Environ 110 millions d'enfants chinois jouent à des jeux vidéo. Les entreprises telles que Tencent, NetEase et XD doivent désormais veiller à ce que ces enfants ne passent pas trop de temps sur Internet. Elles doivent donc faire en sorte que les utilisateurs s'inscrivent et se connectent sous leur vrai nom, et éventuellement utiliser la reconnaissance faciale pour empêcher les enfants de contourner les règles. Les nouvelles règles ont été publiées lundi dans les médias d'État chinois.
...

Environ 110 millions d'enfants chinois jouent à des jeux vidéo. Les entreprises telles que Tencent, NetEase et XD doivent désormais veiller à ce que ces enfants ne passent pas trop de temps sur Internet. Elles doivent donc faire en sorte que les utilisateurs s'inscrivent et se connectent sous leur vrai nom, et éventuellement utiliser la reconnaissance faciale pour empêcher les enfants de contourner les règles. Les nouvelles règles ont été publiées lundi dans les médias d'État chinois.Les nouvelles règles ne tombent pas du ciel. Début août, Tencent avait déjà imposé des restrictions aux enfants, afin qu'ils ne puissent jouer qu'une heure une journée normale ou deux heures un jour férié. Les autorités avaient demandé aux entreprises technologiques de mieux protéger les mineurs et d'assumer leur responsabilité sociale. Les médias d'État avaient qualifié les jeux d'"opium spirituel" valant des centaines de milliards et avaient fait état de la dépendance des enfants à Internet."La Chine a raison", déclare le professeur Theo Compernolle. "La Chine peut bien sûr intervenir beaucoup plus rapidement que les démocraties occidentales, mais il y a bel et bien un problème. Ce n'est pas tant ce que les enfants font avec leur smartphone ou leur tablette, mais ce qu'ils ne font plus. D'autres activités passent à la trappe. En Chine, les responsables politiques sont très attachés à l'éducation des enfants. Le fait d'être constamment engagé dans les médias antisociaux et les jeux a un impact négatif avéré sur l'apprentissage."Compernolle qualifie systématiquement les réseaux sociaux de réseaux anti-sociaux. Et il a ses raisons. Par exemple, il semble y avoir une corrélation entre les burn-out chez les 25-35 ans, l'implantation du smartphone et l'utilisation de l'intelligence artificielle qui stimule la dépendance à Internet. "Un chercheur a également découvert que dans les enquêtes PISA sur l'éducation, il y a une question sur la solitude. Celle-ci révèle que le sentiment de solitude éprouvé par les adolescents va de pair avec l'essor du smartphone et surtout des stratégies addictives induites par l'intelligence artificielle dans cette tranche d'âge.Compernolle partait initialement du principe que les digital natives seraient plus à même d'utiliser la technologie que la génération plus âgée qui n'est entrée en contact avec elle qu'à l'âge adulte. Après avoir étudié la littérature et les recherches scientifiques pertinentes, il a dû revenir sur ses pas. La jeune génération ne maîtrise pas non plus la technologie Internet.Lorsque les enfants sont en classe, leurs enseignants ne leur permettent pas d'utiliser leur smartphone. Alors comment celui-ci entrave-t-il l'apprentissage ?Theo Compernolle : En France, l'utilisation des smartphones dans les écoles est interdite, en Belgique, elle ne l'est pas. Aux Pays-Bas, des groupes d'écoles expérimentent les 'mobiles à la maison ou au casier'. Au début, les élèves n'aiment pas ça, mais après un certain temps, les garçons recommencent à jouer au football, au basket ou au ping-pong pendant les pauses. Les filles s'assoient ensemble et discutent, alors qu'avant elles étaient toutes penchées sur leurs smartphones. L'exercice est souvent supplanté par le smartphone.Pour pouvoir se concentrer sur l'apprentissage, les élèves ne peuvent pas être occupés par leur smartphone. Et je ne veux pas seulement dire physiquement, mais aussi mentalement. Si un élève est préoccupé par un message qui n'a pas reçu de réponse, alors il n'est pas libre mentalement. À l'inverse, on peut aussi être libre numériquement avec son smartphone dans la poche, si l'on ne ressent pas le besoin de le consulter.Que peuvent faire les écoles, à part interdire le smartphone ?Les écoles enseignent les compétences numériques à leurs élèves. Si les enfants sont très instruits en matière de numérique, ils peuvent aussi devenir des sages en matière de numérique. Utiliser leurs compétences pour faire ce qui est juste. Les enfants doivent apprendre - le plus jeune étant le mieux - qu'ils ne sont pas libres lorsqu'ils sont constamment connectés. Ils doivent être libérés du numérique pendant une grande partie de la journée.Les premières années de l'école secondaire, il faudrait simplement interdire le smartphone. Pour le bien du développement du cerveau, vous ne pouvez pas leur en laisser la responsabilité. Ces enfants n'en sont vraiment pas capables. Souvent, les adultes ne peuvent même pas le faire. Les élèves doivent ensuite apprendre à utiliser le smartphone. Nous avons du mal à enseigner cela à nos enfants parce que, en tant qu'adultes, nous avons nous-mêmes été submergés par la technologie et souvent nous ne la gérons pas correctement. Nous pourrions être tellement plus productifs si nous n'étions pas constamment distraits par les notifications des e-mails, de Whatsapp, etc. Les adultes et les enfants doivent apprendre à travailler par blocs. Répondez délibérément aux e-mails pendant une heure. Lisez ou écrivez un texte sans être dérangé pendant une heure. Et ainsi de suite.Bien entendu, les parents ont également un rôle à jouer dans l'éducation