L'épuisement professionnel n'apparaît en effet dans la législation que depuis 2014, après qu'un décret royal a étendu la loi de 1996 sur la protection sociale à tous les risques psychosociaux au travail. Ainsi, les employeurs sont désormais légalement tenus d'évaluer le risque de burn-out au sein de leur organisation.
...

L'épuisement professionnel n'apparaît en effet dans la législation que depuis 2014, après qu'un décret royal a étendu la loi de 1996 sur la protection sociale à tous les risques psychosociaux au travail. Ainsi, les employeurs sont désormais légalement tenus d'évaluer le risque de burn-out au sein de leur organisation.Et ce n'est pas un luxe superflu, car le nombre de cas de burn-out augmente. Selon les chiffres de l'INAMI pour les six premiers mois de 2018, notre pays compte plus de 415 000 employés, travailleurs indépendants et chômeurs malades depuis plus d'un an. Un record. Il est difficile de déterminer combien d'entre eux souffrent effectivement d'épuisement professionnel, car cet état est classé dans la catégorie "dysfonctionnement mental général". Il est possible que les médecins mentionnent moins facilement le stress et l'épuisement professionnel sur le certificat, et que les cas d'épuisement professionnel se retrouvent également dans la catégorie "inconnu". Ce sont surtout les jeunes générations qui sont de plus en plus souvent à la maison pendant de longues périodes.Le burn-out est de tous les temps Le terme "burn-out" apparaît pour la première fois aux États-Unis dans les années 1970 en relation avec un état d'épuisement mental. Cependant, il existe de nombreux exemples de burn-out d'avant la lettre qui suggèrent que l'épuisement mental date de tous les temps. Il y a donc un chevauchement avec la neurasthénie - littéralement une faiblesse nerveuse. Ce syndrome est apparu à la fin du XIXe siècle et a ensuite été considéré comme le résultat d'une vie moderne et mouvementée. Suite aux stimuli permanents des journaux, des voyages en train à vapeur, les nerfs s'affaiblissaient, entraînant une fatigue extrême et une perte de travail. Il y a une similitude avec le burn-out, car celui-ci aussi est une conséquence de la sur-stimulation, sauf qu'aujourd'hui ce sont les réseaux sociaux et une vie psychosociale exigeante (professionnelle). Le résultat est le même : épuisement mental et arrêt de travail.Mais qu'est-ce que l'épuisement professionnel ? On pourrait penser que nous le savons maintenant, mais jusqu'à présent, la définition du burn-out n'a pas été suffisamment étayée. Les prestataires de soins doivent pourtant pouvoir compter sur un instrument validé et fiable pour évaluer correctement le risque d'épuisement professionnel ". L'instrument le plus couramment utilisé pour mesurer l'épuisement professionnel est le Test d'inventaire de Burn Out de Maslach de plus de 35 ans et son équivalent néerlandais, l'échelle de burn-out d'Utrecht. Il s'agit d'un questionnaire qui, selon les chercheurs de la KU Leuven, ne convient pas pour un diagnostic.Néanmoins, une tradition s'est développée, en particulier en recherche scientifique, pour continuer à s'appuyer sur les instruments fondés sur le MBI. Par conséquent, des diagnostics erronés sont souvent établis et les individus ne sont pas traités adéquatement, ce qui ne favorise pas leur rétablissement et leur réintégration.Mais entre-temps, les connaissances et l'expérience en matière d'épuisement professionnel ont tellement évolué qu'une mise à jour est nécessaire. La définition originale considérait l'épuisement professionnel comme un syndrome cohésif d'épuisement, de cynisme et de perte de compétence. Aujourd'hui, cette vision traditionnelle est complétée par de nouveaux aspects par les chercheurs de la KuLeuven.Le burn-out est lié au travail, mais... L'épuisement professionnel est un syndrome lié au travail parce qu'il se manifeste au travail. Dans la plupart des cas, le travail (y compris les études, le bénévolat ou les activités sportives professionnelles) est effectivement la cause principale de l'épuisement professionnel, mais il n'est pas nécessairement la seule cause. Il existe de nombreuses autres raisons qui augmentent (ou réduisent) le risque de burn-out, créant une interaction entre les facteurs privés et professionnels, mais aussi les vulnérabilités personnelles de l'individu.Pour les problèmes dans la sphère privée, on fait référence à des événements négatifs et graves de la vie tel qu'une maladie prolongée, un divorce, le décès d'un parent proche, le fait d'avoir des parents qui ont besoin d'aide, des problèmes d'éducation des enfants ou le licenciement du conjoint. Certaines vulnérabilités à l'épuisement professionnel, par contre, se retrouvent principalement dans deux types de personnalité : les perfectionnistes positifs (loyaux, consciencieux) et négatifs (des normes élevées, besoin de contrôle), et les béni-oui-oui, des individus qui n'arrivent pas à fixer leurs limites.Sur base de cette nouvelle définition, les chercheurs ont élaboré un nouveau questionnaire (Burnout Assessment Tool (BAT)) qui compte 33 questions. Selon les chercheurs, le questionnaire peut être utilisé non seulement pour déterminer le burn-out, mais aussi pour la prévention et l'orientation. "Les prestataires de soins peuvent utiliser le questionnaire pour déterminer si un traitement est efficace. Cela leur permet également de mieux évaluer si un patient épuisé est prêt à retourner au travail. Les entreprises peuvent utiliser cet outil pour se faire une meilleure idée du bien-être au travail et, si nécessaire, prendre des mesures préventives ", explique Steffie Desart. Les chercheurs espèrent également pouvoir faire connaître la nouvelle méthode de mesure sur la carte internationale.