Le délai pour l'administration de la seconde dose du vaccin d'AstraZeneca contre la Covid passe de 12 à 8 semaines, ont décidé les ministres de la Santé du fédéral et des entités fédérées, mercredi matin, en conférence interministérielle (CIM) Santé sur la base d'un avis de la Task force vaccination. La phase finale de la campagne de vaccination sera de la sorte accélérée.

"Jusqu'à présent, la deuxième injection était effectuée après 12 semaines. Cette décision a été prise en février afin de pouvoir donner au plus grand nombre de personnes possible une première piqûre avec le nombre encore très limité de vaccins à l'époque. Maintenant que le nombre de vaccins administrés a considérablement augmenté, nous pouvons raccourcir cet intervalle de temps. Ainsi, les personnes qui ont reçu un vaccin AZ recevront leur deuxième injection au plus tard en août. En raison de cette adaptation, la campagne de vaccination se terminera un peu plus tôt", explique un communiqué signé par les divers ministres de la Santé.

L'impulsion a été donnée pour que les centres de vaccination appliquent cette mesure dès jeudi, a-t-on indiqué du côté de la Wallonie.

Le raccourcissement du délai n'a pas d'impact sur la protection contre les cas graves de Covid-19. "Selon des études récentes, une deuxième dose après 12 semaines donne une protection légèrement plus élevée contre le Covid-19 léger, mais la différence avec la protection à une deuxième dose après 8 semaines est très faible. La première injection après 3 semaines donne déjà une protection très élevée contre le Covid-19 sévère et l'hospitalisation. La deuxième injection après 8 ou 12 semaines assure la même protection durable à long terme", précise le communiqué.

Ce changement ne permet pas de procéder à une nouvelle réservation pour être vacciné, avertissent les ministres. "Les personnes qui ont déjà reçu leur première injection au centre de vaccination conservent leur 2ème rendez-vous qui a déjà été programmé. Cela s'applique également aux personnes dont le rendez-vous pour la première injection a déjà été fixé", disent encore les ministres. "Toutes ces personnes recevront également leur deuxième injection de vaccin au plus tard à la mi-août".

A Bruxelles, l'inspection de la santé régionale avait déjà reçu, début mai, l'approbation de la Taskforce vaccination pour ramener l'écart entre les deux doses de ce vaccin à huit semaines.

En Flandre, le ministre du Bien-être, Wouter Beke, estime que ce changement permettra d'accélérer de deux semaines la campagne de vaccination. La Région flamande conserve l'ambition d'administrer à tous ses concitoyens de plus de 18 ans une première dose d'ici le 11 juillet, date de la Fête flamande.

Le délai pour l'administration de la seconde dose du vaccin d'AstraZeneca contre la Covid passe de 12 à 8 semaines, ont décidé les ministres de la Santé du fédéral et des entités fédérées, mercredi matin, en conférence interministérielle (CIM) Santé sur la base d'un avis de la Task force vaccination. La phase finale de la campagne de vaccination sera de la sorte accélérée."Jusqu'à présent, la deuxième injection était effectuée après 12 semaines. Cette décision a été prise en février afin de pouvoir donner au plus grand nombre de personnes possible une première piqûre avec le nombre encore très limité de vaccins à l'époque. Maintenant que le nombre de vaccins administrés a considérablement augmenté, nous pouvons raccourcir cet intervalle de temps. Ainsi, les personnes qui ont reçu un vaccin AZ recevront leur deuxième injection au plus tard en août. En raison de cette adaptation, la campagne de vaccination se terminera un peu plus tôt", explique un communiqué signé par les divers ministres de la Santé. L'impulsion a été donnée pour que les centres de vaccination appliquent cette mesure dès jeudi, a-t-on indiqué du côté de la Wallonie. Le raccourcissement du délai n'a pas d'impact sur la protection contre les cas graves de Covid-19. "Selon des études récentes, une deuxième dose après 12 semaines donne une protection légèrement plus élevée contre le Covid-19 léger, mais la différence avec la protection à une deuxième dose après 8 semaines est très faible. La première injection après 3 semaines donne déjà une protection très élevée contre le Covid-19 sévère et l'hospitalisation. La deuxième injection après 8 ou 12 semaines assure la même protection durable à long terme", précise le communiqué. Ce changement ne permet pas de procéder à une nouvelle réservation pour être vacciné, avertissent les ministres. "Les personnes qui ont déjà reçu leur première injection au centre de vaccination conservent leur 2ème rendez-vous qui a déjà été programmé. Cela s'applique également aux personnes dont le rendez-vous pour la première injection a déjà été fixé", disent encore les ministres. "Toutes ces personnes recevront également leur deuxième injection de vaccin au plus tard à la mi-août". A Bruxelles, l'inspection de la santé régionale avait déjà reçu, début mai, l'approbation de la Taskforce vaccination pour ramener l'écart entre les deux doses de ce vaccin à huit semaines. En Flandre, le ministre du Bien-être, Wouter Beke, estime que ce changement permettra d'accélérer de deux semaines la campagne de vaccination. La Région flamande conserve l'ambition d'administrer à tous ses concitoyens de plus de 18 ans une première dose d'ici le 11 juillet, date de la Fête flamande.