Le cancer colorectal (gros intestin) est l'une des formes de cancer les plus courantes en Belgique. La détection précoce systématique de ce cancer est recommandée tous les deux ans pour les hommes et les femmes de 50 à 74 ans.

Ce dépistage est gratuit. Concrètement, ce test à effectuer à domicile permet de rechercher des traces invisibles de sang dans les selles. Il s'appelle test immunochimique de sang occulte fécal (iFOBT). En Wallonie, le patient peut l'obtenir chez son médecin traitant. A Bruxelles, chaque personne concernée reçoit un courrier l'invitant à se procurer le test en pharmacie. Les résultats sont ensuite envoyés au médecin traitant, et également à domicile pour les résidents en Région bruxelloise.

"Le dépistage a déjà fait ses preuves: le nombre de cancers du côlon est en baisse et les chances de guérison sont maximales en cas de détection précoce", relève la Fondation contre le Cancer. "Néanmoins, de sérieux progrès sont nécessaires car le taux de participation reste insuffisant. Il est de 50,7% en Flandre (chiffres de 2017) et de moins de 20% dans la partie francophone du pays."

Pour le Dr Didier Vander Steichel, directeur de la Fondation contre le Cancer, "les autorités compétentes devraient s'interroger sur l'efficacité du mode d'invitation en Wallonie et à Bruxelles et envisager d'envoyer un test directement aux populations concernées comme c'est le cas en Flandre".

Le cancer colorectal (gros intestin) est l'une des formes de cancer les plus courantes en Belgique. La détection précoce systématique de ce cancer est recommandée tous les deux ans pour les hommes et les femmes de 50 à 74 ans. Ce dépistage est gratuit. Concrètement, ce test à effectuer à domicile permet de rechercher des traces invisibles de sang dans les selles. Il s'appelle test immunochimique de sang occulte fécal (iFOBT). En Wallonie, le patient peut l'obtenir chez son médecin traitant. A Bruxelles, chaque personne concernée reçoit un courrier l'invitant à se procurer le test en pharmacie. Les résultats sont ensuite envoyés au médecin traitant, et également à domicile pour les résidents en Région bruxelloise. "Le dépistage a déjà fait ses preuves: le nombre de cancers du côlon est en baisse et les chances de guérison sont maximales en cas de détection précoce", relève la Fondation contre le Cancer. "Néanmoins, de sérieux progrès sont nécessaires car le taux de participation reste insuffisant. Il est de 50,7% en Flandre (chiffres de 2017) et de moins de 20% dans la partie francophone du pays." Pour le Dr Didier Vander Steichel, directeur de la Fondation contre le Cancer, "les autorités compétentes devraient s'interroger sur l'efficacité du mode d'invitation en Wallonie et à Bruxelles et envisager d'envoyer un test directement aux populations concernées comme c'est le cas en Flandre".