Nos maisons regorgent de produits chimiques en tout genre : carpette, produits ménagers, peintures, etc. Tous ces produits sont composés en partie de perturbateurs endocriniens, c'est-à-dire de produits capables de perturber notre système hormonal. Ce qui pourrait mener à des maladies telles que le diabète de type-2, révèlent les chercheurs qui ont publié leur étude dans la revue Epidemiology & Community Health.

Pour obtenir ces résultats, les scientifiques ont examiné les données des personnes âgées dans la ville d'Uppsala et la façon dont l'exposition à des perturbateurs endocriniens (phtalates, PCB, pesticides, etc.) contribue à l'apparition de l'obésité et du diabète de type-2.

Résultat, une réduction de 25 % de l'exposition aux produits chimiques étudiés se traduirait par une réduction de 13 % des cas de diabète chez les personnes âgées. À l'échelle européenne, cela représenterait 150.000 cas en moins et une économie de près de 4.5 milliards d'euros par an.

Cette étude s'ajoute à une liste croissante de recherches démontrant les effets dévastateurs de l'exposition quotidienne aux produits chimiques sur la santé humaine.

On trouve des perturbateurs endocriniens dans une large gamme de produits de tous les jours, y compris le mobilier, les aliments en conserve ou certains produits ménagers, pour n'en citer que quelques-uns. Chacun étant capable de perturber une fonction hormonale différente.

Nos maisons regorgent de produits chimiques en tout genre : carpette, produits ménagers, peintures, etc. Tous ces produits sont composés en partie de perturbateurs endocriniens, c'est-à-dire de produits capables de perturber notre système hormonal. Ce qui pourrait mener à des maladies telles que le diabète de type-2, révèlent les chercheurs qui ont publié leur étude dans la revue Epidemiology & Community Health. Pour obtenir ces résultats, les scientifiques ont examiné les données des personnes âgées dans la ville d'Uppsala et la façon dont l'exposition à des perturbateurs endocriniens (phtalates, PCB, pesticides, etc.) contribue à l'apparition de l'obésité et du diabète de type-2. Résultat, une réduction de 25 % de l'exposition aux produits chimiques étudiés se traduirait par une réduction de 13 % des cas de diabète chez les personnes âgées. À l'échelle européenne, cela représenterait 150.000 cas en moins et une économie de près de 4.5 milliards d'euros par an.Cette étude s'ajoute à une liste croissante de recherches démontrant les effets dévastateurs de l'exposition quotidienne aux produits chimiques sur la santé humaine.On trouve des perturbateurs endocriniens dans une large gamme de produits de tous les jours, y compris le mobilier, les aliments en conserve ou certains produits ménagers, pour n'en citer que quelques-uns. Chacun étant capable de perturber une fonction hormonale différente.