Ne dites pas à Jan Lucassen qu'il a écrit une histoire alternative du monde. "Trop d'honneur", répond le Néerlandais. Il n'a jamais eu l'intention de se comparer à Yuval Noah Harari ou à Jared Diamond. Et pourtant en anglais, son livre De wereld aan het werk (Le Monde au travail) s'appelle A New History of Mankind. Les médias anglo-saxons tels que The Guardian, The New Statesman et The Economist ne tarissent pas d'éloges. "Je dois reconnaître aux gens de la maison d'édition qu'ils connaissent leur travail."
...

Ne dites pas à Jan Lucassen qu'il a écrit une histoire alternative du monde. "Trop d'honneur", répond le Néerlandais. Il n'a jamais eu l'intention de se comparer à Yuval Noah Harari ou à Jared Diamond. Et pourtant en anglais, son livre De wereld aan het werk (Le Monde au travail) s'appelle A New History of Mankind. Les médias anglo-saxons tels que The Guardian, The New Statesman et The Economist ne tarissent pas d'éloges. "Je dois reconnaître aux gens de la maison d'édition qu'ils connaissent leur travail."Depuis des décennies, Lucassen est fasciné par le travail. Lorsque les recherches sur l'histoire du travail ont perdu de son importance après la chute de l'Union soviétique, il a décidé d'intensifier les siennes. En tant que directeur de recherche, puis chercheur à l'Institut international d'histoire sociale d'Amsterdam, il s'est éloigné, avec ses collègues, de l'approche étroite où l'historiographie du travail se concentrait presque entièrement sur le sort des ouvriers d'usine. "Je pense qu'il est extrêmement important que le travail domestique soit considéré comme un travail", souligne Lucassen. "Le travail ne concerne pas seulement les agriculteurs et les ouvriers d'usine, mais aussi les femmes au foyer. Dans l'étude de l'histoire du travail, les femmes ont été reléguées à l'arrière-plan pendant bien trop longtemps".Son livre commence littéralement au début. Parce que les gens travaillaient aussi à l'époque de la préhistoire. Sur la base d'études anthropologiques, Lucassen estime qu'une journée de travail pour le chasseur-cueilleur moyen durait environ huit heures. Cette journée de travail comprenait non seulement la chasse et la collecte de nourriture, mais aussi les tâches ménagères telles que la garde des enfants ou le montage et le démontage du camp. À l'origine, les tâches étaient surtout réparties selon le principe de la réciprocité. C'était une sorte de comptabilité interne", explique Lucassen. "Comparez le principe à un mariage : votre femme fait la soupe et en échange, vous faites la vaisselle. Vous n'émettez pas de facture, mais vous déterminez inconsciemment si le travail est équitablement réparti. Le même phénomène s'observe chez les chasseurs-cueilleurs. Un bon chasseur ne mangeait pas son gibier tout seul. Le produit de la chasse était divisé selon le mérite. Celui qui avait 'mal au dos' chaque fois qu'il fallait chasser, ne devait pas compter sur le meilleur morceau."Lucassen souligne que les chasseurs-cueilleurs étaient aussi, dans un certain sens, une société de la connaissance. "Les chasseurs-cueilleurs dépendaient de ce que la nature avait à leur offrir. Il fallait savoir ce qui était disponible à quelle saison, comment les animaux se déplaçaient, quels aliments on pouvait conserver longtemps et quels fruits étaient toxiques". Lucassen donne l'exemple de la chasse traditionnelle au kangourou en Australie centrale, où les chasseurs traquent un kangourou nu, les mains jointes le long du corps, et sautent si nécessaire, de sorte que le kangourou ne puisse distinguer le chasseur du paysage. "Il faut des années pour apprendre cette technique."Une question d'argent La réciprocité a commencé à disparaître lorsque les premières villes ont vu le jour, et encore plus lorsque l'argent a été inventé des milliers d'années plus tard. "L'argent a été inventé comme solution pour les transactions ponctuelles", explique Lucassen. "Le cas le plus frappant est celui de la prostitution. Ni la prostituée ni le client de la prostituée ne souhaitent s'engager dans une relation permanente. Ils paient donc en liquide pour que les deux puissent ensuite prendre des chemins différents."La position des femmes a été affaiblie par l'essor de l'agriculture et de l'élevage. Pour la