Les experts de la santé recommandent de manger (au moins) 5 fruits et légumes par jour. Une récente étude en conseille même 10, chiffre difficile à atteindre quotidiennement. Les bienfaits des légumes sont en effet au centre de nombreuses recherches sur l'alimentation. Selon les chercheurs, ils contribuent notamment à réduire l'inflammation dans le corps et combattent les agents cancérigènes.

Conséquences sur le corps

Mais certaines personnes n'en consomment quasiment pas, que ça soit par dégoût ou par manque d'accès dans certains pays du Tiers monde. Mais manger peu, voire pas du tout, de légumes peut avoir des conséquences sur le corps.

Parmi les conséquences les plus probables, que résume Vice, des constipations et autres ballonnements à cause du manque de fibres. Le risque de fatigue est également plus grand, ainsi que d'avoir des baisses d'énergie, car les légumes sont riches en vitamines et en minéraux. L'immunité peut aussi en subir les conséquences, ce qui entraînerait des petits rhumes plus régulièrement. Les personnes qui mangent trop peu de légumes sont plus exposées à des carences (vitamines, fer,...) et à leurs conséquences (perte de cheveux, peau sèche,...).

Dans le pire des cas, il y a un risque plus élevé de maladies cardiaques, de diabète, de perte de vision voire de certains cancers.

Trois étapes pour manger plus de légumes

Getty Images/iStockphoto
© Getty Images/iStockphoto

Mais comment se contraindre à manger davantage de légumes ? Modifier son alimentation passe d'abord par le mental. C'est le cas de la philosophie "penser légumes, penser fruits", que Frank Fol explique à nos confrères de Knack. "Quand on décide ce qu'on va manger, on démarre toujours avec un poisson ou une viande. On va manger du poulet. Et du steak. Le reste des aliments suit ". Frank Fol prône l'inverse : la première étape est de décider du légume qu'on souhaite manger et compléter son assiette en fonction de ce qu'on a choisi.

Pour Frank Fol, il est normal de ne pas manger assez de légumes si on les prépare toujours de la même manière. Il faut être créatif pour activer notre envie d'en consommer. "La deuxième étape consiste à réfléchir à la manière dont vous voulez faire cuire les légumes. Les gens utilisent les légumes dans la soupe, les font cuire à la vapeur ou sautés ou les mangent crus. Mais il y a tellement d'autres façons de les préparer. Vous pouvez les faire sécher, ou injecter du jus de légumes dans du poisson,...".

La troisième et dernière étape concerne l'accompagnement (viande, poisson ou rien). "Je ne préconise pas un régime entièrement végétarien. Mais aujourd'hui, nous mangeons environ 500 grammes de viande par personne par semaine, alors que nous n'avons besoin que d'une partie". Pour Frank Fol, les fruits et légumes doivent, à la fin de la semaine, représenter deux tiers de notre alimentation, objectif beaucoup plus facile à atteindre en prenant le légume comme base du repas.

Les experts de la santé recommandent de manger (au moins) 5 fruits et légumes par jour. Une récente étude en conseille même 10, chiffre difficile à atteindre quotidiennement. Les bienfaits des légumes sont en effet au centre de nombreuses recherches sur l'alimentation. Selon les chercheurs, ils contribuent notamment à réduire l'inflammation dans le corps et combattent les agents cancérigènes. Mais certaines personnes n'en consomment quasiment pas, que ça soit par dégoût ou par manque d'accès dans certains pays du Tiers monde. Mais manger peu, voire pas du tout, de légumes peut avoir des conséquences sur le corps. Parmi les conséquences les plus probables, que résume Vice, des constipations et autres ballonnements à cause du manque de fibres. Le risque de fatigue est également plus grand, ainsi que d'avoir des baisses d'énergie, car les légumes sont riches en vitamines et en minéraux. L'immunité peut aussi en subir les conséquences, ce qui entraînerait des petits rhumes plus régulièrement. Les personnes qui mangent trop peu de légumes sont plus exposées à des carences (vitamines, fer,...) et à leurs conséquences (perte de cheveux, peau sèche,...). Dans le pire des cas, il y a un risque plus élevé de maladies cardiaques, de diabète, de perte de vision voire de certains cancers. Mais comment se contraindre à manger davantage de légumes ? Modifier son alimentation passe d'abord par le mental. C'est le cas de la philosophie "penser légumes, penser fruits", que Frank Fol explique à nos confrères de Knack. "Quand on décide ce qu'on va manger, on démarre toujours avec un poisson ou une viande. On va manger du poulet. Et du steak. Le reste des aliments suit ". Frank Fol prône l'inverse : la première étape est de décider du légume qu'on souhaite manger et compléter son assiette en fonction de ce qu'on a choisi. Pour Frank Fol, il est normal de ne pas manger assez de légumes si on les prépare toujours de la même manière. Il faut être créatif pour activer notre envie d'en consommer. "La deuxième étape consiste à réfléchir à la manière dont vous voulez faire cuire les légumes. Les gens utilisent les légumes dans la soupe, les font cuire à la vapeur ou sautés ou les mangent crus. Mais il y a tellement d'autres façons de les préparer. Vous pouvez les faire sécher, ou injecter du jus de légumes dans du poisson,...".La troisième et dernière étape concerne l'accompagnement (viande, poisson ou rien). "Je ne préconise pas un régime entièrement végétarien. Mais aujourd'hui, nous mangeons environ 500 grammes de viande par personne par semaine, alors que nous n'avons besoin que d'une partie". Pour Frank Fol, les fruits et légumes doivent, à la fin de la semaine, représenter deux tiers de notre alimentation, objectif beaucoup plus facile à atteindre en prenant le légume comme base du repas.