Mon enfant ne peut pas regarder Peppa Pig sur Netflix. Je l'ai retiré de la liste". Avec ce simple message, une mère, qui ne se doutait de rien, a récemment provoqué une discussion houleuse sur le groupe Babbel de Mona, un groupe Facebook axé sur la parentalité. Le style de dessin est rudimentaire - amateurs de perspectives correctes passez votre chemin - et Peppa est plutôt du genre bruyant et autoritaire. Pas de quoi réveiller la censure. Mais voilà, il semble que Peppa n'arrête pas de faire remarquer à son père son excès de poids. Comme dans cet épisode où Papa Pig propose de plonger dans la piscine et que sa fille lui dit: "Papa tu es fou, ton ventre est bien trop gros." Voilà un bel exemple de grossophobie, s'est-on écrié sur de nombreux sites anglo-saxons. Heureusement, Papa Pig n'en a cure et plonge dans l'eau avec la grâce d'un cygne.
...

Mon enfant ne peut pas regarder Peppa Pig sur Netflix. Je l'ai retiré de la liste". Avec ce simple message, une mère, qui ne se doutait de rien, a récemment provoqué une discussion houleuse sur le groupe Babbel de Mona, un groupe Facebook axé sur la parentalité. Le style de dessin est rudimentaire - amateurs de perspectives correctes passez votre chemin - et Peppa est plutôt du genre bruyant et autoritaire. Pas de quoi réveiller la censure. Mais voilà, il semble que Peppa n'arrête pas de faire remarquer à son père son excès de poids. Comme dans cet épisode où Papa Pig propose de plonger dans la piscine et que sa fille lui dit: "Papa tu es fou, ton ventre est bien trop gros." Voilà un bel exemple de grossophobie, s'est-on écrié sur de nombreux sites anglo-saxons. Heureusement, Papa Pig n'en a cure et plonge dans l'eau avec la grâce d'un cygne.La grossophobie est également un problème croissant dans le "monde réel". L'écrivain et activiste américain Virgie Tovar a écrit un livre à ce sujet: You Have the Right to Remain Fat ("Vous avez le droit de rester gros"). Elle-même a souvent été confrontée à une certaine grossophobie, dit-elle. "Lorsque j'attendais un train, j'ai demandé à une femme mince si je pouvais m'asseoir - elle était allongée sur trois chaises- elle m'a traité de "grosse salope ". Un jour j'ai eu une relation avec un homme qui vénérait mon corps dans l'intimité, mais qui, quand je lui ai demandé si nous pouvions sortir ensemble, a admis qu'il n'avait pas le courage d'être vu en public avec moi de peur que ses amis se moquent de lui. "Ce ne sont là que deux cas parmi de nombreux exemples", selon Tovar. "Il existe aussi une grossophobie plus structurelle: à partir d'un certain seuil, les personnes en surpoids y sont en permanence confrontées dans la vie quotidienne. Par exemple, plusieurs médicaments, tels que la pilule du lendemain, n'ont pas été testés chez les femmes dépassant un certain poids. Et dans de nombreux endroits - bureaux, avions, restaurants - les sièges sont trop petits. Si vous mangez au restaurant avec une personne en surpoids, vérifiez à l'avance si les chaises sont solides et n'ont pas d'accoudoirs. Cela semble être quelque chose de simple, mais cela peut signifier beaucoup pour cette personne.Socialement acceptéLa grossophobie est un problème grave, déclare An Vandeputte, coordinateur du centre de connaissances Eetexpert. "Ce n'est pas un terme médical officiel et on l'interprète généralement de plusieurs manières. Il est cependant généralement utilisé pour indiquer une aversion envers les personnes atteintes d'obésité. Cela se manifeste à travers des regards insistants ou des moqueries. Mais celle-ci passe aussi par des formes qui se glissent plus silencieusement dans notre société. L'exemple des chaises trop étroites est frappant. Mais pensez aussi aux salles d'attente des médecins: il y a toujours des magazines qui y font la promotion d'un certain idéal de minceur. Selon Vandeputte, toutes ces formes de grossophobie ont un impact sérieux sur les personnes souffrant d'obésité. "Ils commencent à s'exclure, et le seuil pour demander de l'aide s'agrandit encore. Ils sont aussi plus souvent malades à cause du stress. Ces dernières années, on remarque que la stigmatisation a augmenté de manière exponentielle. La recherche montre que la discrimination fondée sur le poids est tout aussi importante que la discrimination ethnique. La grande différence est qu'il y a beaucoup de critiques sur le racisme, alors que la haine du gros est presque acceptable socialement.Pourtant, cette grossophobie ne repose sur pas grand-chose , souligne Vandeputte. "Des recherches récentes montrent qu'un tiers des personnes souffrant d'obésité sont en bonne santé métabolique, tandis qu'un tiers des personnes présentant un métabolisme de poids normal sont en mauvaise santé. Ce n'est pas parce que vous êtes en surpoids que vous courez automatiquement plus de risques de souffrir d'insuffisance cardiaque, par exemple. Les scientifiques se rendent compte que le poids n'est qu'un facteur de santé parmi d'autres. Un mode de vie sain est beaucoup plus important. On notera, en passant, qu'il est tout à fait possible qu'une personne en surpoids ait une alimentation équilibrée et fasse suffisamment d'exercice, même si la plupart des gens pensent que ce n'est pas le cas. Notre poids n'est pas non plus qu'une question de volonté, comme on le suppose souvent. Il y a tellement de facteurs en jeu: l'hérédité, le fonctionnement du système de récompense dans le cerveau, les aspects sociaux... En tant que société, nous devons donc de toute urgence déplacer l'accent non plus sur le poids, mais sur celui de la santé.