première fois, il y a eu une inégalité économique, car ce n'est qu'à ce moment-là que les gens ont pu créer un excédent. Les cultures qui ont réussi à apprivoiser les chevaux avaient un avantage militaire et l'ont exploité. Dans ces cultures martiales, les hommes dominaient. En outre, l'agriculture a entraîné le développement de tâches spécifiques aux hommes et aux femmes. Ce n'est que dans les communautés agricoles que les femmes ont commencé à se marier - éventuellement en échange d'une dot. Cependant, Lucassen aime souligner que même après l'apparition de l'agriculture, plusieurs cultures africaines sont restées matriarcales.Selon Lucassen, l'émergence des religions - il parle d'"idéologies" - est également une conséquence de l'évolution des relations de travail. "Nous ne savons pas quelles histoires les chasseurs-cueilleurs se racontaient, bien sûr, car rien n'a jamais été écrit. Pourtant, je suis convaincu que les idéologies originelles étaient très égalitaires. Les paresseux recevaient moins que les travailleurs acharnés." Mais une fois que les chasseurs-cueilleurs ont commencé à pratiquer l'agriculture, l'inégalité est apparue parce que les gens ont appris la propriété personnelle. C'est ainsi que des idéologies ont vu le jour pour expliquer cette inégalité", explique Lucassen. "Supposons que je sois un fermier prospère et que vous soyez un pauvre bougre. Alors je dois vous faire croire que vous valez moins que moi. Parce que vous êtes plus jeune, ou que vous avez les cheveux bouclés, ou parce que votre père n'est pas né libre. C'est ainsi que des idéologies d'apartheid telles que le système des castes voient le jour, où il est "logique" que je sois un übermensch (sur-homme) et que vous soyez un untermensch (sous-homme) et que vous ne deviez donc pas vous plaindre que j'aie plus que vous. Elle peut également donner naissance à des théocraties, où certaines personnes sont plus proches des dieux et ont donc droit à plus. En Union soviétique, les chefs de parti avaient de plus grands appartements et de plus grandes Volga. Nous avons le mythe du marché : tout le monde a sa chance, et ceux qui échouent n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes".Besoin de base Des concepts qui sont souvent considérés comme des inventions européennes se révèlent assez universels. Non seulement l'agriculture, mais aussi des concepts tels que l'économie de marché et la monnaie ont été développés par différentes cultures, indépendamment les unes des autres. Même la révolution industrielle est née presque simultanément en Europe, en Chine et en Inde. Et la manière dont le travail est organisé s'avère également étonnamment similaire sur tout le continent eurasiatique. Lucassen cite une étude de l'historien Maarten Prak, qui a comparé la façon dont les cathédrales gothiques, les églises byzantines, les mosquées, les temples et les pagodes ont été construits à partir du 16e siècle. Ces structures étaient très difficiles à organiser, car les travailleurs étaient souvent analphabètes et les spécialistes venaient de différentes régions, où l'on utilisait souvent des tailles différentes. "Pourtant, les structures étaient étonnamment similaires", déclare Lucassen. "Il est remarquable que des personnes vivant dans des contextes très différents soient souvent parvenues à des solutions similaires."Lucassen conclut que le travail est un besoin fondamental universel qui se retrouve dans toutes les cultures humaines. "Bien sûr, c'est en partie par nécessité. Si tout le monde décidait d'arrêter de travailler pendant quelques jours, dans quinze jours, nous serions tous dans les cordes. Mais cela va bien plus loin que cela. Le travail est l'activité à laquelle nous consacrons la majeure partie de notre temps. C'est une façon de s'exprimer qui nous donne le respect de nous-mêmes et qui commande le respect des autres. C'est un critère que nous utilisons pour juger les autres".Dans son livre, Lucassen cite un texte égyptien datant d'environ 2000 avant J.