Santé Canada, le Conseil canadien de la santé, a annoncé de nouvelles recommandations dans son "Guide alimentaire". Il ne s'agit pas d'une légère révision de la version précédente datant de 2007, mais d'un changement majeur.

Et ce qui fait le plus jaser, c'est l'élimination des groupes alimentaires "lait et substituts" et "viandes et substituts" au profit "des aliments protéinés". Les produits laitiers ne sont ainsi plus considérés en tant que groupe alimentaire indispensable dans une alimentation saine.

Depuis 1942 et la création de ce guide, le Conseil canadien de la santé conseillait à ses citoyens de consommer entre deux et quatre portions de produits laitiers par jour (fromage, yaourt,...) en fonction des différents groupes d'âge, mais elle revient maintenant sur ces recommandations.

Selon l'organisation, les protéines peuvent aussi très bien venir de sources végétales. Un virage vers les aliments végétaux "pourrait aider les Canadiens à consommer des produits plus riches en fibres, à moins manger de viande rouge et à remplacer des aliments contenant des gras saturés par d'autres avec des gras insaturés", explique La Presse Canadienne.

D'importants impacts financiers

Au grand dam des producteurs laitiers canadiens, qui craignent l'implosion d'un secteur entier. Le "Guide alimentaire canadien" peut en effet avoir d'importants impacts financiers, car il est notamment utilisé dans la réalisation des menus des institutions publiques, des écoles, des hôpitaux, des garderies ou des prisons.

L'industrie canadienne de la viande a également exprimé son inquiétude. Dans les nouvelles recommandations, les protéines issues de la viande sont, elles aussi, remplacées par des sources végétales telles que les légumineuses.

Santé Canada recommande aussi de remplir la moitié d'une assiette avec des légumes et des fruits et un quart avec des aliments riches en fibres comme les céréales complètes. Elle encourage la population à consommer surtout des aliments non transformés et propose d'en revenir à une façon de manger qui fonctionne davantage "par le sentiment". L'institution fédérale ne donne, par ailleurs, plus d'idée de portions types. La ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, enjoint les citoyens à cuisiner plus souvent des plats maison et à profiter de leurs repas en compagnie de leurs amis et de leur famille.

Pour la petite histoire, "le 'Guide alimentaire' a vu le jour en 1942. Il visait alors à prévenir les déficits nutritionnels en période de rationnement alimentaire, pendant la guerre. Il a été révisé en 1961, en 1977, en 1982, en 1992, puis en 2007", rapporte Radio-Canada. Notons que la nouvelle assiette proposée a été composée suite à des recherches scientifiques qui n'ont pas été financées par l'industrie alimentaire.