Après ce pic, une nouvelle pénurie devrait survenir entre 2021 et 2027, période pendant laquelle seuls 22% des médecins partant à la retraite seront remplacés.

Les deux auteurs de l'analyse pointe des choix politiques erronés au cours des vingt dernières années pour expliquer d'abord la pénurie actuelle et ensuite l'excès de diplômés à venir. La non-instauration d'un examen d'entrée et le passage de la durée des études de sept à six ans feront, qu'entre 2018 et 2020, quelque 4.000 nouveaux médecins vont débarquer sur le "marché" francophone.

A partir de 2021, des accords passés entre le gouvernement fédéral et la Fédération Wallonie-Bruxelles devraient faire en sorte que seuls 169 médecins francophones par an se verront accorder un numéro Inami, ce qui, parallèlement à un nombre élevé de praticiens prenant leur pension, devrait conduire à une nouvelle pénurie pendant plusieurs années.

Après ce pic, une nouvelle pénurie devrait survenir entre 2021 et 2027, période pendant laquelle seuls 22% des médecins partant à la retraite seront remplacés.Les deux auteurs de l'analyse pointe des choix politiques erronés au cours des vingt dernières années pour expliquer d'abord la pénurie actuelle et ensuite l'excès de diplômés à venir. La non-instauration d'un examen d'entrée et le passage de la durée des études de sept à six ans feront, qu'entre 2018 et 2020, quelque 4.000 nouveaux médecins vont débarquer sur le "marché" francophone. A partir de 2021, des accords passés entre le gouvernement fédéral et la Fédération Wallonie-Bruxelles devraient faire en sorte que seuls 169 médecins francophones par an se verront accorder un numéro Inami, ce qui, parallèlement à un nombre élevé de praticiens prenant leur pension, devrait conduire à une nouvelle pénurie pendant plusieurs années.