Un mariage sur trois tourne mal et 15 à 20 % de tous les divorces aboutissent à une bataille juridique épuisante. Dans son livre Gelukkig gescheiden (Heureusement divorcée), la journaliste Kaat Schaubroeck se demande pourquoi il y a tant de divorces conflictuels. Ann Van de Velde, avocate et médiatrice reconnue dans le domaine des affaires familiales, fait partie des cinq experts qui l'assistent dans sa recherche.
...

Un mariage sur trois tourne mal et 15 à 20 % de tous les divorces aboutissent à une bataille juridique épuisante. Dans son livre Gelukkig gescheiden (Heureusement divorcée), la journaliste Kaat Schaubroeck se demande pourquoi il y a tant de divorces conflictuels. Ann Van de Velde, avocate et médiatrice reconnue dans le domaine des affaires familiales, fait partie des cinq experts qui l'assistent dans sa recherche."Le nombre de séparations conflictuelles est toujours aussi important qu'avant l'instauration du divorce sans faute en 2007 ", explique Schaubroeck. "Je trouve cela stupéfiant."Ce divorce sans faute était donc inutile? Ann Van de Velde : Pas du tout. Avant, il fallait avoir une raison de divorcer, comme l'adultère ou la violence conjugale, et il fallait le prouver. Plus maintenant : il suffit que votre mariage soit "disloqué". Je suis un fervent partisan de ce principe du divorce sans faute, car sous l'ancien règlement, vous étiez presque obligé de chercher le conflit. Les conflits tournent aujourd'hui moins autour de la séparation et plus autour des enfants et de la répartition de l'argent et des biens. Au fond, le législateur est impuissant face à ce type de divorces. Il ne peut que mener à bien les procédures, sur lesquelles il a beaucoup travaillé ces dernières années.On s'attendrait à ce que les adultes essaient d'éviter le conflit lorsqu'ils ont des enfants, n'est-ce pas?Kaat Schaubroeck : Il est frappant de constater que le risque de divorce augmente dès que des enfants sont impliqués. Les parents sont souvent accusés, même au tribunal. "Pourquoi ne se parlent-ils pas pour le bien de leurs enfants ?" Mais dès qu'ils se trouvent devant le tribunal, le conflit s'aggrave à tel point qu'une bonne conversation devient presque impossible."Heureusement divorcé" sonne comme un blasphème.Ça l'est. Le titre de mon livre est une déclaration de feu Johan Anthierens. Lorsqu'il est apparu au Wies Andersen Show en 1976, il s'est présenté comme "heureusement divorcé". Toute la Flandre était en émoi. Mais bien sûr, il ne voulait pas dire que le divorce est joyeux. Il s'est qualifié de "divorcé heureux" parce que lui et son ex-femme s'étaient dit adieu sans ressentiment. À l'époque d'Anthierens, la séparation était taboue. Les enfants étaient montrés du doigt lorsque leurs parents étaient divorcés. Il fallait lever ce tabou. Les gens ne devaient pas seulement se séparer pour des raisons sérieuses, mais aussi parce qu'ils se sentent malheureux dans leur relation. Je trouve cette évolution excellente, mais nous oublions que la séparation cause aussi beaucoup de douleur.Au lieu d'un tabou, la séparation est une formalité? Schaubroeck : "Nous nous sommes séparés en tant qu'adultes ", sonne comme : "Notre séparation a été indolore". Mais ce n'est pas vrai du tout. Dans son documentaire Verlaten (Abandonné), la cinéaste néerlandaise Hetty Nietsch suit cinq hommes et femmes abandonnés du jour au lendemain après une longue relation. Après trente ans de mariage, c'est très dur. Ils sont en état de choc. Divorcer n'est pas de la petite bière. N'aurions-nous pas le courage de le dire clairement et sans équivoque ?Van de Velde : Les conséquences émotionnelles pour ceux qui décident de partir sont également sous-estimées. En général, il faut beaucoup de temps avant que quelqu'un prenne la décision. Ce dernier souffre parfois longtemps