En 10 ans, la part de travailleurs atteints d'une maladie de longue durée a presque doublé, le rythme s'étant particulièrement accéléré au cours des deux dernières années.

A la moitié de l'année, l'Inami recensait quelque 335.000 travailleurs malades depuis plus d'un an et bénéficiant d'une allocation. Les femmes (9%) sont davantage représentées dans cette catégorie que les hommes (7%), tandis que cet absentéisme de plus d'une année ne comptait que pour 5,5% il y a 10 ans. En l'espace d'une décade, la part des malades absents depuis plus d'un an a donc significativement augmenté, surtout chez les femmes (+70%).

Cette hausse est notamment liée au vieillissement de la population, dans la mesure où davantage de quinquagénaires et plus sont encore actifs et courent plus de risques de contracter une maladie de longue durée.

Cependant, la part de travailleurs plus jeunes souffrant d'une maladie de longue durée a elle aussi augmenté en 10 ans. L'Inami enregistre une augmentation de plus de 30% chez les hommes et de plus de 60% chez les femmes.

Dans la plupart des cas, les travailleurs souffrent de maladies psychiques (35%) telles que le burn-out et la dépression, ou de maux de dos (30%). Dans les deux catégories, l'Inami constate une augmentation respective de 50 et 60%.

Les indépendants sont, eux, moins malades sur de longues périodes. L'Inami recense quelque 23.000 personnes, soit moins de 4%.

En 10 ans, la part de travailleurs atteints d'une maladie de longue durée a presque doublé, le rythme s'étant particulièrement accéléré au cours des deux dernières années. A la moitié de l'année, l'Inami recensait quelque 335.000 travailleurs malades depuis plus d'un an et bénéficiant d'une allocation. Les femmes (9%) sont davantage représentées dans cette catégorie que les hommes (7%), tandis que cet absentéisme de plus d'une année ne comptait que pour 5,5% il y a 10 ans. En l'espace d'une décade, la part des malades absents depuis plus d'un an a donc significativement augmenté, surtout chez les femmes (+70%). Cette hausse est notamment liée au vieillissement de la population, dans la mesure où davantage de quinquagénaires et plus sont encore actifs et courent plus de risques de contracter une maladie de longue durée. Cependant, la part de travailleurs plus jeunes souffrant d'une maladie de longue durée a elle aussi augmenté en 10 ans. L'Inami enregistre une augmentation de plus de 30% chez les hommes et de plus de 60% chez les femmes. Dans la plupart des cas, les travailleurs souffrent de maladies psychiques (35%) telles que le burn-out et la dépression, ou de maux de dos (30%). Dans les deux catégories, l'Inami constate une augmentation respective de 50 et 60%. Les indépendants sont, eux, moins malades sur de longues périodes. L'Inami recense quelque 23.000 personnes, soit moins de 4%.