Lancé au mois d'août, un quiz en ligne a permis à la FCPF-FPS de sonder les maigres connaissances de plus de 8.000 internautes sur le plaisir féminin, victime de stéréotypes tenaces.

"Les tabous, comme celui qui entoure la masturbation féminine, mais aussi les idées reçues, tant sur l'anatomie que sur les rôles sociaux et les stéréotypes de genre, contribuent à entraver l'accès aux plaisirs sexuels et, dès lors, maintenir les inégalités entre les hommes et les femmes en matière de sexualité", dénonce la fédération, qui coordonne une vingtaine de centres de planning familial en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour permettre à chacun d'adopter un esprit critique face aux normes en matière de sexualité, souvent centrées sur le plaisir masculin, la FCPF-FPS a élaboré une dizaine de fiches pédagogiques destinées principalement aux professionnels du secteur psycho-médicosocial, mais aussi au grand public. Chacune d'entre elle interroge nos comportements et déconstruit un stéréotype, comme celui selon lequel l'orgasme féminin serait moins important que pour l'homme ou qu'il serait difficile à atteindre.

"L'enjeu est à la fois féministe et sociétal", estime la FCPF-FPS, qui mènera des actions de sensibilisation en Wallonie et à Bruxelles dans le cadre de sa nouvelle campagne. Elle sera notamment présente le dimanche 15 septembre aux Fêtes de Wallonie à Namur et abordera à nouveau le thème lors des journées portes ouvertes de ces centres du 30 septembre au 4 octobre.