-C., où un artisan mentionne fièrement son habileté à dessiner des hiéroglyphes. Lucassen est convaincu que la fierté du travail bien fait est universelle. C'est aussi une raison pratique d'être fier", dit-il. "Supposons que vous soyez un potier dans l'Athènes d'il y a 2500 ans, vous deviez alors montrer à vos clients que vous étiez fiers de ne fabriquer que de bons pots. Si vous ne montrez pas cette fierté dans votre travail, les chances sont minces que vos concitoyens achètent vos pots. De la même manière, en tant qu'ouvrier d'usine, vous voulez prouver que vous êtes digne d'un salaire décent."Lucassen conteste vigoureusement l'idée que la satisfaction au travail soit réservée aux personnes hautement qualifiées. "Bien sûr, le travailleur moyen m'insultera si je lui demande s'il est fier de son travail. Je pense que c'est parce que le travailleur moyen ne peut pas imaginer qu'un professeur le prenne au sérieux. Les gens n'osent être fiers que lorsqu'ils se sentent en sécurité, et lorsqu'ils sont sûrs qu'on ne se moquera pas d'eux. Bien sûr, il y a beaucoup de gens qui disent qu'ils en ont marre de leur travail. Mais si l'alternative à cet emploi pourri est de ne pas travailler, ils choisissent invariablement de travailler quand même. "Le chômage est un drame humain", estime Lucassen. "Nous avons tendance à aborder le chômage comme un problème de revenus, mais cela va bien au-delà. Les chômeurs n'ont plus de place nulle part, ils n'ont rien à quoi se raccrocher. Il n'y a qu'une seule chose de pire que d'avoir un patron qui vous empoisonne la vie, c'est de ne pas avoir de patron qui vous empoisonne la vie."De plus en plus de travailSe pourrait-il que John Maynard Keynes ait négligé ce point ? Le célèbre économiste britannique était convaincu qu'à la fin du vingtième siècle, les gens ne travailleraient plus qu'une vingtaine d'heures par semaine. "C'est même l'inverse", dit Lucassen. "Si l'on additionne le travail rémunéré et les tâches ménagères, les jeunes couples d'aujourd'hui travaillent plus que la génération de leurs parents, et probablement même plus que la génération de leurs grands-parents."Lucassen voit des raisons à la fois matérielles et psychologiques à cette évolution contre-intuitive. "La mondialisation a rendu les chaînes de production beaucoup plus compliquées. Vous n'allez plus chez le fermier chercher du lait. Il y a maintenant des usines de lait, ce qui signifie plus de transport. Ensuite, ce lait doit être contrôlé, à la ferme, à l'usine et au supermarché. C'est ce que nous demandons, car nous ne voulons pas de scandales alimentaires. Nous ajoutons donc toujours plus d'organes de contrôle. Cela crée de nouveaux emplois, car quelqu'un doit former et équiper les contrôleurs."Les crises créent de toute façon du travail supplémentaire, dit Lucassen. "Récemment, des jeunes filles ont été victimes de comportements déplacés au sein d'associations sportives. Je peux vous dire qu'il y aura beaucoup d'agents spécialisés, qui veilleront à ce que les entraîneurs ne dépassent pas leurs limites. Il y aura des cours pour les entraîneurs sur la façon de gérer leurs sentiments sexuels. Ces cours doivent être conçus et développés. De cette façon, nous créons de plus en plus de travail. Non pas parce que nous voulons créer du travail, mais parce que nous ne pouvons pas tout automatiser."Par-dessus tout, le monde au travail montre que l'histoire est plus fantaisiste que ce que l'on pourrait supposer. Lucassen donne l'exemple de l'économie de marché, qui existait pratiquement partout en Eurasie et en Afrique du Nord au début de l'ère, mais qui a brusquement disparu en Europe et en Inde en l'an 500. "À cette époque, toute l'Europe et l'Inde avaient des économies de marché. Les pièces de monnaie étaient utilisées partout pour payer des biens ou des services. Et pourtant, tout cela a disparu pendant près de cinq siècles."À une époque où le système capitaliste actuel semble destiné à durer éternellement, c'est une bonne leçon, estime Lucassen. "Cela nous apprend que l'on ne peut rien exclure. Je ne dis pas que le système capitaliste va s'effondrer de sitôt. Une telle évolution n'est vraiment pas évidente. Mais quand je vois combien de prédictions de brillants économistes se révèlent fausses, je me garde bien d'être trop confiant. Tout le monde pense vivre à une époque spéciale, inédite, mais jusqu'à présent, je n'ai aucune preuve convaincante que c'est le cas de celle-ci. Puis je me dis : relaxe, Jantje Lucassen. Je n'exclus rien du tout."