Depuis 2017, l'établissement hospitalier était déjà une référence pour sept maladies rares comprenant des cancers adultes, des malformations et syndromes congénitaux avec déficience intellectuelle et du développement, des maladies pulmonaires, des troubles métaboliques héréditaires, des maladies neuromusculaires, des maladies osseuses et squelettiques, ainsi que des maladies vasculaires multisystémiques.

Depuis le 1er janvier, l'UZA a rejoint les centres de référence européens pour des troubles craniofaciaux et ORL rares ainsi que des maladies endocriniennes, oculaires, hématologiques, génito-urinaires, cardiaques héréditaires, hépatiques et neurologiques.

L'UZA examine chaque année environ 15.000 personnes atteintes d'une maladie rare, soit un trouble qui affecte moins d'un patient sur 2.000. Faire partie d'un ERN permet aux soignants et soignantes de différents centres européens possédant une grande expertise dans des maladies rares spécifiques d'entrer en contact et d'échanger leurs connaissances et expériences. Ce qui aboutit à des diagnostics plus rapides et des traitements plus adéquats, selon l'UZA.

Depuis 2017, l'établissement hospitalier était déjà une référence pour sept maladies rares comprenant des cancers adultes, des malformations et syndromes congénitaux avec déficience intellectuelle et du développement, des maladies pulmonaires, des troubles métaboliques héréditaires, des maladies neuromusculaires, des maladies osseuses et squelettiques, ainsi que des maladies vasculaires multisystémiques. Depuis le 1er janvier, l'UZA a rejoint les centres de référence européens pour des troubles craniofaciaux et ORL rares ainsi que des maladies endocriniennes, oculaires, hématologiques, génito-urinaires, cardiaques héréditaires, hépatiques et neurologiques.L'UZA examine chaque année environ 15.000 personnes atteintes d'une maladie rare, soit un trouble qui affecte moins d'un patient sur 2.000. Faire partie d'un ERN permet aux soignants et soignantes de différents centres européens possédant une grande expertise dans des maladies rares spécifiques d'entrer en contact et d'échanger leurs connaissances et expériences. Ce qui aboutit à des diagnostics plus rapides et des traitements plus adéquats, selon l'UZA.