L'infection par le Covid-19 se manifeste généralement par des symptômes plus légers chez les enfants et les adolescents. Une nouvelle étude chinoise mise en ligne par la revue américaine Pediatrics révèle cependant que les nouveau-nés, les nourrissons et les tout-petits, peuvent être plus gravement atteints, rapporte De Standaard.

Shilu Tong et Yuanyuan Dong (Hôpital des enfants de l'Université de Shanghai) ont analysé l'évolution de la maladie chez 2 143 enfants et adolescents de la province de Hubei et des provinces voisines. Tous les enfants participant à cette étude ont été en contact avec (un ou plusieurs) malades confirmés, et tous présentaient des symptômes de covid-19.

Plus d'un tiers de ces enfants ont également subi un test coronarien qui a confirmé leur infection. Chez les autres enfants, le diagnostic a été établi après un examen clinique (par exemple par une pneumonie confirmée au scanner) et après avoir retracé les contacts qu'ils avaient eus.

Plus de la moitié des enfants (dont l'âge moyen est de 7 ans) présentaient des symptômes légers : toux, fièvre, fatigue, oppression, parfois nausées ou diarrhées. Un autre tiers avait une bronchite ou une (légère) pneumonie.

Un système immunitaire immature?

Seuls 125 enfants (6%) sont tombés gravement malades ou étaient en danger de mort (contre 18,5% des adultes chinois gravement malades). Ce groupe était principalement composé de bébés et de jeunes enfants, mais aucun d'entre eux n'est décédé. Seul un garçon de quatorze ans n'a pas survécu.

Les chercheurs ne savent pas pourquoi les enfants tombent moins malades du covid-19 que les adultes, ni pourquoi les bébés et les tout-petits sont plus malades que les enfants plus âgés. Ils estiment que cela peut être lié à leur système immunitaire qui n'a pas encore atteint sa pleine maturité ou à des voies respiratoires immatures.

Cependant, cette étude chinoise focalisée sur les enfants doit être prise avec des pincettes pour certains experts qui signalent des erreurs méthodologiques. Selon eux, l'étude pourrait conduire à des conclusions exagérées et précipitées. Par exemple, Andrea Cruz, professeur en pédiatrie au Baylor College of Medicine au Texas, a noté dans un commentaire sur l'article que seul un enfant sur trois dans l'étude a été testé positif pour le nouveau coronavirus. Pour les deux autres tiers, on ne sait pas s'ils ont été infectés par le CoV-2 du SRAS ou par un autre virus respiratoire.

De plus, les chercheurs n'ont pas réussi à savoir si les enfants dont le covid-19 avait été confirmé avaient également contracté d'autres virus, comme le rsv, un autre virus respiratoire qui circulait en Chine au moment où les enfants malades ont été admis à l'hôpital. Cruz : "Le fait qu'il y avait plus d'enfants gravement malades et en état critique dans le groupe sans test coronarien confirmé peut suggérer que d'autres infections avaient affecté leurs poumons, en plus ou peut-être même à la place du covid-19." Prudence donc.

L'infection par le Covid-19 se manifeste généralement par des symptômes plus légers chez les enfants et les adolescents. Une nouvelle étude chinoise mise en ligne par la revue américaine Pediatrics révèle cependant que les nouveau-nés, les nourrissons et les tout-petits, peuvent être plus gravement atteints, rapporte De Standaard. Shilu Tong et Yuanyuan Dong (Hôpital des enfants de l'Université de Shanghai) ont analysé l'évolution de la maladie chez 2 143 enfants et adolescents de la province de Hubei et des provinces voisines. Tous les enfants participant à cette étude ont été en contact avec (un ou plusieurs) malades confirmés, et tous présentaient des symptômes de covid-19. Plus d'un tiers de ces enfants ont également subi un test coronarien qui a confirmé leur infection. Chez les autres enfants, le diagnostic a été établi après un examen clinique (par exemple par une pneumonie confirmée au scanner) et après avoir retracé les contacts qu'ils avaient eus.Plus de la moitié des enfants (dont l'âge moyen est de 7 ans) présentaient des symptômes légers : toux, fièvre, fatigue, oppression, parfois nausées ou diarrhées. Un autre tiers avait une bronchite ou une (légère) pneumonie.Seuls 125 enfants (6%) sont tombés gravement malades ou étaient en danger de mort (contre 18,5% des adultes chinois gravement malades). Ce groupe était principalement composé de bébés et de jeunes enfants, mais aucun d'entre eux n'est décédé. Seul un garçon de quatorze ans n'a pas survécu.Les chercheurs ne savent pas pourquoi les enfants tombent moins malades du covid-19 que les adultes, ni pourquoi les bébés et les tout-petits sont plus malades que les enfants plus âgés. Ils estiment que cela peut être lié à leur système immunitaire qui n'a pas encore atteint sa pleine maturité ou à des voies respiratoires immatures.Cependant, cette étude chinoise focalisée sur les enfants doit être prise avec des pincettes pour certains experts qui signalent des erreurs méthodologiques. Selon eux, l'étude pourrait conduire à des conclusions exagérées et précipitées. Par exemple, Andrea Cruz, professeur en pédiatrie au Baylor College of Medicine au Texas, a noté dans un commentaire sur l'article que seul un enfant sur trois dans l'étude a été testé positif pour le nouveau coronavirus. Pour les deux autres tiers, on ne sait pas s'ils ont été infectés par le CoV-2 du SRAS ou par un autre virus respiratoire.De plus, les chercheurs n'ont pas réussi à savoir si les enfants dont le covid-19 avait été confirmé avaient également contracté d'autres virus, comme le rsv, un autre virus respiratoire qui circulait en Chine au moment où les enfants malades ont été admis à l'hôpital. Cruz : "Le fait qu'il y avait plus d'enfants gravement malades et en état critique dans le groupe sans test coronarien confirmé peut suggérer que d'autres infections avaient affecté leurs poumons, en plus ou peut-être même à la place du covid-19." Prudence donc.