"Nous avons aussi envoyé un questionnaire aux différents solariums. Et 143 centres ont eux-mêmes déclaré ne pas être en règle. C'est très inquiétant", a conclu Mme Muylle. "Je vais demander à ce que les contrôles soient plus stricts et que l'on fasse fermer les solariums en infraction."

Le Conseil d'Etat avait annulé début février l'arrêté royal de 2017 durcissant la réglementation applicable aux solariums. Cet arrêté répondait à un avis du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) bien plus dur pour les bancs solaires puisqu'il réclamait leur suppression pure et simple.

"J'ai rencontré (l'association belge des exploitants) Febelsol le 19 février dernier. "Je leur ai fait part des très mauvais résultats et leur ai assuré que les contrôles allaient se poursuivre", a indiqué la ministre, qualifiant cette réunion de "pas chaleureuse". Lors de cette rencontre, Febelsol a suggéré l'introduction d'un permis d'exploitation pour les solariums, mais il s'agit d'une compétence régionale, a rappelé Mme Muylle.

Actuellement, l'arrêté royal de juin 2002 est donc de nouveau en vigueur. "Avec mon administration, je regarde ce qui est possible de faire. Mais je suis en affaires courantes", a-t-elle rappelé. "La France a de son côté demandé à la Commission européenne d'analyser comment introduire une interdiction au niveau européen", a-t-elle ajouté.

"Nous avons aussi envoyé un questionnaire aux différents solariums. Et 143 centres ont eux-mêmes déclaré ne pas être en règle. C'est très inquiétant", a conclu Mme Muylle. "Je vais demander à ce que les contrôles soient plus stricts et que l'on fasse fermer les solariums en infraction." Le Conseil d'Etat avait annulé début février l'arrêté royal de 2017 durcissant la réglementation applicable aux solariums. Cet arrêté répondait à un avis du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) bien plus dur pour les bancs solaires puisqu'il réclamait leur suppression pure et simple. "J'ai rencontré (l'association belge des exploitants) Febelsol le 19 février dernier. "Je leur ai fait part des très mauvais résultats et leur ai assuré que les contrôles allaient se poursuivre", a indiqué la ministre, qualifiant cette réunion de "pas chaleureuse". Lors de cette rencontre, Febelsol a suggéré l'introduction d'un permis d'exploitation pour les solariums, mais il s'agit d'une compétence régionale, a rappelé Mme Muylle. Actuellement, l'arrêté royal de juin 2002 est donc de nouveau en vigueur. "Avec mon administration, je regarde ce qui est possible de faire. Mais je suis en affaires courantes", a-t-elle rappelé. "La France a de son côté demandé à la Commission européenne d'analyser comment introduire une interdiction au niveau européen", a-t-elle ajouté.