Lors de sa réunion du 1er juillet, le Collège du Conseil supérieur de la Santé s'est penché sur la question du port du masque. Etant donné son utilité démontrée contre les gouttelettes et microgouttelettes des sécrétions respiratoires et l'urgence de protéger la santé publique, le masque devrait être obligatoire dans les magasins, estime l'organe d'avis scientifique du SPF Santé publique.

"Protéger la population contre le comportement inadapté de certaines personnes"

Des recommandations ont déjà été édictées pour rendre le port du masque obligatoire dans certaines circonstances, comme les transports en commun. Pour le CSS, il serait judicieux de faire de même dans les magasins afin de "protéger la population contre le comportement parfois inadapté de certaines personnes peu soucieuses de se protéger et de protéger les autres".

Même si l'épidémie ralentit en Belgique, le virus continue de circuler. Selon l'Institut de santé publique Sciensano, plus de 80 nouvelles contaminations sont encore diagnostiquées chaque jour en moyenne. Et une partie importante de la population court un risque élevé de maladie grave, d'invalidité ou de décès après l'avoir contracté.

Lors de sa réunion du 1er juillet, le Collège du Conseil supérieur de la Santé s'est penché sur la question du port du masque. Etant donné son utilité démontrée contre les gouttelettes et microgouttelettes des sécrétions respiratoires et l'urgence de protéger la santé publique, le masque devrait être obligatoire dans les magasins, estime l'organe d'avis scientifique du SPF Santé publique. "Protéger la population contre le comportement inadapté de certaines personnes"Des recommandations ont déjà été édictées pour rendre le port du masque obligatoire dans certaines circonstances, comme les transports en commun. Pour le CSS, il serait judicieux de faire de même dans les magasins afin de "protéger la population contre le comportement parfois inadapté de certaines personnes peu soucieuses de se protéger et de protéger les autres". Même si l'épidémie ralentit en Belgique, le virus continue de circuler. Selon l'Institut de santé publique Sciensano, plus de 80 nouvelles contaminations sont encore diagnostiquées chaque jour en moyenne. Et une partie importante de la population court un risque élevé de maladie grave, d'invalidité ou de décès après l'avoir contracté.