Ce Fact Check a été rédigé sur la base des informations disponibles à la date de publication. Découvrez ici plus de détails sur notre méthode de travail.

Le quotidien néerlandais Algemeen Dagblad (AD) a récemment publié les résultats d'une expérience réalisée en collaboration avec l'Université de Twente. Un journaliste a effectué, dans un environnement contrôlé, trois courts trajets à la même vitesse (21-22 km/h) avec un e-bike en mode turbo, un e-bike en mode promenade et un vélo de ville. Les quantités d'oxygène inspirées et rejetées, ainsi que le nombre de calories utilisées, ont été mesurés. Avec un vélo normal, le nombre de calories consommées se monte à 8,34 kcal/min, avec un e-bike en mode promenade à 5,61 kcal/min, et avec un e-bike en mode turbo, à 4,34 kcal/min. La conclusion est conforme au titre de l'article: "Si vous voulez améliorer votre condition physique, oubliez le vélo électrique !"

"Cette allégation mérite d'être nuancée", explique le professeur Bert Op 't Eijnde (Université de Hasselt), spécialisé en physiologie de l'effort. "En 2018, une étude de synthèse compilant les résultats de 17 autres études a été publiée. Les chercheurs reconnaissent que certaines études présentent des limites et que des recherches complémentaires sont nécessaires. Mais ils ont malgré tout pu tirer certaines conclusions. Pour les personnes menant une vie plutôt sédentaire, le vélo électrique semble améliorer leur santé cardiorespiratoire et donc leur condition physique. Pour les sportifs, le vélo électrique n'a pas vraiment d'effet."

Tout dépend donc de la façon dont vous utilisez votre vélo électrique.

Op 't Eijnde partage également son expérience personnelle. "J'habite à 40 km de mon travail, une distance que je parcours à vélo de trois à quatre fois par semaine depuis de nombreuses années. Avec mon vélo de course, cela me prenait entre 1 h 30 et 2 h, selon la force du vent. Il y a un an et demi, j'ai acheté un speedpedelec et je parcours aujourd'hui la même distance en 1 h. J'ai configuré mon vélo de telle sorte que je doive pédaler fort et mes mesures indiquent que je consomme autant de calories qu'auparavant. Tout dépend donc de la façon dont vous utilisez votre vélo: si vous le placez en permanence en mode turbo, vous utilisez à peine vos muscles. Mais il est possible de faire les choses différemment."

Peter Hespel, professeur de physiologie de l'effort à la KU Leuven, estime aussi que les affirmations du journal AD manquent totalement de nuance. "J'en suis même fâché, parce que cela induit les lecteurs en erreur. Pour les personnes âgées, les enfants souffrant d'obésité ou les sédentaires, toute forme d'activité physique a un impact positif sur leur condition physique et leur santé. Et si vous habitez par exemple dans les Ardennes Flamandes, un e-bike peut vous motiver à faire tout de même du vélo. Il peut vous aider à grimper le Mur de Grammont et ensuite vous continuez tout seul. De cette façon, cela permet d'améliorer votre condition physique. Mais si un coureur cycliste professionnel s'entraîne sur un e-bike, cela ne changera bien entendu rien à sa condition physique."

Le professeur de physiologie de l'effort Jan Bourgois (Université de Gand) ne dit pas autre chose. "En soi, l'expérience a été bien menée. Les résultats étaient d'ailleurs conformes aux attentes. Mais le titre de l'article pose question. Ceux qui roulent avec une assistance électrique et utilisent le turbo ne changeront en effet pas grand-chose à leur condition physique, mais ce sera le cas s'ils roulent en mode éco. Pour les personnes sédentaires, un e-bike peut certainement être un moyen d'améliorer quelque peu leur condition physique. Petite remarque: dans l'expérience, la personne testée a roulé en permanence entre 20 et 21 km/h, ce qui est très rapide pour un vélo normal et explique pourquoi la consommation de calories est très élevée. La plupart des personnes roulent généralement à une vitesse de 13 à 14 km/h, ce qui réduit la différence par rapport à un vélo électrique."

