Les chercheurs de la London School of Economics (LSE) et de l'Université d'Édimbourg ont testé 68 Border collies, "premier pas dans la mise au point d'un test de QI vraiment fiable pour les chiens", selon Rosalind Arden, assistante de recherche.

Ils ont construit une grange spécialement pour mesurer leur capacité d'orientation, leur vitesse et leur aptitude à suivre des indications gestuelles.

L'un des tests, effectué avec des chiens actifs dans des fermes du pays de Galles, consistait à se frayer un chemin jusqu'à de la nourriture, visible mais située derrière une barrière. Un autre mesurait la rapidité avec laquelle le chien allait choisir la plus garnie de deux gamelles.

Les chercheurs soulignent qu'il est "plus facile de mesurer les différences d'intelligence et la relation entre longévité et intelligence chez les chiens" que chez les humains, en l'absence de facteurs brouillant les lignes comme l'alcool, la cigarette et le milieu socio-économique.

Les chiens développent tout comme leurs maîtres de la démence sénile, donc les résultats peuvent être comparés, assurent les chercheurs dans leur étude publiée par la revue Intelligence.

"Pour une même race de chien, les scores sont différents", soulignent les chercheurs.

Les chercheurs de la London School of Economics (LSE) et de l'Université d'Édimbourg ont testé 68 Border collies, "premier pas dans la mise au point d'un test de QI vraiment fiable pour les chiens", selon Rosalind Arden, assistante de recherche. Ils ont construit une grange spécialement pour mesurer leur capacité d'orientation, leur vitesse et leur aptitude à suivre des indications gestuelles. L'un des tests, effectué avec des chiens actifs dans des fermes du pays de Galles, consistait à se frayer un chemin jusqu'à de la nourriture, visible mais située derrière une barrière. Un autre mesurait la rapidité avec laquelle le chien allait choisir la plus garnie de deux gamelles. Les chercheurs soulignent qu'il est "plus facile de mesurer les différences d'intelligence et la relation entre longévité et intelligence chez les chiens" que chez les humains, en l'absence de facteurs brouillant les lignes comme l'alcool, la cigarette et le milieu socio-économique. Les chiens développent tout comme leurs maîtres de la démence sénile, donc les résultats peuvent être comparés, assurent les chercheurs dans leur étude publiée par la revue Intelligence. "Pour une même race de chien, les scores sont différents", soulignent les chercheurs.