La ministre a constaté que la consommation de sodas avait baissé en France depuis l'introduction d'une telle mesure.

Les revenus tirés de cette taxe pourraient servir au financement de campagnes en faveur de la santé. Cette taxe pourrait s'appliquer aux boissons riches en sucre mais aussi aux produits allégés.

La N-VA plaide pour l'effort individuel

La N-VA s'est opposée à une telle taxation jugeant qu'une taxe ne serait d'aucune utilité sanitaire et plaidant pour l'effort individuel soutenu par des campagnes ciblées.

Le sénateur Louis Ide (N-VA, opposition) s'accorde avec la ministre sur la nécessité de mener des campagnes et des actions ciblées, mais pas par la piste fiscale, dont à ses yeux seules les finances de l'Etat peuvent sortir gagnantes.

Plutôt que l'intervention de l'Etat, le parti défend l'effort individuel. "Chaque parent sera-t-il favorable à l'éloignement des sodas et autres produits dérivés de l'école de ses enfants ? C'est aussi à nous-mêmes de travailler à une alimentation saine".

La ministre a constaté que la consommation de sodas avait baissé en France depuis l'introduction d'une telle mesure. Les revenus tirés de cette taxe pourraient servir au financement de campagnes en faveur de la santé. Cette taxe pourrait s'appliquer aux boissons riches en sucre mais aussi aux produits allégés. La N-VA plaide pour l'effort individuelLa N-VA s'est opposée à une telle taxation jugeant qu'une taxe ne serait d'aucune utilité sanitaire et plaidant pour l'effort individuel soutenu par des campagnes ciblées. Le sénateur Louis Ide (N-VA, opposition) s'accorde avec la ministre sur la nécessité de mener des campagnes et des actions ciblées, mais pas par la piste fiscale, dont à ses yeux seules les finances de l'Etat peuvent sortir gagnantes. Plutôt que l'intervention de l'Etat, le parti défend l'effort individuel. "Chaque parent sera-t-il favorable à l'éloignement des sodas et autres produits dérivés de l'école de ses enfants ? C'est aussi à nous-mêmes de travailler à une alimentation saine".