Les Danois vous diront sans doute que le mot hygge (prononcez " hugueu ") est intraduisible, mais il se rapproche assez de notions comme la convivialité ou le cocooning. C'est un sentiment qui se ressent plus qu'il ne se définit : celui de plonger dans un délicieux bain chaud, de savourer en pleine nature un piquenique préparé avec amour, de se blottir dans une pile de coussins avec un bon livre, de regarder gronder l'orage de derrière la fenêtre, au coin du feu...
...

Les Danois vous diront sans doute que le mot hygge (prononcez " hugueu ") est intraduisible, mais il se rapproche assez de notions comme la convivialité ou le cocooning. C'est un sentiment qui se ressent plus qu'il ne se définit : celui de plonger dans un délicieux bain chaud, de savourer en pleine nature un piquenique préparé avec amour, de se blottir dans une pile de coussins avec un bon livre, de regarder gronder l'orage de derrière la fenêtre, au coin du feu... Le hygge, c'est ralentir le rythme et se donner le temps de savourer pleinement l'instant présent. Tout en ayant conscience que tout peut changer en un clin d'oeil, on se concentre sur ce que l'on fait maintenant - rire avec ses amis, regarder par la fenêtre, boire son café - sans ressentir sans cesse la compulsion de passer à autre chose. Le hygge, c'est aussi l'impression de se sentir en sécurité et protégé du monde, de pouvoir baisser sa garde... et plus la tempête fait rage dehors, mieux on se sent à l'intérieur ! C'est aussi un peu comme un câlin, le contact physique en moins : une impression d'être aimé et protégé qui booste la production d'ocytocine ou hormone du bonheur. Celle-ci nous incite à son tour à faire davantage confiance aux autres, nous apaise, nous aide à nous sentir à l'aise - bref, nous rend heureux. En plus, c'est un vrai cercle vertueux : plus nous produisons d'ocytocine, plus nous ressentons facilement le hygge... et vice versa ! Les Danois n'ont sans doute pas moins de deadlines professionnels à respecter, d'enfants malades ou de pannes de voiture que les autres, mais le fait de savoir qu'il y aura un endroit et un moment où ils pourront se replier sur eux-mêmes les aide à mieux affronter les remous du quotidien. Si quelques bougies, des pâtisseries, de confortables coussins et un bon café contribuent certainement à créer l'atmosphère voulue, le hygge n'est pas de ces bonheurs qui se monnaient - tout au plus peut-il se construire, idéalement au sein d'un petit comité de trois ou quatre personnes, ce qui permettra à chacun d'y trouver son compte et évitera qu'un individu ne domine le groupe. Les Danois sont en effet foncièrement égalitaires : chez eux, il n'est pas inhabituel que le CEO d'une grande entreprise et un simple éboueur se retrouvent ensemble pour taper le ballon. Par ailleurs, des sujets comme l'argent, la politique ou l'éducation des enfants seront volontairement évités aux moments dévolus au hygge. Préparer ensemble un repas simple mais savoureux, par contre, correspond tout à fait à l'esprit du moment. Les recherches consacrées au bonheur insistent systématiquement sur l'importance de la qualité des relations humaines : le hygge est justement une façon de peaufiner les rapports avec les autres. De tous les Européens, les Danois sortent le plus volontiers entre amis au cours de la semaine et ils multiplient aussi les clubs et associations pour pratiquer ensemble tous les hobbys possibles et imaginables. Cela dit, rien ne vous empêche évidemment, si le coeur vous en dit, de chercher votre dose de hygge dans un tête-à-tête avec un chocolat chaud. Faire des petits gestes du quotidien autant de rituels riches de sens, c'est tout simple, et c'est peut-être pour cela que nous avons tendance à ne pas y penser. La facilité nous pousse parfois aussi à nous traîner à travers une sombre journée d'hiver comme des zombies plutôt que d'y voir une occasion de tester ce nouveau café ou de regarder un bon film en famille. L'importance de la gratitude est un autre aspect systématiquement mis en avant par les chercheurs qui s'intéressent au bonheur. Les personnes qui sont capables de trouver du sens dans les petites choses sont plus satisfaites de leur vie, et c'est exactement le sens du hygge. Un café n'est pas qu'un simple café lorsqu'il est servi dans la jolie tasse que vous avez ramenée de vos dernières vacances, avec la petite cuiller toute tordue héritée de votre mamie et un biscuit fait maison. De même, une simple bougie et une assiette joliment présentée feront un moment de convivialité de ce qui n'aurait, sinon, été qu'une assiette de pâtes engloutie à la va-vite. Contrairement au bonheur, le hygge a en outre l'avantage d'être planifiable. Acheter des fleurs, inviter des amis, décorer la maison avec les enfants en vue d'une fête : ce sont autant de petits plaisirs qu'il vous suffit de saisir. Axé sur un petit groupe de personnes ou sur une activité concrète, le hygge repose largement sur nos traditions et routines, sur tout ce qui booste notre confiance. Pour se sentir heureux et satisfait, il est en effet beaucoup plus important de ressentir des émotions positives que d'éviter toutes celles qui ne le sont pas... et le hygge nous offre un cadre pour construire ce bonheur concret et atteignable au quotidien. Si créer cette atmosphère positive à la maison semble assez logique, c'est par contre beaucoup moins évident au bureau, entre un agenda qui déborde, des collègues surmenés et un manque flagrant de feux ouverts et de biscuits fait maison. Pourtant, le hygge n'est pas incompatible avec un cadre professionnel. Aménagez par exemple votre bureau avec soin pour en faire votre endroit à vous, avec des photos, des souvenirs, quelques plantes, etc. Prenez aussi régulièrement le temps de faire une pause avec vos collègues et de leur demander comment ils vont. Apportez au travail votre propre tasse et un paquet de votre thé préféré. Organisez de temps en temps les réunions en petit comité dans un autre cadre, par exemple dehors devant la porte ou en vous promenant dans le quartier. Lorsque vous avez un long rapport à parcourir, profitez-en pour vous installer dans un bon fauteuil. Autre avantage, le hygge est aussi un peu une manière de mettre tout le monde sur la même longueur d'ondes, ce qui ne peut évidemment être que bénéfique pour le travail en équipe. Il permet notamment de créer un cadre où chacun pourra s'exprimer fermement mais sans tomber dans la confrontation. Sachant que c'est au travail que nous consacrons la plus grande partie de notre temps de veille, investir dans des relations professionnelles de qualité et dans un cadre agréable et propice à la productivité devrait relever de l'évidence ! Le revers de la médaille est que, en dépit de tous ses bienfaits, le hygge peut rapidement devenir une forme de contrôle social. À force de vouloir à tout prix préserver l'harmonie, les échanges risquent en effet de rester prudemment superficiels et de veiller à éluder les questions qui fâchent, qui finiront donc par ronger les relations de l'intérieur. Les différends sont systématiquement aplanis, toute opinion discordante étant de nature à perturber le hygge, et ce n'est pas nécessairement une bonne chose. Même la simplicité et la modération qui déterminent le concept peuvent donc, en excès, devenir une menace... Par Tine Bergen