"La plupart des cyclistes ont une espérance de vie supérieure à la moyenne, en particulier ceux qui s'entraînent beaucoup", était-il précisé. Les recherches montrent qu'ils vivent cinq ans de plus, a déclaré Kris Van der Mieren, le médecin de la Fédération Royale Belge de Cyclisme. Il a comparé toutes les études sur le sujet. La recherche qui l'a le plus convaincu est l'étude de Copenhague City Heart Study (CCHS) de 2012. "Celle-ci a suivi 5106 personnes en bonne santé pendant 18 ans. Le groupe test comprenait des personnes qui ne pratiquaient pas de sport, d'autres qui faisaient du vélo quelques heures par semaine et un troisième groupe qui s'entraînait de façon très intensive. Les hommes de ce dernier groupe ont vécu 5,3 ...

"La plupart des cyclistes ont une espérance de vie supérieure à la moyenne, en particulier ceux qui s'entraînent beaucoup", était-il précisé. Les recherches montrent qu'ils vivent cinq ans de plus, a déclaré Kris Van der Mieren, le médecin de la Fédération Royale Belge de Cyclisme. Il a comparé toutes les études sur le sujet. La recherche qui l'a le plus convaincu est l'étude de Copenhague City Heart Study (CCHS) de 2012. "Celle-ci a suivi 5106 personnes en bonne santé pendant 18 ans. Le groupe test comprenait des personnes qui ne pratiquaient pas de sport, d'autres qui faisaient du vélo quelques heures par semaine et un troisième groupe qui s'entraînait de façon très intensive. Les hommes de ce dernier groupe ont vécu 5,3 ans de plus que les hommes du premier groupe. La plus-value pour les femmes était de 3,9 ans. Pour ceux qui pratiquaient moyennement du vélo, l'avantage était moindre : 2,9 ans pour les hommes et 2,2 ans pour les femmes."Est-ce que quelqu'un qui fait du vélo de façon intensive vit cinq ans de plus ?La citation provient d'une conférence pour jeunes cyclistes, dit Van der Mieren au téléphone. Je veux faire passer le message qu'il ne faut pas avoir peur de faire du vélo ou tout autre sport.D'autres études confirment le fait que ceux qui pratiquent le vélo de manière intensive vivent quatre à cinq ans de plus que les autres, affirme Van der Mieren. Une méta-étude publiée en 2012 dans le Journal of Aging Research, par exemple, dans laquelle nous lisons que l'activité physique régulière est associée à une espérance de vie accrue de 0,4 à 6,9 ans. Je ne suis qu'un simple médecin basé en Campine, dit Van der Mieren, mais je suppose que ces études ont été bien faites."Elles le sont", confirment des universitaires tels que Dominique Hansen (UHasselt), spécialiste de la revalidation. Mais il faut tout de même nuancer, soulignent-ils. "Tout d'abord, l'étude ne prouve pas l'existence d'un lien de causalité bien que beaucoup lisent l'affirmation de cette manière", déclare Jan Seghers (KU Leuven), spécialiste. "Le sport est bénéfique, dans le cadre d'un mode de vie globalement sain".Une étude plus récente (2018) avec des données du même ESCC montre que ceux qui jouent au tennis (+ 9,7 ans), au badminton (+ 6,2 ans) ou au football (+ 4,7 ans) sont encore mieux lotis que ceux qui font du vélo (+ 3,7 ans), de la natation (3,4 ans) ou du jogging (+ 3,2 ans), ponctuent Seghers. Ces différences peuvent être dues au fait que vous faites ces sports en groupe. L'isolement social est l'une des plus importantes causes de la réduction de l'espérance de vie. Encore plus décisif que "ne pas fumer ou rester mince"."Faire de l'exercice de façon modérée", dit Romain Meeusen (VUB), "voilà le vrai message". Comme Hansen, il se réfère à l'American College of Sports Medicine. Celui-ci recommande "au moins 150 à 300 minutes d'activité modérément intense par semaine, comme la marche à un rythme soutenu ou la danse", ce qui, selon Seghers, est conforme aux directives de l'Institut flamand pour une vie saine."Les athlètes de haut niveau doivent entrainer leur corps comme si c'était une voiture de Formule 1 ", conclut Meeusen. Leurs méthodes d'entraînement et leur alimentation ne conviennent pas à l'athlète récréatif qui fait son petit tour le dimanche avec la bedaine en avant. La formation intensive s'est avérée avoir des effets positifs avec des personnes et des circonstances spécifiques, mais généraliser cette idée est un mauvais plan.