"En Wallonie, le gouvernement, dans une précipitation effrénée, va lancer un appel à projets aux employeurs pour la création de ces réseaux. Or, en dehors des intentions, les hôpitaux publics ne pourront se prononcer définitivement qu'après la constitution des nouvelles intercommunales en juillet", explique Guy Crijns, secrétaire national du syndicat chrétien, selon qui "il est évident que les moyens financiers seront attribués et arbitrés au niveau du réseau".

"Devant la gravité de la situation, nous avons, en front commun, sollicité la ministre régionale de la Santé, Alda Greoli, pour mettre des balises avant la constitution des réseaux. Ces balises ont été placées mais elles sont radicales pour les hôpitaux publics, dont l'obsolescence est programmée", poursuit-il.

Selon ce dernier, la Région wallonne a en effet opté pour que les réseaux hospitaliers disposent d'une personnalité juridique de droit privé alors que le Fédéral, lui, laisse le choix aux pouvoirs organisateurs souhaitant constituer un réseau.

"Si ce texte passe au parlement, vous pouvez être certains que dans un avenir proche, les hôpitaux publics n'existeront plus et que le personnel statutaire sera mis dans une réserve d'extinction", ajoute le responsable, qualifiant le projet actuel de "déclaration de guerre". "Nous serons extrêmement vigilants sur les suites de ce dossier pour qu'existent encore, à l'avenir, des structures hospitalières publiques", avertit-il enfin.