Conclusion

Des études et des discussions avec des experts indiquent qu'un vélo électrique permet d'améliorer la condition physique de son utilisateur, en fonction des circonstances. Nous considérons donc l'allégation de l'AD comme plutôt fausse.

Le quotidien néerlandais Algemeen Dagblad (AD) a récemment publié les résultats d'une expérience réalisée en collaboration avec l'Université de Twente. Un journaliste a effectué, dans un environnement contrôlé, trois courts trajets à la même vitesse (21-22 km/h) avec un e-bike en mode turbo, un e-bike en mode promenade et un vélo de ville. Les quantités d'oxygène inspirées et rejetées, ainsi que le nombre de calories utilisées, ont été mesurés. Avec un vélo normal, le nombre de calories consommées se monte à 8,34 kcal/min, avec un e-bike en mode promenade à 5,61 kcal/min, et avec un e-bike en mode turbo, à 4,34 kcal/min. La conclusion est conforme au titre de l'article: "Si vous voulez améliorer votre condition physique, oubliez le vélo électrique !""Cette allégation mérite d'être nuancée", explique le professeur Bert Op 't Eijnde (Université de Hasselt), spécialisé en physiologie de l'effort. "En 2018, une étude de synthèse compilant les résultats de 17 autres études a été publiée. Les chercheurs reconnaissent que certaines études présentent des limites et que des recherches complémentaires sont nécessaires. Mais ils ont malgré tout pu tirer certaines conclusions. Pour les personnes menant une vie plutôt sédentaire, le vélo électrique semble améliorer leur santé cardiorespiratoire et donc leur condition physique. Pour les sportifs, le vélo électrique n'a pas vraiment d'effet."Op 't Eijnde partage également son expérience personnelle. "J'habite à 40 km de mon travail, une distance que je parcours à vélo de trois à quatre fois par semaine depuis de nombreuses années. Avec mon vélo de course, cela me prenait entre 1 h 30 et 2 h, selon la force du vent. Il y a un an et demi, j'ai acheté un speedpedelec et je parcours aujourd'hui la même distance en 1 h. J'ai configuré mon vélo de telle sorte que je doive pédaler fort et mes mesures indiquent que je consomme autant de calories qu'auparavant. Tout dépend donc de la façon dont vous utilisez votre vélo: si vous le placez en permanence en mode turbo, vous utilisez à peine vos muscles. Mais il est possible de faire les choses différemment."Peter Hespel, professeur de physiologie de l'effort à la KU Leuven, estime aussi que les affirmations du journal AD manquent totalement de nuance. "J'en suis même fâché, parce que cela induit les lecteurs en erreur. Pour les personnes âgées, les enfants souffrant d'obésité ou les sédentaires, toute forme d'activité physique a un impact positif sur leur condition physique et leur santé. Et si vous habitez par exemple dans les Ardennes Flamandes, un e-bike peut vous motiver à faire tout de même du vélo. Il peut vous aider à grimper le Mur de Grammont et ensuite vous continuez tout seul. De cette façon, cela permet d'améliorer votre condition physique. Mais si un coureur cycliste professionnel s'entraîne sur un e-bike, cela ne changera bien entendu rien à sa condition physique."Le professeur de physiologie de l'effort Jan Bourgois (Université de Gand) ne dit pas autre chose. "En soi, l'expérience a été bien menée. Les résultats étaient d'ailleurs conformes aux attentes. Mais le titre de l'article pose question. Ceux qui roulent avec une assistance électrique et utilisent le turbo ne changeront en effet pas grand-chose à leur condition physique, mais ce sera le cas s'ils roulent en mode éco. Pour les personnes sédentaires, un e-bike peut certainement être un moyen d'améliorer quelque peu leur condition physique. Petite remarque: dans l'expérience, la personne testée a roulé en permanence entre 20 et 21 km/h, ce qui est très rapide pour un vélo normal et explique pourquoi la consommation de calories est très élevée. La plupart des personnes roulent généralement à une vitesse de 13 à 14 km/h, ce qui réduit la différence par rapport à un vélo électrique."