Le degré de responsabilité civique, c'est-à-dire l'engagement à participer activement et à servir l'intérêt général de la société, semble déterminer le respect des mesures de protection. Les personnes ayant davantage confiance en leur gouvernement semblent également plus enclines à se plier aux règles mises en place. L'idéologie politique, correspondant à la position de chacun sur le spectre politique, ne semble, quant à elle, jouer aucun rôle.

"Cela indique qu'actuellement, la crise du coronavirus ne conduit pas à une polarisation ou à des différences idéologiques. Cette information est frappante d'un point de vue politico-logique. Nous voyons rarement un thème social sur lequel le consensus au sein de la population est aussi important", affirme la docteure Laura Jacobs (Université d'Amsterdam).

Les jeunes de 18 à 24 ans semblent être moins fidèles aux mesures, ce qui a déjà été confirmé par les chiffres récents de la police belge. "L'âge semble être un point d'attention et il est important de s'adresser à ce groupe et de continuer à le convaincre de l'utilité des mesures", soutient la Dr Jacobs.

Basée sur une enquête réalisée auprès d'environ un millier de citoyens néerlandais et flamands, l'étude pointe également une différence, petite mais significative, entre les hommes et les femmes. En effet, ces dernières sembleraient davantage se tenir aux règles que les hommes.

Le degré de responsabilité civique, c'est-à-dire l'engagement à participer activement et à servir l'intérêt général de la société, semble déterminer le respect des mesures de protection. Les personnes ayant davantage confiance en leur gouvernement semblent également plus enclines à se plier aux règles mises en place. L'idéologie politique, correspondant à la position de chacun sur le spectre politique, ne semble, quant à elle, jouer aucun rôle. "Cela indique qu'actuellement, la crise du coronavirus ne conduit pas à une polarisation ou à des différences idéologiques. Cette information est frappante d'un point de vue politico-logique. Nous voyons rarement un thème social sur lequel le consensus au sein de la population est aussi important", affirme la docteure Laura Jacobs (Université d'Amsterdam). Les jeunes de 18 à 24 ans semblent être moins fidèles aux mesures, ce qui a déjà été confirmé par les chiffres récents de la police belge. "L'âge semble être un point d'attention et il est important de s'adresser à ce groupe et de continuer à le convaincre de l'utilité des mesures", soutient la Dr Jacobs. Basée sur une enquête réalisée auprès d'environ un millier de citoyens néerlandais et flamands, l'étude pointe également une différence, petite mais significative, entre les hommes et les femmes. En effet, ces dernières sembleraient davantage se tenir aux règles que les hommes.