Plus de 5.000 personnes ont été sondées dans le cadre de cette enquête. Personne ne semble épargnée, la violence sexuelle touchant des individus de tout sexe, orientation sexuelle, origine ethnique et même les séniors.

L'étude "UN-MENAMAIS" (Understanding the Mechanisms, Nature, Magnitude and Impact of Sexual Violence in Belgium) a été menée par un consortium interdisciplinaire composé d'universitaire, d'experts internationaux et de partenaires entre 2017 et 2021. L'objectif était de préciser, pour la première fois à une si grande échelle, l'importance et l'impact des violences sexuelles en Belgique, mais aussi de détailler cette problématique au sein de strates particulières de la population: personnes âgées de plus de 70 ans, membres de la communauté LGBTQIA+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queer, intersexes et asexuels) et demandeurs de protection internationale.

Pour les personnes entre 16 et 69 ans, 64% (81% femmes et 48% hommes) ont subi des violences sexuelles au cours de leur vie. 5% des hommes et 16% des femmes ayant indiqué avoir été violés. En ce qui concerne les personnes LGBTQIA+, près de 80% disent avoir été exposées à au moins une forme de violence sexuelle (viol, abus sexuel, harcèlement, etc.). Pour les demandeurs de protection internationale (DPI) résidant en Belgique, le taux de violence sexuelle s'élève à plus de 84%, dont 61% ont eu lieu au cours des 12 derniers mois, durant une période où ils étaient déjà présents en Europe ou en Belgique au moment des faits.

L'étude souligne également que les vieilles personnes ne sont pas épargnées, et qu'il est important de ne pas rester aveugles face à ce problème. Une personne âgée sur 12 a déclaré avoir subi de la violence sexuelle au cours des 12 derniers mois: 7% ont déclaré avoir subi une forme de violence sexuelle n'impliquant pas un contact physique, 2,5% impliquant des contacts physiques et 0,6% de viol ou tentative de viol. Ces violences sont en général perpétrées par des individus plus jeunes, âgé d'environ 50 ans.

Les auteurs de telles violences sont le plus souvent des personnes proches, qu'il s'agisse de partenaires, de la famille, de collègues ou de connaissance. Et le sujet reste tabou puisque la plupart des victimes n'ont pas cherché d'aide après les faits. Seulement 7% ont cherché une aide professionnelle et 4% ont signalé les faits à la police.

Sonder la problématique des violences sexuelles est essentiel pour pouvoir mettre en lumière l'ampleur du phénomène dans notre pays, conscientiser la population mais aussi réfléchir à l'amélioration de la réponse médico-légale.

Plus de 5.000 personnes ont été sondées dans le cadre de cette enquête. Personne ne semble épargnée, la violence sexuelle touchant des individus de tout sexe, orientation sexuelle, origine ethnique et même les séniors.L'étude "UN-MENAMAIS" (Understanding the Mechanisms, Nature, Magnitude and Impact of Sexual Violence in Belgium) a été menée par un consortium interdisciplinaire composé d'universitaire, d'experts internationaux et de partenaires entre 2017 et 2021. L'objectif était de préciser, pour la première fois à une si grande échelle, l'importance et l'impact des violences sexuelles en Belgique, mais aussi de détailler cette problématique au sein de strates particulières de la population: personnes âgées de plus de 70 ans, membres de la communauté LGBTQIA+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queer, intersexes et asexuels) et demandeurs de protection internationale. Pour les personnes entre 16 et 69 ans, 64% (81% femmes et 48% hommes) ont subi des violences sexuelles au cours de leur vie. 5% des hommes et 16% des femmes ayant indiqué avoir été violés. En ce qui concerne les personnes LGBTQIA+, près de 80% disent avoir été exposées à au moins une forme de violence sexuelle (viol, abus sexuel, harcèlement, etc.). Pour les demandeurs de protection internationale (DPI) résidant en Belgique, le taux de violence sexuelle s'élève à plus de 84%, dont 61% ont eu lieu au cours des 12 derniers mois, durant une période où ils étaient déjà présents en Europe ou en Belgique au moment des faits. L'étude souligne également que les vieilles personnes ne sont pas épargnées, et qu'il est important de ne pas rester aveugles face à ce problème. Une personne âgée sur 12 a déclaré avoir subi de la violence sexuelle au cours des 12 derniers mois: 7% ont déclaré avoir subi une forme de violence sexuelle n'impliquant pas un contact physique, 2,5% impliquant des contacts physiques et 0,6% de viol ou tentative de viol. Ces violences sont en général perpétrées par des individus plus jeunes, âgé d'environ 50 ans. Les auteurs de telles violences sont le plus souvent des personnes proches, qu'il s'agisse de partenaires, de la famille, de collègues ou de connaissance. Et le sujet reste tabou puisque la plupart des victimes n'ont pas cherché d'aide après les faits. Seulement 7% ont cherché une aide professionnelle et 4% ont signalé les faits à la police. Sonder la problématique des violences sexuelles est essentiel pour pouvoir mettre en lumière l'ampleur du phénomène dans notre pays, conscientiser la population mais aussi réfléchir à l'amélioration de la réponse médico-légale.