Ce variant très contagieux du coronavirus a été retrouvé dans 72% des prélèvements et les moyennes hebdomadaires de l'épidémie recommenceront à augmenter dès le début de l'année 2022. "La croissance rapide d'Omicron est maintenant un fait en Belgique", a commencé Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, avant de détailler les indicateurs.

En ce dernier jour de l'année, le nombre de contaminations au SARS-Cov-2 est reparti à la hausse, avec 7.039 nouvelles infections quotidiennes entre le 21 et le 27 décembre selon les données de l'Institut de santé publique Sciensano, contre 6.446 la veille. Par rapport à la semaine précédente, il s'agit d'un léger recul de 6% mais les autorités sanitaires prévoient un retour à la hausse dès la semaine prochaine. Depuis le début de la pandémie en Belgique, plus de deux millions de cas d'infection au coronavirus ont été diagnostiqués.

Depuis quelques jours, le variant Omicron est devenu dominant en Belgique. Il représente ainsi "plus de deux tiers des souches". "Il y a encore de nombreuses incertitudes à propos de l'impact d'Omicron sur l'occupation dans les hôpitaux", a ajouté Yves Van Laethem. "Mais heureusement la campagne de rappel bat son plein", a-t-il toutefois rassuré.

77,3% de la population belge a reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus et 76,3% a reçu deux doses (81,1% en Flandre, 71,6% en Wallonie, 67,6% en Communauté germanophone et 59,1% à Bruxelles). A l'heure actuelle, 41,2% de résidents flamands ont reçu une troisième injection, 34,1% en Wallonie, 30,8% en Communauté germanophone et 21,7% à Bruxelles, pour une moyenne de 37% sur l'ensemble du territoire belge.

Le porte-parole encourage tout le monde à se faire vacciner ou recevoir sa troisième dose.

Ce variant très contagieux du coronavirus a été retrouvé dans 72% des prélèvements et les moyennes hebdomadaires de l'épidémie recommenceront à augmenter dès le début de l'année 2022. "La croissance rapide d'Omicron est maintenant un fait en Belgique", a commencé Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, avant de détailler les indicateurs.En ce dernier jour de l'année, le nombre de contaminations au SARS-Cov-2 est reparti à la hausse, avec 7.039 nouvelles infections quotidiennes entre le 21 et le 27 décembre selon les données de l'Institut de santé publique Sciensano, contre 6.446 la veille. Par rapport à la semaine précédente, il s'agit d'un léger recul de 6% mais les autorités sanitaires prévoient un retour à la hausse dès la semaine prochaine. Depuis le début de la pandémie en Belgique, plus de deux millions de cas d'infection au coronavirus ont été diagnostiqués.Depuis quelques jours, le variant Omicron est devenu dominant en Belgique. Il représente ainsi "plus de deux tiers des souches". "Il y a encore de nombreuses incertitudes à propos de l'impact d'Omicron sur l'occupation dans les hôpitaux", a ajouté Yves Van Laethem. "Mais heureusement la campagne de rappel bat son plein", a-t-il toutefois rassuré. 77,3% de la population belge a reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus et 76,3% a reçu deux doses (81,1% en Flandre, 71,6% en Wallonie, 67,6% en Communauté germanophone et 59,1% à Bruxelles). A l'heure actuelle, 41,2% de résidents flamands ont reçu une troisième injection, 34,1% en Wallonie, 30,8% en Communauté germanophone et 21,7% à Bruxelles, pour une moyenne de 37% sur l'ensemble du territoire belge.Le porte-parole encourage tout le monde à se faire vacciner ou recevoir sa troisième dose.