de sentiments de culpabilité. Il n'y a pas que le partenaire abandonné qui est en deuil. Souvent, c'est aussi le cas du partenaire qui part.Schaubroeck : En moyenne, un tel processus de deuil prend deux à trois ans. C'est une période assez longue au cours de laquelle il faut prendre beaucoup de décisions rationnelles. Seulement, on n'est pas soi-même. Vous avez de la peine et vous êtes en colère et ces sentiments cherchent un exutoire. Vous risquez de vous retrouver dans une spirale de procédures interminables.Van de Velde : À ce moment-là, les amis et les membres de la famille jouent un rôle important. Au lieu de jeter de l'huile sur le feu, les parents du couple devraient aider à calmer les esprits.En réalité, les parents et les grands-parents choisissent généralement le camp de leur enfant, n'est-ce pas ?Schaubroeck : Souvent. La sociologue Inge Pasteels mène des recherches sur les séparations conflictuelles à la Haute École PXL de Hasselt. Elle parle de "supporters" et de "hooligans" : les premiers offrent une oreille attentive, les seconds alimentent le canon et vous soutiennent de tout coeur lorsque vous chargez votre ex de tous les maux. "Ne vous laissez pas faire ", disent-ils. Mais c'est rarement un bon conseil. Parce que de cette façon, les camps sont créés et les contacts entre vous et votre ex deviennent encore plus difficiles. De plus, il y a un grand risque que les enfants soient également entraînés dans cette lutte.Van de Velde : Pour éviter ou du moins tempérer cette lutte, la médiation peut offrir une solution. Les gens ont alors l'occasion d'exprimer leurs sentiments, leurs frustrations et leurs craintes. On cherche alors des solutions qui dissipent souvent l'esprit combatif. Le gouvernement s'est engagé à recourir à la médiation. À juste titre, mais dans certains cas, cela n'est pas possible, par exemple lorsqu'il s'agit de violence familiale. Parfois, un conflit s'aggrave de telle sorte qu'une conversation ne réussit plus. C'est alors au tribunal de trancher.Schaubroeck : Imaginez qu'à un moment de désespoir total, on vous dise : "Vous devez apprendre à vous parler".Van de Velde : Habituellement suivi de : "Pensez à vos enfants".Schaubroeck : Précisément. C'est très injuste, parce que ces gens pensent à leurs enfants. S'il n'est plus possible de parler, on peut dire aux parents qu'il vaut mieux cesser temporairement les conversations. On place alors un mur entre eux, pour qu'ils se concentrent sur le lien qu'ils ont chacun avec leurs enfants.N'est-il pas plus sage de rester ensemble dans l'intérêt des enfants ?Van de Velde : Il y a quelque temps, un couple est venu me voir en médiation. Ils avaient des enfants et, malgré leur aversion mutuelle, ils ont voulu se séparer par concertation. À moment donné, ils se sont même installés dos à dos. J'ai aussi parlé aux enfants parce que je voulais savoir comment ils se sentaient. Le plus jeune fils de dix ans a dit : " Je n'ai rien contre le fait que mes parents divorcent. Ce qui me dérange, c'est que je n'ai jamais vu de tendresse entre eux". J'étais un peu déconcertée. Un conflit entre parents n'est jamais bon pour un enfant. Parfois, un divorce peut enfin apporter la paix et la tranquillité à cet enfant.Schaubroeck : Une séparation laisse toujours des traces chez les enfants. Ce qui arrive souvent, c'est ce que Claire Wiewauters, pédagogue, appelle le "stress du changement" à la suite du passage d'un parent à un autre toutes les deux semaines. Non pas parce qu'ils ont du mal à s'adapter aux nouvelles règles de la maison, mais parce qu'ils ont du mal à dire constamment au revoir. Beaucoup d'enfants sont mieux lotis après le divorce qu'avant. Pour 75 à 80% des enfants, il devient même acceptable après deux ou trois ans. Ils voient que leurs parents sont plus heureux.