La 28e édition de l'étude de l'UAntwerpen, en collaboration avec l'ULB, l'UHasselt et la KU Leuven, a été remplie mardi par 20.000 personnes. Elle portait notamment sur les changements de poids pendant la crise du coronavirus.

Un répondant sur trois a indiqué que son poids avait changé de plus de deux kilos au cours de l'année écoulée. Si environ 15% des répondants ont déclaré avoir perdu du poids, 22% affirment avoir gagné quelques "kilos corona". Les premiers soulignent que leur perte de poids n'est pas liée au coronavirus, tandis que les trois quarts des deuxièmes attribuent partiellement ou intégralement leur changement corporel à l'épidémie.

Ce sont majoritairement les répondants en difficulté financière qui ont vu leur poids changer. Les personnes qui souffraient d'obésité il y a un an sont les plus touchées: 20,6% d'entre elles ont perdu plus de cinq kilos au cours de l'année passée, tandis que 10,9% de cette catégorie de participants a pris cinq kilos ou plus.

Étonnamment, la très grande majorité des gens qui ont perdu du poids indiquent que leur perte de poids est peu ou pas liée au coronavirus. En revanche, les trois quarts des répondants qui ont grossi disent que leur prise de poids est due à l'épidémie.

Plus des trois quarts (78%) des répondants de retour de l'étranger ont indiqué avoir observé la quarantaine obligatoire, 20% déclarent l'avoir respectée à une exception près et 2% affirme ne pas l'avoir respectée du tout.

La 28e édition de l'étude de l'UAntwerpen, en collaboration avec l'ULB, l'UHasselt et la KU Leuven, a été remplie mardi par 20.000 personnes. Elle portait notamment sur les changements de poids pendant la crise du coronavirus. Un répondant sur trois a indiqué que son poids avait changé de plus de deux kilos au cours de l'année écoulée. Si environ 15% des répondants ont déclaré avoir perdu du poids, 22% affirment avoir gagné quelques "kilos corona". Les premiers soulignent que leur perte de poids n'est pas liée au coronavirus, tandis que les trois quarts des deuxièmes attribuent partiellement ou intégralement leur changement corporel à l'épidémie. Ce sont majoritairement les répondants en difficulté financière qui ont vu leur poids changer. Les personnes qui souffraient d'obésité il y a un an sont les plus touchées: 20,6% d'entre elles ont perdu plus de cinq kilos au cours de l'année passée, tandis que 10,9% de cette catégorie de participants a pris cinq kilos ou plus. Étonnamment, la très grande majorité des gens qui ont perdu du poids indiquent que leur perte de poids est peu ou pas liée au coronavirus. En revanche, les trois quarts des répondants qui ont grossi disent que leur prise de poids est due à l'épidémie. Plus des trois quarts (78%) des répondants de retour de l'étranger ont indiqué avoir observé la quarantaine obligatoire, 20% déclarent l'avoir respectée à une exception près et 2% affirme ne pas l'avoir respectée du tout.