numérique de leurs enfants. Comment voyez-vous ce rôle ?Bill Gates était très strict sur l'utilisation de l'internet. Ses enfants n'ont pas eu de smartphone avant l'âge de quatorze ans. Ils n'étaient pas autorisés à l'utiliser à table ou à l'emporter au lit. De nombreuses personnes qui occupent des postes à responsabilité dans des entreprises technologiques de la Silicon Valley témoignent dans les médias qu'elles envoient leurs enfants dans des écoles où la technologie n'entre pas. Ils interdisent aussi, par exemple, à leur nounou ou à leur baby-sitter d'utiliser un smartphone à la vue de leurs enfants. La tendance, c'est qu'il est important pour les enfants d'apprendre autre chose.Tout comme pour l'essor de la télévision, nous voyons un fossé se creuser entre les classes socio-économiques supérieures et inférieures. Les personnes plus instruites sont plus conscientes du problème et disposent souvent de plus de temps, d'énergie et de ressources pour canaliser l'utilisation des écrans par leurs enfants. Ils ont un jardin pour jouer et peuvent proposer des activités alternatives à leurs enfants. Les personnes moins qualifiées rentrent épuisées chez elles et sont parfois heureuses quand les enfants s'occupent tranquillement avec une tablette. Plus les enfants sont connectés, plus ils sont multitâches, plus les devoirs seront mal faits, moins ils apprendront à se concentrer, et plus leur travail de réflexion sera mauvais."Pourquoi la démocratie occidentale ne peut-elle mettre les sociétés Internet en laisse pour protéger nos enfants, comme le fait la Chine ?Les grandes entreprises technologiques utilisent toutes les astuces du métier, tout comme l'industrie du tabac. Ils font du lobbying comme des fous et, surtout, ils défendent la liberté d'expression. Ces cinq dernières années, il est devenu très clair que des entreprises technologiques telles que Facebook ont créé, sans éthique et sans se soucier des dommages collatéraux, des algorithmes qui font en sorte que les gens restent le plus longtemps possible et cliquent. En particulier, les contenus qui suscitent la colère et la peur génèrent des clics. Il n'est bon pour personne, ni pour les adultes et encore moins pour les enfants, d'être constamment confrontés à de tels contenus. Les réseaux antisociaux infligent des dégâts au quotidien, avec parfois des conséquences fatales pendant la pandémie. Il suffit de penser aux antivax, qui peuvent diffuser des mensonges sans être dérangés. Les entreprises technologiques ont délibérément fait tout leur possible pour rendre les réseaux antisociaux aussi addictifs que possible.On parle aussi beaucoup de cyberharcèlement et de l'image trop rose que l'on présente aux jeunes sur les réseaux sociaux. Celui-ci a-t-il un effet néfaste sur les adolescents ?Il y a une évolution de la pensée. Les scientifiques pensaient auparavant que l'effet était encore plus néfaste. La technologie est encore jeune et, au départ, il n'y a pas de recherche longitudinale. Les enfants vulnérables sont particulièrement touchés. Les enfants peuvent être vulnérables pour toutes sortes de raisons : sociales, économiques, psychologiques. Prenez un adolescent qui est déjà un peu déprimé pour une raison quelconque. Le fait d'être toujours connecté aggrave souvent la situation. Un enfant qui développe un trouble alimentaire peut se mettre à chatter en ligne avec d'autres enfants qui vantent les mérites de l'anorexie. Les délinquants peuvent s'influencer négativement les uns les autres. Aux États-Unis, les pédiatres commencent également à s'inquiéter des TikTok Tics : les enfants imitent les tics d'un influenceur et après quelque temps, ils ne peuvent plus s'arrêter."Les adolescents sont encore en train de trouver leur voie, ils traversent des périodes de vulnérabilité. Bien sûr, quelque chose peut toujours mal tourner avec les sextos, par exemple. Vos seins ou votre pénis se retrouvent soudainement en ligne, après que vous les ayez envoyés à un ami. Mais si un enfant se sent bien dans sa peau, dans un contexte sain, les effets socio-émotionnels négatifs ne sont généralement pas trop graves.Il y a aussi des développements intéressants. Par exemple, j'ai deux cousins aux États-Unis qui vont à l'université. Dans leur groupe d'amis, c'est cool de ne plus avoir son téléphone allumé en permanence. Il y a aussi des gens qui n'ont tout simplement plus de smartphone. Nous constatons également dans notre propre pays, lors du passage du lycée à l'université, que certains jeunes font ce déclic. Ils s'entraident en étudiant ensemble à la bibliothèque et en n'utilisant pas leurs smartphones. Ils vont dans des bars et le premier qui prend son smartphone doit payer une tournée de boissons. C'est la direction que nous devons prendre. Nous pourrions faire beaucoup plus et mieux en moins de temps si nous pouvions résister aux distractions constantes.Les millennials sont souvent dépendants de leurs smartphones. Doivent-ils s'aider eux-mêmes avant de pouvoir aider leurs enfants ?Absolument ! Vous devez faire de vous un maître de votre technologie, pas un esclave. Vous avez probablement déjà vécu la situation où vous voulez passer dix minutes sur Facebook ou Instagram et où, soudain, une heure s'est écoulée. Vous devez apprendre à décider quand, pendant combien de temps, avec quel objectif, etc vous utilisez les réseaux sociaux. Vous pouvez y parvenir en travaillant par blocs et en devenant beaucoup plus efficace. En tant qu'adultes, nous avons été submergés par cette merveilleuse technologie. Il n'est pas surprenant que nous ne sachions pas comment l'enseigner à nos enfants.