Paul Dolan, spécialiste en sciences du comportement, déclare que les indicateurs traditionnels du succès ne sont plus valables aujourd'hui. Nous le soupçonnions peut-être déjà, mais la science le confirme: les femmes non mariées et sans enfant sont le sous-groupe le plus heureux de la population. Elles sont également plus susceptibles de vivre plus longtemps que les femmes mariées et/ou qui ont des enfants, selon un grand spécialiste du bonheur interrogé par le Guardian. Paul Dolan, professeur en sciences du comportement à la London School of Economics, affirme que les dernières études montrent que les indicateurs traditionnels utilisés pour mesurer le succès ne correspondaient pas au bonheur - en particulier le mariage et l'éducation des enfants."Les femmes mariées sont plus heureuses que les autres sous-groupes de la population, mais uniquement lorsque leur conjoint est dans la pièce quand on leur demande à quel point elles sont heureuses. Quand le conjoint n'est pas présent: putain, c'est misérable", a-t-il déclaré."Nous disposons de bonnes données longitudinales sur les mêmes personnes au fil du temps, mais je vais nuire énormément à cette science en disant simplement: si vous êtes un homme, vous devriez probablement vous marier; si vous êtes une femme, ne vous embêtez pas. Les hommes bénéficient du mariage parce que ça les "calme"", dit-il. Ainsi, les hommes mariés prennent moins de risques, ils gagnent plus d'argent et vivent un peu plus longtemps. Les femmes, quant à elles, doivent supporter tout ça et meurent un peu plus tôt que si elles ne s'étaient jamais mariées.

"Le sous-groupe de population le plus sain et le plus heureux est composé de femmes qui ne se sont jamais mariées et n'ont jamais eu d'enfants", résume-t-il.

Le dernier livre de Dolan, Happy Ever After, cite des preuves tirées de l'enquête américaine sur l'utilisation du temps (ATUS), qui comparait les niveaux de plaisir et de malheur chez des individus non mariés, mariés, divorcés, séparés et veufs.

L'étude a révélé que les niveaux de bonheur rapportés par les personnes mariées étaient supérieurs à ceux des personnes non mariées, mais uniquement lorsque leur conjoint était dans la pièce. Les personnes non mariées ont signalé des niveaux de bonheur supérieur à ceux des personnes mariées à qui l'on a posé la question lorsque leur conjoint n'était pas présent.D'autres études ont mesuré certains avantages financiers et sanitaires liés au fait d'être mariés pour les hommes et les femmes. Dolan a expliqué que cela pourrait être attribué à des revenus plus élevés et à un soutien émotionnel, permettant aux personnes mariées de prendre des risques, mais aussi de consulter plus facilement le corps médical.

Cependant, Dolan a déclaré que les hommes présentaient plus d'avantages pour la santé en se mariant, car ils prenaient moins de risques. En règle générale, la santé des femmes n'était pas affectée par le mariage, les femmes mariées d'âge moyen risquant même davantage de souffrir de troubles physiques et mentaux que leurs homologues célibataires.En dépit des avantages d'une célibataire et sans enfant pour les femmes, Dolan a déclaré que, selon le discours en vigueur selon lequel le mariage et les enfants étaient des signes de réussite, la stigmatisation pouvait amener certaines femmes célibataires à se sentir malheureuses."Vous voyez une femme célibataire de 40 ans qui n'a jamais eu d'enfant. Vous pensez : c'est dommage, n'est-ce pas? Peut-être qu'un jour elle rencontrera le bon gars et que cela changera. 'Non, peut-être qu'elle rencontrera le mauvais gars et que cela changera. Peut-être qu'elle rencontrera un gars qui la rend moins heureuse et en bonne santé et qu'elle mourra plus tôt."