Pour rappel, la mesure "calorie" est l'énergie que nous procurons à notre corps via à notre alimentation. Les calories agissent comme un carburant pour l'organisme et nous donnent l'énergie dont nous avons besoin pour respirer, marcher, faire du sport et même dormir. Le nombre de calories nécessaires à l'organisme dépend de l'âge, du sexe et de l'activité physique journalière. Les hommes ont besoin d'environ 2500 calories alors que les femmes en ont besoin de 2000. Si l'organisme stocke plus de calories qu'il n'en dépense, cela engendre une prise de poids. Inversement, si nous consommons moins de calories que ce que nous en dépensons, nous perdons du poids.

Une personne pesant aux alentours des 80kg perd environ 600 calories en pratiquant une heure de course à pied ( à du 9km/h). Une personne qui en pèse 60 perdra 450 calories. En sachant qu'une pizza équivaut à environ 1800 calories, une personne pesant 80kg aura donc besoin de pratiquer trois heures de course à pied pour l'éliminer. Pour donner quelques exemples, 100g de mayonnaise équivaut à 680 calories, une canette de soda pèse 138 calories et 100g de gâteau au chocolat en vaut 360.

D'après les chercheurs, concrétiser les calories consommées en marquant sur l'étiquette le temps de sport nécessaire pour les éliminer aiderait les gens à contrôler leur consommation et les encouragerait à faire de meilleurs choix concernant leurs habitudes alimentaires, ce qui réduirait considérablement le taux d'obésité.

Selon la dernière enquête de l'Institut belge de la Santé, 49,3% de la population belge est en surpoids et 15,9% de la population souffre d'obésité. Chez les jeunes de 2 à 17 ans, 19% sont en surpoids et 5,8% sont obèses. L'obésité est associée à de nombreuses maladies chroniques qui, à terme, peuvent mener à l'incapacité ou la mortalité précoce. En effet, avoir un IMC de 30 ou plus (être obèse) peut entrainer de multiples maladies comme du diabète, des troubles cardiovasculaires, des troubles de la circulation sanguine, des difficultés respiratoires, des problèmes articulaires, des maladies du foie, des troubles hormonaux ou des risques de cancer.

C'est la raison pour laquelle ces chercheurs britanniques souhaitent introduire leur nouveau système d'étiquetage. Après s'être basés sur 14 études, ceux-ci affirment que ce type d'étiquette réduirait l'apport de calorie quotidien d'environ 200 calories par personne. Ce chiffre peu paraitre futile, mais selon le Journal of Epidemology and Community Health, cela pourrait déjà faire une grosse différence et réduirait considérablement l'obésité. Adopter cette solution serait donc un moyen efficace de conscientiser la population sur ce qu'elle consomme et de l'aider à faire de meilleurs choix alimentaires.

Auteure: Margaux Glamocic

Pour rappel, la mesure "calorie" est l'énergie que nous procurons à notre corps via à notre alimentation. Les calories agissent comme un carburant pour l'organisme et nous donnent l'énergie dont nous avons besoin pour respirer, marcher, faire du sport et même dormir. Le nombre de calories nécessaires à l'organisme dépend de l'âge, du sexe et de l'activité physique journalière. Les hommes ont besoin d'environ 2500 calories alors que les femmes en ont besoin de 2000. Si l'organisme stocke plus de calories qu'il n'en dépense, cela engendre une prise de poids. Inversement, si nous consommons moins de calories que ce que nous en dépensons, nous perdons du poids.Une personne pesant aux alentours des 80kg perd environ 600 calories en pratiquant une heure de course à pied ( à du 9km/h). Une personne qui en pèse 60 perdra 450 calories. En sachant qu'une pizza équivaut à environ 1800 calories, une personne pesant 80kg aura donc besoin de pratiquer trois heures de course à pied pour l'éliminer. Pour donner quelques exemples, 100g de mayonnaise équivaut à 680 calories, une canette de soda pèse 138 calories et 100g de gâteau au chocolat en vaut 360.D'après les chercheurs, concrétiser les calories consommées en marquant sur l'étiquette le temps de sport nécessaire pour les éliminer aiderait les gens à contrôler leur consommation et les encouragerait à faire de meilleurs choix concernant leurs habitudes alimentaires, ce qui réduirait considérablement le taux d'obésité.Selon la dernière enquête de l'Institut belge de la Santé, 49,3% de la population belge est en surpoids et 15,9% de la population souffre d'obésité. Chez les jeunes de 2 à 17 ans, 19% sont en surpoids et 5,8% sont obèses. L'obésité est associée à de nombreuses maladies chroniques qui, à terme, peuvent mener à l'incapacité ou la mortalité précoce. En effet, avoir un IMC de 30 ou plus (être obèse) peut entrainer de multiples maladies comme du diabète, des troubles cardiovasculaires, des troubles de la circulation sanguine, des difficultés respiratoires, des problèmes articulaires, des maladies du foie, des troubles hormonaux ou des risques de cancer.C'est la raison pour laquelle ces chercheurs britanniques souhaitent introduire leur nouveau système d'étiquetage. Après s'être basés sur 14 études, ceux-ci affirment que ce type d'étiquette réduirait l'apport de calorie quotidien d'environ 200 calories par personne. Ce chiffre peu paraitre futile, mais selon le Journal of Epidemology and Community Health, cela pourrait déjà faire une grosse différence et réduirait considérablement l'obésité. Adopter cette solution serait donc un moyen efficace de conscientiser la population sur ce qu'elle consomme et de l'aider à faire de meilleurs choix alimentaires.Auteure: Margaux Glamocic