"Chaque année, la grippe saisonnière pèse sur les systèmes de santé. Des foyers simultanés de grippe saisonnière et de la Covid-19 exerceraient une pression considérable sur les systèmes de santé", met en garde la Commission.

Elle soutiendra les États membres qui mettront en place une surveillance accrue de la grippe saisonnière, accentueront les tests, faciliteront l'accès aux vaccins et le diagnostic différentiel, etc. Les États membres devraient envisager d'anticiper les campagnes de vaccination et d'élargir les groupes cibles, préconise-t-elle encore. La Commission insiste sur la nécessité de lutter contre les réticences à la vaccination.

"Nous avons parcouru un long chemin depuis le pic de la pandémie de Covid-19, mais le virus continue de circuler. Ce n'est pas le moment de baisser la garde", a commenté la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides, en appelant les États membres à "une action forte et commune".

Touchés de manière diverse par la pandémie de coronavirus, les États membres, qui gardent la compétence sur la majeure partie des politiques sanitaires, ont jusqu'à présent peiné à se coordonner, même s'ils se sont accordés sur des mesures de soutien au fonctionnement du marché intérieur, aux secteurs des transports et du tourisme, à l'emploi et aux soins médicaux pour les groupes vulnérables. La Commission a également émis des recommandations sur les mesures de voyage et aux frontières.

"Nous ne voulons plus assister au manque de coordination que nous avons connu dans un premier temps, au début de la pandémie", a souligné le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas.

Dans sa communication adoptée ce mercredi, la Commission met l'accent sur la nécessaire augmentation du recours aux tests (notamment via des solutions innovantes d'impression 3D de matériel de test, ou de nouvelles méthodes de test) ainsi que sur l'interopérabilité des applications mobiles de traçage et d'alerte au-delà des frontières nationales. Dix États membres ont déjà lancé de telles "apps", onze autres s'y préparent.

L'exécutif européen répète aussi l'importance des achats conjoints de matériel médical et des stocks stratégiques au niveau UE, ou du déploiement d'équipes européennes dans les pays demandeurs via la protection civile de l'UE. Il insiste aussi sur la nécessité de mener des stress-tests (tests de résistance) sur les systèmes de soins.

"Chaque année, la grippe saisonnière pèse sur les systèmes de santé. Des foyers simultanés de grippe saisonnière et de la Covid-19 exerceraient une pression considérable sur les systèmes de santé", met en garde la Commission. Elle soutiendra les États membres qui mettront en place une surveillance accrue de la grippe saisonnière, accentueront les tests, faciliteront l'accès aux vaccins et le diagnostic différentiel, etc. Les États membres devraient envisager d'anticiper les campagnes de vaccination et d'élargir les groupes cibles, préconise-t-elle encore. La Commission insiste sur la nécessité de lutter contre les réticences à la vaccination. "Nous avons parcouru un long chemin depuis le pic de la pandémie de Covid-19, mais le virus continue de circuler. Ce n'est pas le moment de baisser la garde", a commenté la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides, en appelant les États membres à "une action forte et commune". Touchés de manière diverse par la pandémie de coronavirus, les États membres, qui gardent la compétence sur la majeure partie des politiques sanitaires, ont jusqu'à présent peiné à se coordonner, même s'ils se sont accordés sur des mesures de soutien au fonctionnement du marché intérieur, aux secteurs des transports et du tourisme, à l'emploi et aux soins médicaux pour les groupes vulnérables. La Commission a également émis des recommandations sur les mesures de voyage et aux frontières. "Nous ne voulons plus assister au manque de coordination que nous avons connu dans un premier temps, au début de la pandémie", a souligné le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas. Dans sa communication adoptée ce mercredi, la Commission met l'accent sur la nécessaire augmentation du recours aux tests (notamment via des solutions innovantes d'impression 3D de matériel de test, ou de nouvelles méthodes de test) ainsi que sur l'interopérabilité des applications mobiles de traçage et d'alerte au-delà des frontières nationales. Dix États membres ont déjà lancé de telles "apps", onze autres s'y préparent. L'exécutif européen répète aussi l'importance des achats conjoints de matériel médical et des stocks stratégiques au niveau UE, ou du déploiement d'équipes européennes dans les pays demandeurs via la protection civile de l'UE. Il insiste aussi sur la nécessité de mener des stress-tests (tests de résistance) sur les systèmes de soins.