Si la question est souvent posée, très peu de recherches ont été réalisées jusqu'à ce jour sur l'influence de l'âge sur les gueules de bois, selon Joris Verster, chercheur en pharmacologie et affiliée au Alcohol Hangover Research Group, cité par De Morgen.
...

Si la question est souvent posée, très peu de recherches ont été réalisées jusqu'à ce jour sur l'influence de l'âge sur les gueules de bois, selon Joris Verster, chercheur en pharmacologie et affiliée au Alcohol Hangover Research Group, cité par De Morgen. Nous ne disposons pas de données chiffrées, mais bien des hypothèses: quand le corps décompose l'alcool, une substance, l'acétaldéhyde, se forme. Celle-ci est beaucoup plus toxique que l'alcool lui-même, le foie entreprend donc de la décomposer dès que possible. Des recherches sur des animaux de laboratoire montrent que ce processus de dégradation est moins rapide en vieillissant. Conséquences : après avoir bu beaucoup d'alcool, cette substance toxique est plus longtemps répandue dans le corps et cause plus de dégâts, avec une gueule de bois beaucoup plus pénible, explique le quotidien flamand. Cette hypothèse reste toutefois à confirmer. Nous savons, grâce à de nombreux médicaments, que la substance peut encore être éliminée par le foie jusqu'à un âge avancé. "Il est donc peu probable que les résultats de cette recherche sur les animaux s'appliquent également aux humains ", déclare Frans Russel, professeur de toxicologie.Pourquoi alors se sent-on si mal, passé la trentaine, après quelques verres de vin, alors qu'à vingt ans, en buvant deux fois plus, on se réveillait (presque) frais comme un gardon, s'interroge De Morgen ? Cela peut aussi être dû à un changement dans nos habitudes de consommation d'alcool et dans notre mode de vie. Jeune, il est possible de dormir aussi longtemps que l'on désire le lendemain d'une sortie. Alors que plus tard, les enfants nous réveillent souvent à l'aube ou nous sommes obligés d'aller faire des courses. En outre, les jeunes boivent plus que les personnes plus âgées. L'accoutumance joue-t-elle aussi un rôle ? "Quand on y est moins habitué, la gueule de bois est toujours pire", confirme Frans Russell. Le comportement de consommation des personnes âgées est aussi très différent de celui des jeunes. Les personnes âgées boivent plus intelligemment et de l'alcool de meilleure qualité. Au lieu d'engloutir une grande quantité de bière dans un bar, elles préfèrent un bon repas accompagné d'un bon verre de vin. Russel : "Avec l'âge, on se fait plus sage, les beuveries se font plus rares."Le type d'alcool a-t-il une influence sur l'intensité d'une gueule de bois, a aussi demandé De Morgen au spécialiste. "Même si la quantité d'alcool est la même, il vaut mieux boire une bière qu'un shot ou un verre d'alcool fort." En buvant, un être humain perd en effet jusqu'à quatre fois plus de liquide qu'il n'en consomme. Cela provoque la déshydratation des méninges et des maux de tête. Un verre de bière contient plus d'eau qu'une boisson forte, ce qui permet de mieux compenser la perte de liquide.L'alcool ralentit aussi l'hormone antidiurétique, qui régule l'équilibre hydrique. Les reins reçoivent alors un signal du cerveau indiquant qu'il y a un excès de liquide dans le corps. Par conséquent, vous devez souvent aller aux toilettes. Russel donne un conseil: "Alternez une boisson alcoolisée avec un verre d'eau : vous compenserez alors la perte de liquide et vous boirez aussi moins d'alcool."