Le constat est clair : les jeunes américains délaissent de plus en plus la cigarette. C'est ce qu'a démontré la nouvelle édition de l'étude "Monitoring The Future", une enquête qui s'intéresse notamment aux comportements, pratiques et valeurs des adolescents américains, dont l'usage de drogues. Pilotée par l'Institut national sur l'abus des drogues, cette enquête dévoile que de plus en plus de jeunes se tournent plutôt vers la cigarette électronique et le cannabis,

Chiffres à l'appui, la cigarette traditionnelle plaît de moins en moins aux jeunes générations. Si 24,6% des élèves américains déclaraient fumer de manière quotidienne en 1997, ils n'étaient plus que 4,2% cette année.

En 2017, plus de 28% des jeunes interrogés ont expliqué avoir déjà testé l'e-cigarette, peut-on lire dans un article de Slate. Et dans la foulée, nombreux sont ceux qui utilisent cet outil afin de s'essayer au cannabis. 11,1% des élèves de dernière année de secondaire reconnaissent y avoir mis de la marijuana, alors que plus de la moitié d'entre eux expliquent vapoter uniquement des arômes. 33% environ mentionnent la nicotine.

Le nombre de vapoteurs quotidiens n'est pas connu. En revanche, l'enquête dévoile que 6% des jeunes interrogés consomment de l'herbe tous les jours. La diminution de la consommation de tabac peut réjouir les spécialistes, bien que la popularité du cannabis et de l'e-cigarette les inquiète. "Nous ne connaissons pas encore les effets du vapotage sur la santé. Nos inquiétudes portent sur la manière dont celui-ci peut devenir un nouvel outil offrant aux jeunes de nouvelles façons de s'exposer à la nicotine et à la marijuana", explique le docteur Compton, vice-directeur de l'institut en charge de ce sondage, dans un article du New York Times.

Les études sur le vapotage restent encore très floues, mais certains experts estiment tout de même que celui-ci reste "une alternative plus saine à la cigarette traditionnelle, parce qu'il n'inclut pas les substances cancérigènes engendrées par la combustion du tabac", rappelle le journal américain.

Le constat est clair : les jeunes américains délaissent de plus en plus la cigarette. C'est ce qu'a démontré la nouvelle édition de l'étude "Monitoring The Future", une enquête qui s'intéresse notamment aux comportements, pratiques et valeurs des adolescents américains, dont l'usage de drogues. Pilotée par l'Institut national sur l'abus des drogues, cette enquête dévoile que de plus en plus de jeunes se tournent plutôt vers la cigarette électronique et le cannabis,Chiffres à l'appui, la cigarette traditionnelle plaît de moins en moins aux jeunes générations. Si 24,6% des élèves américains déclaraient fumer de manière quotidienne en 1997, ils n'étaient plus que 4,2% cette année.En 2017, plus de 28% des jeunes interrogés ont expliqué avoir déjà testé l'e-cigarette, peut-on lire dans un article de Slate. Et dans la foulée, nombreux sont ceux qui utilisent cet outil afin de s'essayer au cannabis. 11,1% des élèves de dernière année de secondaire reconnaissent y avoir mis de la marijuana, alors que plus de la moitié d'entre eux expliquent vapoter uniquement des arômes. 33% environ mentionnent la nicotine. Le nombre de vapoteurs quotidiens n'est pas connu. En revanche, l'enquête dévoile que 6% des jeunes interrogés consomment de l'herbe tous les jours. La diminution de la consommation de tabac peut réjouir les spécialistes, bien que la popularité du cannabis et de l'e-cigarette les inquiète. "Nous ne connaissons pas encore les effets du vapotage sur la santé. Nos inquiétudes portent sur la manière dont celui-ci peut devenir un nouvel outil offrant aux jeunes de nouvelles façons de s'exposer à la nicotine et à la marijuana", explique le docteur Compton, vice-directeur de l'institut en charge de ce sondage, dans un article du New York Times. Les études sur le vapotage restent encore très floues, mais certains experts estiment tout de même que celui-ci reste "une alternative plus saine à la cigarette traditionnelle, parce qu'il n'inclut pas les substances cancérigènes engendrées par la combustion du tabac", rappelle le journal américain.