Le foie est l'usine d'épuration de notre corps: il transforme et stocke les sucres et les graisses issus de l'alimentation, et dégrade les substances toxiques. C'est donc "surtout lui qui va supporter les excès alimentaires", explique à l'AFP le nutritionniste Arnaud Cocaul. Entre les deux réveillons, il conseille de "revenir à une juste mesure en mangeant plus léger". Exit les aliments lourds, comme "les viandes ou les fritures". Il faut leur préférer "les salades, les fruits de mer ou le poisson".

"La betterave est intéressante car elle contient de la bétaïne, qui aide à la digestion", renchérit un autre spécialiste de nutrition. Exemple de menu léger: "Une salade de betteraves, d'endives, de noix et de raisins secs, avec peut-être quelques pommes de terre, puis un morceau de fromage et un fruit."

Pour autant, "il ne s'agit pas de se mettre au régime" car "il faut éviter que l'organisme connaisse des soubresauts trop violents", selon le Dr. Cocaul. De même, il est "réticent envers le jeûne": "rien n'en prouve les bienfaits, et cela peut plutôt développer des troubles du comportement alimentaire".

"L'alcool est l'ennemi numéro 1" dans cet entre-deux fêtes, note le Dr. Chevallier. En effet, "c'est un gros facteur de déshydratation" car il a un effet diurétique, alors que "le fait de manger plus nécessite un apport en eau supplémentaire". L'idéal est donc "quelques jours sans alcool du tout", abonde le Dr. Cocaul.

Après quelques jours à lever le pied, comment bien négocier la soirée de la Saint-Sylvestre? "On doit déculpabiliser: c'est classique de manger un peu plus, même s'il ne faut pas faire n'importe quoi", répond le Dr. Chevallier, selon qui "le corps sait globalement gérer les excès ponctuels". "La notion importante, c'est de se faire plaisir: on peut manger moins, mais faire attention à la qualité de ce qu'on achète", estime le Dr. Cocaul. "Malheureusement, la qualité se paie: dans les aliments les moins chers, le gras et le sucre sont au rendez-vous."

"Il faut être pondéré, manger lentement et savoir s'écouter: si on se sent gavé, on sort de table", reprend-il. Autre conseil: oublier les gâteaux au dessert. On peut leur préférer "une salade de fruits originale ou un petit sorbet", préconise le Dr. Chevallier.

Le foie est l'usine d'épuration de notre corps: il transforme et stocke les sucres et les graisses issus de l'alimentation, et dégrade les substances toxiques. C'est donc "surtout lui qui va supporter les excès alimentaires", explique à l'AFP le nutritionniste Arnaud Cocaul. Entre les deux réveillons, il conseille de "revenir à une juste mesure en mangeant plus léger". Exit les aliments lourds, comme "les viandes ou les fritures". Il faut leur préférer "les salades, les fruits de mer ou le poisson". "La betterave est intéressante car elle contient de la bétaïne, qui aide à la digestion", renchérit un autre spécialiste de nutrition. Exemple de menu léger: "Une salade de betteraves, d'endives, de noix et de raisins secs, avec peut-être quelques pommes de terre, puis un morceau de fromage et un fruit." Pour autant, "il ne s'agit pas de se mettre au régime" car "il faut éviter que l'organisme connaisse des soubresauts trop violents", selon le Dr. Cocaul. De même, il est "réticent envers le jeûne": "rien n'en prouve les bienfaits, et cela peut plutôt développer des troubles du comportement alimentaire". "L'alcool est l'ennemi numéro 1" dans cet entre-deux fêtes, note le Dr. Chevallier. En effet, "c'est un gros facteur de déshydratation" car il a un effet diurétique, alors que "le fait de manger plus nécessite un apport en eau supplémentaire". L'idéal est donc "quelques jours sans alcool du tout", abonde le Dr. Cocaul. Après quelques jours à lever le pied, comment bien négocier la soirée de la Saint-Sylvestre? "On doit déculpabiliser: c'est classique de manger un peu plus, même s'il ne faut pas faire n'importe quoi", répond le Dr. Chevallier, selon qui "le corps sait globalement gérer les excès ponctuels". "La notion importante, c'est de se faire plaisir: on peut manger moins, mais faire attention à la qualité de ce qu'on achète", estime le Dr. Cocaul. "Malheureusement, la qualité se paie: dans les aliments les moins chers, le gras et le sucre sont au rendez-vous." "Il faut être pondéré, manger lentement et savoir s'écouter: si on se sent gavé, on sort de table", reprend-il. Autre conseil: oublier les gâteaux au dessert. On peut leur préférer "une salade de fruits originale ou un petit sorbet", préconise le Dr. Chevallier.