués. "Figurer dans ce classement signifie que ces villes se distinguent par la priorité qu'elles mettent dans l'accès et le développement de leurs infrastructures hospitalières", commente Daniel Kolb, directeur et fondateur de Medbelle. Surtout, "la comparaison entre les écosystèmes hospitaliers éclaire sur les réformes à mener", poursuit le dirigeant. Cet état des lieux permet en conclusion de pointer des éléments d'amélioration. Par exemple, il permet de savoir que Bruxelles manque de chirurgiens et d'infirmiers. La capitale se classe 76e et 30e sur 100 pour les nombres de chirurgiens et d'infirmiers par habitant. De fait, parmi les trois critères retenus par l'étude, ses résultats se révèlent les plus faibles dans l'indicateur "les infrastructures" : 66,40 sur 100. En revanche, Bruxelles se distingue avec des scores très honorables puisqu'elle obtient respectivement 84,71 sur 100 pour "la qualité des soins" et 96,80 sur 100 pour "l'accès aux soins". L'étude est consultable dans son intégralité sur medbelle.com/best-hospital-cities-world.Top 10 mondialTokyo (Japon), Boston (Etats-Unis), Londres (Royaume-Uni), Paris (France), Séoul (Corée du Sud), Munich (Allemagne), Melbourne (Australie), Amsterdam (Pays-Bas), Basel (Suisse) et Berlin (Allemagne).Bruxelles se classe 41e sur 100.Top 10 des villes offrant les meilleures infrastructuresBoston (Etats-Unis), Londres (Royaume-Uni), Basel (Suisse), Paris (France), New York (Etats-Unis), Los Angeles (Etats-Unis) ; Tokyo (Japon), Séoul (Corée du Sud), Munich (Allemagne) et Melbourne (Australie).Bruxelles se classe 54e sur 100.Top 10 des villes offrant le meilleur accès aux soinsParis (France), Gothenburg (Suisse), Amsterdam (Pays-Bas), Oslo (Norvège), Stockholm (Suède), Toronto (Canada), Bruxelles (Belgique), Belfast (Royaume-Uni), Madrid (Espagne) et Londres (Royaume-Uni).Bruxelles se classe 7e sur 100. Top 10 des villes offrant la meilleure qualité de soinsTokyo (Japon), Kyoto (Japon), Incheon (Corée du Sud), Osaka (Japon), Oslo (Norvège), Baltimore (Etats-Unis), Busan (Corée du Sud), Daejeon (Corée du Sud), Boston (Etats-Unis), Fukuoka (Japon).Bruxelles se classe 52e sur 100.Top 10 des villes offrant le meilleur enseignement médicalBoston (Etats-Unis), Londres (Royaume-Uni), Los Angeles (Etats-Unis), New York (Etats-Unis), Oxford (Royaume-Uni), Cambridge (Royaume-Uni), Melbourne (Australie), Séoul (Corée du Sud), Tokyo (Japon) et Chicago (Etats-Unis).Bruxelles se classe 53e sur 100.L'ambition de Medbelle est de créer "le premier hôpital numérique au monde". Elle a ainsi créé un site et une application permettant aux utilisateurs de gérer tout leur parcours de soins : de la recherche d'un spécialiste, à la prise du rendez-vous, jusqu'au suivi de la facturation et des soins postopératoires. Selon Medbelle, l'avantage pour les professionnels de la santé est de pouvoir passer par une plateforme qui permet notamment d'alléger les tâches administratives et d'être facilement en contact avec les personnes traitées.(1) Ces informations sont issues des bases de données officielles, telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne ou encore l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économiques.