De nombreux médecins avancent comme explication la fatigue, physique et nerveuse, après, au printemps dernier, une première vague de l'épidémie éprouvante. Si plus d'un médecin sur deux (58%) a pris des vacances cet été, ils sont 75% à se plaindre de ne pas avoir récupéré physiquement et mentalement, ou du moins "pas suffisamment".

En outre, 58% des médecins francophones ayant participé à l'enquête disent ne pas disposer de tout le nécessaire (protections, écouvillons, consignes, garanties de financement...) pour affronter un rebond du nombre de cas de Covid-19. En revanche, 69% des médecins néerlandophones disent disposer de tout le nécessaire. Les médecins francophones indiquent manquer principalement de consignes "claires, cohérentes et réalistes", notamment en matière de testing, ainsi que d'équipement (de protection individuelle et de prélèvement).

Des médecins regrettent également un manque de clarté dans les procédures officielles fournies par Sciensano. Les craintes par rapport à l'arrivée de la mauvaise saison, et du cumul de la Covid avec d'autres infections respiratoires, sont bien réelles, de même que celle de ne pas disposer de stocks de masques ou de gants suffisants.

De nombreux médecins avancent comme explication la fatigue, physique et nerveuse, après, au printemps dernier, une première vague de l'épidémie éprouvante. Si plus d'un médecin sur deux (58%) a pris des vacances cet été, ils sont 75% à se plaindre de ne pas avoir récupéré physiquement et mentalement, ou du moins "pas suffisamment". En outre, 58% des médecins francophones ayant participé à l'enquête disent ne pas disposer de tout le nécessaire (protections, écouvillons, consignes, garanties de financement...) pour affronter un rebond du nombre de cas de Covid-19. En revanche, 69% des médecins néerlandophones disent disposer de tout le nécessaire. Les médecins francophones indiquent manquer principalement de consignes "claires, cohérentes et réalistes", notamment en matière de testing, ainsi que d'équipement (de protection individuelle et de prélèvement). Des médecins regrettent également un manque de clarté dans les procédures officielles fournies par Sciensano. Les craintes par rapport à l'arrivée de la mauvaise saison, et du cumul de la Covid avec d'autres infections respiratoires, sont bien réelles, de même que celle de ne pas disposer de stocks de masques ou de gants suffisants.