Ce refus de vacciner les Belges par tranches d'âges est une aberration pour l'ABSyM (Association Belge des Syndicats Médicaux) car "l'âge est pourtant bel et bien une donnée objective et reste le facteur le plus déterminant en termes de morbidité et de mortalité en cas de Covid-19".

Pour l'Association Belge des Syndicats Médicaux, son approche d'une campagne de vaccination selon les âges comporte de nombreux avantages : cela va de la simplicité de la convocation (car basée sur la date de naissance), à l'inclusion des patients sans dossier médical global dans le processus de vaccination, en passant par le respect des questions relatives à la protection de la vie privée et au RGPD, car la sélection des candidats à la vaccination ne se fait pas sur base d'une collecte des données médicales et donc confidentielles.

Tandis que les médecins généralistes et spécialistes relèvent un grand nombre d'inconvénients à la stratégie soutenue par la Task Force "vaccination". Ils dénoncent un processus complexe et donc lent et craignent que certains malades souffrant pourtant de comorbidités soient oubliés de ce processus, car eux-mêmes ignorent en être affectés. Actuellement, face à cette stratégie peu claire, les médecins généralistes seront bombardés de questions et l'ABSyM craint qu'ils capitulent sous la surcharge de travail. Sans oublier "les tensions qui apparaissent déjà entre les groupes de patients et les spécialistes qui les encadrent" souligne la lettre.

L'ABSyM conclut sa lettre en appelant à la diligence du Ministre de la Santé "pour faire de la stratégie de vaccination une stratégie simple et contrôlable par l'ensemble des autorités belges sur une base objective : une sélection par groupe d'âge."

Ce refus de vacciner les Belges par tranches d'âges est une aberration pour l'ABSyM (Association Belge des Syndicats Médicaux) car "l'âge est pourtant bel et bien une donnée objective et reste le facteur le plus déterminant en termes de morbidité et de mortalité en cas de Covid-19".Pour l'Association Belge des Syndicats Médicaux, son approche d'une campagne de vaccination selon les âges comporte de nombreux avantages : cela va de la simplicité de la convocation (car basée sur la date de naissance), à l'inclusion des patients sans dossier médical global dans le processus de vaccination, en passant par le respect des questions relatives à la protection de la vie privée et au RGPD, car la sélection des candidats à la vaccination ne se fait pas sur base d'une collecte des données médicales et donc confidentielles.Tandis que les médecins généralistes et spécialistes relèvent un grand nombre d'inconvénients à la stratégie soutenue par la Task Force "vaccination". Ils dénoncent un processus complexe et donc lent et craignent que certains malades souffrant pourtant de comorbidités soient oubliés de ce processus, car eux-mêmes ignorent en être affectés. Actuellement, face à cette stratégie peu claire, les médecins généralistes seront bombardés de questions et l'ABSyM craint qu'ils capitulent sous la surcharge de travail. Sans oublier "les tensions qui apparaissent déjà entre les groupes de patients et les spécialistes qui les encadrent" souligne la lettre.L'ABSyM conclut sa lettre en appelant à la diligence du Ministre de la Santé "pour faire de la stratégie de vaccination une stratégie simple et contrôlable par l'ensemble des autorités belges sur une base objective : une sélection par groupe d'âge."